en partie ensoleillé
DE | FR
Economie
Russie

La place financière suisse tremble à l'idée de briser un grand tabou

Vladimir Poutine et Viktor Vekselberg sont proches. L'oligarque peut-il pour autant être exproprié? Le sujet était également brûlant à Davos.
Vladimir Poutine et Viktor Vekselberg sont proches. L'oligarque peut-il pour autant être exproprié? Le sujet était également brûlant à Davos.Image: Alexei Druzhinin/AP

La place financière suisse tremble à l'idée de briser un grand tabou

Les flux financiers internationaux sont de plus en plus souvent utilisés comme des armes dans les conflits géopolitiques. Cette évolution mine des espaces monétaires entiers et met en péril le modèle commercial des places financières internationales.
25.01.2023, 11:5928.01.2023, 18:44
Daniel Zulauf / ch media

En même temps que l'ouverture du Forum économique mondial de Davos, le Credit Suisse a publié la semaine passée une analyse de 30 pages qui traite de l'avenir du système monétaire mondial et du dollar en tant que monnaie de référence mondiale. La coïncidence des deux événements n'est pas le fruit du hasard.

Depuis le début du conflit armé entre la Russie et l'Ukraine, un terme a fait beaucoup parler: «The Weaponisation of Finance», les flux monétaires comme arme dans les conflits géopolitiques. La guerre en Ukraine a marqué un point culminant à cet égard.

Peu après l'invasion russe, les pays du G7 se sont mis d'accord, sous la pression des Etats-Unis, pour geler les réserves de devises à portée de main de la banque centrale russe, qui s'élèvent à plus de 600 milliards de dollars. Certes, des actions similaires avaient déjà eu lieu auparavant, par exemple dans le cadre des sanctions économiques internationales contre l'Iran. Mais l'ampleur des mesures prises à l'encontre de la Russie a quasiment donné lieu à la création d'une nouvelle discipline de sanctions économiques.

Risque d'une dépendance au dollar

Une déclaration de l'ancien secrétaire américain au Trésor Jack Lew, datant de 2016 et citée dans l'étude de Credit Suisse, replace parfaitement de tels régimes de sanctions dans le contexte mondial:

«Plus nous faisons dépendre l'utilisation du dollar et de notre système financier d'une conformité avec la politique étrangère américaine, plus le risque de migration vers d'autres monnaies et systèmes financiers sera grand à moyen terme.»

Un transfert de réserves de devises dans d'autres espaces monétaires pour des raisons politiques n'est certes pas encore prouvé. Mais les observateurs des marchés financiers ont constaté l'année dernière les achats d'or les plus élevés des banques centrales depuis 50 ans. Parmi les plus gros acheteurs connus figurent plusieurs pays qui se sont abstenus lors du vote de l'ONU sur la condamnation de la Russie en avril 2022.

Il semble toutefois indéniable que le contrôle des flux financiers internationaux a pris une importance politique sans précédent avec la guerre en Ukraine. Lors du Forum économique de Davos, la confiscation des biens des citoyens russes figurant sur les listes de sanctions internationales a été un thème majeur. La pression internationale est forte pour que tous les Etats participent à une telle action de confiscation, a déclaré le ministre suisse des Affaires étrangères Ignazio Cassis lors d'une interview.

Les clients internationaux prennent-ils la fuite?

La Suisse a bloqué des avoirs de personnes comme Viktor Vekselberg et d'autres oligarques pour un montant de 7,5 milliards de francs. Dans l'UE, les fonds bloqués s'élèvent à 17 milliards d'euros et en Grande-Bretagne à 18 milliards de livres. L'Ukraine souhaite que ces fonds soient confisqués afin qu'ils puissent être utilisés pour la reconstruction du pays après la guerre.

L'expropriation de ces biens reviendrait à briser un tabou fatal, prévient un représentant du secteur bancaire suisse qui souhaite garder l'anonymat. En effet, seules les fortunes dont il est prouvé qu'elles ont été acquises illégalement peuvent être légalement expropriées. Personne ne peut savoir dans quelle mesure cela s'applique aux avoirs des oligarques sanctionnés sans une procédure juridique propre. Les représentants du gouvernement suisse et les représentants de la place financière observent «ce jeu dangereux» avec un malaise croissant.

Il est évident que les banques craignent qu'une expropriation des avoirs de leurs clients pour des raisons politiques ne fasse fuir une grande partie de leur clientèle internationale. Des craintes similaires avaient déjà été exprimées en mars 1986, lorsque le gouvernement suisse s'était résolu pour la première fois à bloquer à titre préventif les avoirs détenus en Suisse par un président étranger déchu. Il s'agissait du dictateur philippin Ferdinand Marcos, qui avait ainsi été empêché de transférer plus de 600 millions de dollars vers son domicile de fuite à Hawaï.

La place financière a du mal à s'en sortir

Cela a marqué un «changement de paradigme» dans la manière dont la Suisse gère l'argent des potentats, constate l'observateur critique de la place financière et journaliste de longue date Balz Bruppacher dans son livre Die Schatzkammer der Diktatoren (NZZ Libro, 2020). Ce revirement est né d'un souci de soigner la bonne réputation du pays, après que la Suisse a été dénoncée par la presse mondiale comme un refuge, écrit Bruppacher.

L'expropriation de Marcos n'a toutefois été décidée qu'après une procédure juridique de plus de vingt ans, d'abord en Suisse puis aux Philippines. C'est ainsi que la Suisse a réussi à faire de la nécessité de l'époque de sauver la bonne réputation de sa place financière une vertu, selon Bruppacher qui cite une diplomate de haut rang au ministère des Affaires étrangères.

Un tel numéro d'équilibriste pourrait devenir plus difficile à l'avenir. «Plus les flux financiers seront transformés en arme et plus les blocs qui en résulteront seront nombreux, plus il sera difficile pour la Suisse et sa place financière de rester à l'écart», explique un représentant de banque pour expliquer son inquiétude.

Le discours de la Première ministre finlandaise durant le WEF

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
UBS va bien
La banque suisse a vu son bénéfice net augmenter l'année dernière, au-delà des prévisions des analystes.

Malgré la volatilité des marchés et un contexte géopolitique tendu, le numéro un mondial de la gestion de fortune a enregistré un résultat en hausse en 2022: 9,6 milliards de dollars.

L’article