DE | FR

Les talibans consultent, Biden fait son mea culpa: les événements de la nuit

Image: Keystone
Alors que les talibans cherchent à former un gouvernement et tentent de rassurer les Afghans et les puissances mondiales, la vie reprend à Kaboul, où les évacuations se poursuivent dans des conditions difficiles.
19.08.2021, 07:3019.08.2021, 15:24

Négociations

Les talibans cherchent à former un nouveau gouvernement. Pour cette raison, ils ont rencontré, mercredi, l'ex-président afghan Hamid Karzai, ainsi que l'ancien vice-président Abdullah Abdullah.

Ces négociations ont été bien accueillies par l'ex-président Ashraf Ghani, qui a précipitamment quitté dimanche son pays pour les Emirats arabes unis. «Je suis actuellement en pourparlers pour retourner en Afghanistan», a-t-il assuré dans un message vidéo adressé à ses compatriotes.

L'ancien président Hamid Karzaï rencontre les dirigeants talibans.
L'ancien président Hamid Karzaï rencontre les dirigeants talibans.Image: sda

Se présentant comme plus modérés, les talibans semblent recevoir un accueil international moins hostile qu'il y a deux décennies. La Chine s'est dite prête à entretenir des «relations amicales» avec eux, tandis que la Russie a évoqué un «signal positif». La Turquie et l'Iran ont fait des gestes d'ouverture, alors que les Occidentaux se montrent, eux, plus réticents.

Biden répond aux critiques

Très critiqué depuis la prise de pouvoir des talibans en Afghanistan, Joe Biden a affirmé qu'il aurait été impossible de retirer les troupes américaines sans «chaos» dans le pays. Il a ajouté que les militaires pourraient, au besoin, rester à Kaboul après la fin août.

L'idée «que d'une façon il y avait un moyen de sortir sans que le chaos s'ensuive, je ne vois pas comment cela est possible», a-t-il dit mercredi à la chaîne ABC.

Les Etats-Unis estiment que «rien» ne laissait présager que l'armée et le gouvernement afghans s'effondreraient aussi vite.

La vie reprend à Kaboul

Dans le même temps, la vie a commencé à reprendre à Kaboul, même si la peur est là. La capitale afghane a été très calme mercredi, la plupart des administrations et des commerces ayant fermé en raison de l'Achoura, une importante fête religieuse chiite. Nombre d'Afghans ont continué à se rassembler devant les ambassades, au gré des rumeurs sur la possibilité d'obtenir un visa ou l'asile.

Un groupe de talibans patrouille dans les rues de Kaboul.
Un groupe de talibans patrouille dans les rues de Kaboul.Image: sda

Les talibans rassurent

Les militants islamistes ont également annoncé qu'ils avaient gracié tous les anciens responsables gouvernementaux. «Tous ceux qui sont dans le camp opposé sont pardonnés de A à Z. Nous ne chercherons pas à nous venger», a lancé un de leurs porte-parole, Zabihullah Mujahid.

Et d'affirmer que les islamistes avaient appris de leur premier exercice du pouvoir et qu'il y aurait de «nombreuses différences» dans leur manière d'administrer leur pays, même si, idéologiquement, «il n'y a pas de différences».

Les évacuations continuent

Les évacuations se poursuivaient dans des conditions difficiles. Le Pentagone, qui souhaite évacuer autant de personnes que «possible», soulignait que les islamistes «facilitaient le passage» vers l'aéroport de Kaboul des citoyens américains. Mais des informations rapportent «que les talibans (...) empêchent les Afghans d'atteindre l'aéroport», déplorait le Département d'Etat.

Des personnes sont assises dans un avion de l'armée allemande à l'aéroport de Kaboul.
Des personnes sont assises dans un avion de l'armée allemande à l'aéroport de Kaboul.Image: sda

L'Union européenne doit accueillir les Afghans faisant l'objet d'une «menace immédiate», a pour sa part déclaré la commissaire européenne Ylva Johansson. Et l'Autriche demande d'ores et déjà que l'UE prévoie des «centres de rétention» dans des pays voisins de l'Afghanistan pour ceux qui seront expulsés d'Europe. (ats/asi)

Les talibans ont pris le contrôle de Kaboul, Afghanistan

1 / 19
Les talibans ont pris le contrôle de Kaboul, Afghanistan
source: sda / khwaja tawfiq sediqi
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
C'est l'anniversaire de Poutine: voici comment Twitter le «félicite»
Le dirigeant russe souffle ce vendredi ses 70 bougies. Twitter s'est rapidement emparé de l'affaire. Sélection.

Attention, chère utilisatrice, cher utilisateur de watson: si les tweets de cet article ne s'affichent pas rapidement, cliquez sur ce lien pour notre assistance informatique, comptez jusqu'à cinq, à voix haute ou en silence, allez vous chercher une boisson et continuez à défiler ensuite.

L’article