DE | FR

La Russie va-t-elle faire faillite? Et si oui, qu'est-ce que cela signifie?

Poutine demeure digne, mais son économie fait grise mine. image: shutterstock.com
Désormais, les choses pourraient devenir sérieuses pour Poutine: ce mercredi, il aurait dû verser 100 millions de dollars d'intérêts. S'il ne transfère pas l'argent, l'Etat risque de faire faillite. Mais qu'est-ce que cela signifierait exactement?
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
18.03.2022, 05:5018.03.2022, 07:05
Mauritius Kloft / t-online
Un article de
t-online

Les pays occidentaux tentent de faire pression sur le président russe Vladimir Poutine en lui imposant de lourdes sanctions économiques. Mais ce qui doit augmenter la pression sur le Kremlin a des effets secondaires désagréables pour les investisseurs. Et pour l'Etat russe.

En effet, des intérêts de plus de 100 millions de dollars devaient être payés d'ici au 16 mars. Le 4 avril, un autre emprunt de deux milliards de dollars arrivera à échéance. Les experts craignent une faillite de l'Etat. Ce ne serait pas la première fois: en 1998 déjà, la Russie avait dû se déclarer insolvable, même si les situations étaient très différentes.

Voici quand la Russie pourrait faire faillite - et quelles conséquences cela pourrait avoir sur la guerre en Ukraine et sur l'avenir du système financier international.

Pourquoi la Russie est-elle menacée de faillite?

Ce qui est curieux, c'est que les caisses de l'Etat russe sont pleines à craquer, notamment grâce aux prix élevés du pétrole et du gaz. Toutefois, le pays est quasiment coupé des marchés financiers internationaux en raison des sanctions occidentales liées à la guerre en Ukraine. Une grande partie des réserves de la banque centrale russe, qui s'élèvent à environ 640 milliards de dollars, sont gelées.

«Il devrait s'agir d'environ 300 milliards de dollars au total, auxquels la Russie n'a désormais plus accès», a déclaré à t-online Hans-Peter Burghof, titulaire de la chaire d'économie bancaire et de services financiers à l'université de Hohenheim.

Hans-Peter Burghof, titulaire de la chaire d'économie bancaire et de services financiers à l'université de Hohenheim
Hans-Peter Burghof, titulaire de la chaire d'économie bancaire et de services financiers à l'université de Hohenheim

Cela signifie que la Russie ne peut pas du tout honorer ses dettes auprès des créanciers internationaux, même si le Kremlin le souhaite. «Je parlerais d'une faillite technique ou mise en scène», poursuit Burghof.

Ainsi, les surveillants de crédit de S&P et Moody's soulignent également que les causes principales du risque accru de défaut de paiement ne sont pas le manque d'argent, mais les conséquences des sanctions. Même si la Russie payait, il ne serait donc pas certain que les créanciers à l'étranger puissent obtenir leur argent.

Une très probable faillite de la dette publique

Le président de l'Institut allemand de recherche économique (DIW), Marcel Fratzscher, estime qu'une faillite de la dette publique russe dans les prochains mois est très probable.

La banque d'investissement américaine Morgan Stanley envisage elle aussi une faillite de l'Etat. «Nous considérons un défaut de paiement comme le scénario le plus probable», a-t-elle écrit la semaine dernière à ses clients.

Quand la Russie sera-t-elle officiellement en faillite?

Quand la Russie sera-t-elle officiellement en faillite? C’est difficile à dire: même si les paiements n'étaient pas effectués cette semaine, cela ne signifierait pas que la Russie se retrouverait en faillite du jour au lendemain.

En effet, après le premier défaut de paiement, un délai de grâce de 30 jours commence en général, de sorte que la véritable faillite n'interviendrait qu'en avril. Mais la date exacte de la faillite ne devrait pratiquement pas être reconnaissable de l'extérieur, dit Burghof.

Des gens font la queue pour retirer de l'argent à un distributeur automatique à Moscou.
Des gens font la queue pour retirer de l'argent à un distributeur automatique à Moscou.image: keystone
Si le Kremlin est en faillite, il ne va certainement pas le colporter

«Lorsque les particuliers ne paient plus leurs factures, l'huissier de justice se présente un jour ou l'autre devant leur porte», explique Burghof. «Pour les Etats, ce n'est pas le cas.»

Car les créanciers ne pourraient pas simplement réclamer les dettes sous la menace d'une amende, dit-il. «Il n'y a pas non plus de tribunal d'insolvabilité qui pourrait constater la faillite de la Russie». La seule conséquence serait que la Russie n'obtiendrait presque plus de crédits (voir le paragraphe suivant).

Quelles seraient les conséquences de la faillite en Russie?

Les conséquences immédiates pour la Russie sont limitées, selon l'expert financier Burghof. Car: compte tenu de la guerre en Ukraine et des sanctions occidentales, il devrait de toute façon être exclu que la Russie obtienne des crédits de l'Occident, explique l'expert.

Il en sera toujours ainsi en cas de faillite de l'Etat, même après la guerre. «Car les investisseurs savent que tout argent est perdu», explique Burghof. Les conséquences à long terme d'une faillite seraient donc fatales, affirme-t-il.

«Poutine catapulte son pays vers la sortie»

«La Russie sera exclue à long terme du système financier international, si ce n'est pas déjà fait par la guerre», dit-il. «Poutine catapulte son pays vers la sortie. Il laisse derrière lui un héritage empoisonné». On peut se demander si la Russie s'en remettra un jour.

