Economie
Ski Alpin

L'hiver sera rude pour les stations de ski suisses

Entre inflation, pénurie et Covid, l'hiver sera rude pour les stations suisses

Malgré le Covid, ou plutôt grâce aux restrictions qui ont frappé divers pays européens l'hiver passé, les domaines skiables suisses ont enregistré une hausse de la fréquentation. Mais la nouvelle saison s'annonce délicate, notamment en raison de la pénurie énergétique.
03.09.2022, 14:0404.09.2022, 09:29
Plus de «Economie»
La saison passée, les Suisses ont régulièrement chaussé leurs lattes.
La saison passée, les Suisses ont régulièrement chaussé leurs lattes.Image: Shutterstock

Alors que la fréquentation et le chiffre d'affaires des stations de ski ont atteint des records la saison dernière, le directeur des remontées mécaniques Berno Stoffel s'attend à un hiver difficile. Il évoque l'inflation et la fin des restrictions Covid en Europe ce samedi dans Le Nouvelliste et La Liberté.

Le directeur des Remontées Mécaniques Suisses Berno Stoffel 👆
Le directeur des Remontées Mécaniques Suisses Berno Stoffel 👆Source: (rms)

Pour la première fois depuis la saison 2012-13, les stations de ski ont enregistré plus de 25 millions de journées-skieurs la saison dernière, selon le bilan publié par les remontées mécaniques suisses sur leur site internet. Le chiffre d'affaires a aussi grimpé avec un total de 828 millions, soit le meilleur résultat depuis 2010-11.

«Malgré les incertitudes liées au Covid, les Suisses ont beaucoup fréquenté les remontées et les étrangers sont revenus»
Berno Stoffel, dans Le Nouvelliste et La Liberté

Ces bons résultats ont spécialement profité aux grandes destinations internationales en haute altitude.

La neige, arrivée tôt dans la saison, a permis une ouverture précoce et incité à l'achat d'abonnements, précise le Valaisan. Et les restrictions anti-Covid encore en vigueur dans les pays voisins, comme en France, ont boosté l'arrivée de clients étrangers. Alors qu'ils représentaient qu'un quart de la clientèle en Valais en 2020-21, ils ont composé près de la moitié des skieurs dans cette région la saison dernière.

«L'aide» du Covid

Mais cette clientèle risque à nouveau de bouder les stations suisses en 2022-23, prévient Berno Stoffel, qui dit s'attendre à un hiver «difficile».

«La Suisse n'aura plus l'avantage d'être l'un des seuls pays de la région à avoir des domaines skiables ouverts, ou du moins accessibles sans restriction»
Berno Stoffel

L'inflation en Europe joue aussi en défaveur des stations suisses. Les touristes étrangers risquent d'être «découragés au vu de la baisse de leur pouvoir d'achat et de la cherté en Suisse».

La clientèle helvétique devrait en revanche rester au pays. Quant à l’absence des Russes et des Chinois, «elle n’aura qu’un impact négligeable sur les affaires», commente le patron des remontées mécaniques. Cette clientèle venant peu en Suisse l’hiver.

Le portefeuille des Suisses va souffrir cet hiver👇

80 mesures face à la pénurie

La pénurie d'énergie redoutée partout en Europe force également les remontées mécaniques à s'adapter. L'association prépare actuellement des mesures d'économies, bien que le secteur «ne consomme que 0.34% de toute l'énergie en Suisse», précise Berno Stoffel.

La branche songe par exemple à renoncer au ski nocturne l'hiver prochain. Moins de chauffage dans les stations de pompage contre le gel, toilettes sans eau chaude et diminution de l’éclairage sont d'autres options.

La faîtière a établi une liste de plus de 80 mesures, indique son directeur.

Selon les chiffres mis en ligne par les Remontées mécaniques suisses, les besoins globaux du secteur en électricité s’élèvent à 183 GWh par an. Les installations de transport en consomment plus de la moitié (environ 55%) et l’enneigement artificiel près d'un tiers (32%).

(jod/sda)

Le meilleur d'Andri Ragettli, le skieur acrobatique des Grisons
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Migros confirme les licenciements: voici combien et où
Migros a confirmé mardi la suppression de 150 postes à plein temps à son siège de Zurich, dans le cadre de sa restructuration prévue pour le 1er juillet.

Migros a confirmé mardi la suppression de 150 postes à plein temps au sein de sa filiale Supermarché, basée au siège de la Fédération des coopératives Migros (FCM) à Zurich, dans le cadre de sa restructuration. Celle-ci doit être mise en œuvre d'ici au 1ᵉʳ juillet.

L’article