Mais il est possible qu'à moyen terme, le pays forme avec la Chine un nouveau bloc dans le système financier mondial. La Chine milite depuis des années pour devenir plus indépendante du système Swift, dont certaines banques russes ont été exclues.

«Si la Chine poursuit des intérêts géopolitiques, elle ne se soucie pas de savoir si la Russie est solvable ou non», explique Burghof. «Dans ce cas, les deux Etats s'uniront de toute façon. Mais pour cela, la Russie devra payer un prix politique élevé à la Chine». En d'autres termes: se rendre dépendant de la Chine.

Il est en outre probable que la Russie imprime alors simplement plus de roubles, ce qui ferait encore augmenter l'inflation. La banque centrale russe s'attend déjà à un taux d'inflation de 20% cette année.

Que signifie la faillite d'un Etat pour les investisseurs et les banques?

Rien de bon. Les assurances contre les pertes de crédit pourraient ne pas fonctionner pour certains emprunts.

Les grandes agences de rating ne donnent pas non plus beaucoup d'espoir aux investisseurs. Fitch, Moody's et S&P considèrent désormais que la note de crédit de la Russie se situe dans la zone dite de «dépréciation», qui doit caractériser les placements à haut risque. Quoi qu'il en soit, la situation de la Russie s'annonce complexe.

La question de savoir comment les dettes étrangères seront traitées en cas de faillite - c'est-à-dire qui devra finalement assumer les pertes - reste ouverte, selon Burghof. «La question de savoir qui supportera les coûts de la faillite de l'Etat devrait encore occuper les tribunaux pendant des années.»

Une nouvelle crise financière due à la faillite de l'Etat russe peu probable

Il est peu probable qu'une faillite d'Etat provoque une nouvelle crise financière. Le Fonds monétaire international (FMI) ne s'attend pas non plus à des répercussions graves sur le système financier mondial.

L'engagement total des banques envers la Russie, qui s'élève à environ 120 milliards de dollars, n'est certes pas insignifiant, mais «pas systématiquement pertinent», a récemment déclaré la directrice du FMI Kristalina Georgieva à la chaîne américaine CBS.

Comment la Russie peut-elle échapper à une faillite d'Etat?

Tant que la Russie sera en guerre contre l'Ukraine et que les sanctions occidentales seront effectives, la Russie ne pourra probablement pas éviter la faillite d'Etat. Les pays occidentaux pourraient certes débloquer une partie des réserves gelées de la banque centrale pour servir la dette extérieure de la Russie.

Mais cela devrait être peu probable, estime également l'expert Burghof. «L'Occident va menacer de laisser la Russie faire faillite - pour augmenter encore la pression sur Poutine», dit-il.

La Russie veut payer ses dettes en roubles

La Russie a certes annoncé qu'en cas de doute, elle rembourserait ses dettes en devises, qui se chiffrent en milliards, en rouble fortement dévalué - au lieu du dollar ou de l'euro. Le ministère des Finances à Moscou a, selon ses propres indications, autorisé lundi une procédure temporaire à cet effet.

Celle-ci prévoit que les paiements seraient effectués dans la monnaie nationale, le rouble, si les sanctions occidentales liées à l'invasion militaire de l'Ukraine empêchaient les banques de régler les dettes en devises. Mais les créanciers à l'étranger devraient s'opposer à l'acceptation des roubles.

Après tout, le rouble a perdu beaucoup de sa valeur dans le sillage de la guerre, et devrait encore chuter en cas de faillite de l'Etat. «Au plus tard lorsque Poutine fera marcher la planche à billets et que l'inflation continuera d'augmenter», explique Burghof. «Dans ce scénario, aucun investisseur raisonnable n'acceptera plus le rouble.»

Les manifestations en Russie

1 / 7
Les manifestations en Russie
source: sda / maxim shipenkov
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Quand Mikhail Gorbachev jouait dans une publicité pour Pizza Hut

Sur l'épineux dossier des sanctions contre la Russie

Les sanctions vont-elles faire chuter l'ISS? Moscou menace

Link zum Artikel

La Suisse et ses sanctions contre la Russie font rire les américains

Link zum Artikel

Les sanctions de l'UE contre la Russie que la Suisse a adoptées

Link zum Artikel

Les sanctions contre la Russie portent leurs fruits (et nous touchent aussi)

Link zum Artikel

Washington va prendre de nouvelles sanctions contre la Russie

Link zum Artikel

Les yachts des oligarques sont dans le viseur d'une taskforce internationale

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'Europe a un plan pour confisquer (encore plus) d'avoirs d'oligarques russes
Elle a beau avoir déjà gelé pour quelque 10 milliards d'euros d'avoirs russes, l'Union européenne ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Elle a déjà prévu tout un programme pour poursuivre les confiscations et s'harmoniser sur les sanctions des tricheurs. Voici ce qu'elle projette.

Depuis le début de la guerre, l'UE n'y est pas allée avec le dos de la cuillère en matière de sanctions économiques: elle a déjà confisqué plus de 10 milliards d'euros d'avoirs (bateaux, hélicoptères, biens immobiliers, oeuvres d'art, comptes bancaires) de personnalités en lien avec le Kremlin. Et ce sont plus de 200 milliards d'euros de transactions qui ont été bloqués.

L’article