DE | FR

Les talibans consultent, Biden fait son mea culpa: les événements de la nuit

Bild

Image: Keystone

Alors que les talibans cherchent à former un gouvernement et tentent de rassurer les Afghans et les puissances mondiales, la vie reprend à Kaboul, où les évacuations se poursuivent dans des conditions difficiles.



Négociations

Les talibans cherchent à former un nouveau gouvernement. Pour cette raison, ils ont rencontré, mercredi, l'ex-président afghan Hamid Karzai, ainsi que l'ancien vice-président Abdullah Abdullah.

Ces négociations ont été bien accueillies par l'ex-président Ashraf Ghani, qui a précipitamment quitté dimanche son pays pour les Emirats arabes unis. «Je suis actuellement en pourparlers pour retourner en Afghanistan», a-t-il assuré dans un message vidéo adressé à ses compatriotes.

In this handout photograph released by the Taliban, former Afghan President Hamid Karzai, center left, senior Haqqani group leader Anas Haqqani, center right, Abdullah Abdullah, second right, head of Afghanistan's National Reconciliation Council and former government negotiator with the Taliban, and others in the Taliban delegation, meet in Kabul, Afghanistan, Wednesday, Aug. 18, 2021. The meeting comes after the Taliban's lightning offensive saw the militants seize the capital, Kabul. (Taliban via AP)
Hamid Karzai,Anas Haqqani,Abdullah Abdullah

L'ancien président Hamid Karzaï rencontre les dirigeants talibans. Image: sda

Se présentant comme plus modérés, les talibans semblent recevoir un accueil international moins hostile qu'il y a deux décennies. La Chine s'est dite prête à entretenir des «relations amicales» avec eux, tandis que la Russie a évoqué un «signal positif». La Turquie et l'Iran ont fait des gestes d'ouverture, alors que les Occidentaux se montrent, eux, plus réticents.

Biden répond aux critiques

Très critiqué depuis la prise de pouvoir des talibans en Afghanistan, Joe Biden a affirmé qu'il aurait été impossible de retirer les troupes américaines sans «chaos» dans le pays. Il a ajouté que les militaires pourraient, au besoin, rester à Kaboul après la fin août.

L'idée «que d'une façon il y avait un moyen de sortir sans que le chaos s'ensuive, je ne vois pas comment cela est possible», a-t-il dit mercredi à la chaîne ABC.

Les Etats-Unis estiment que «rien» ne laissait présager que l'armée et le gouvernement afghans s'effondreraient aussi vite.

La vie reprend à Kaboul

Dans le même temps, la vie a commencé à reprendre à Kaboul, même si la peur est là. La capitale afghane a été très calme mercredi, la plupart des administrations et des commerces ayant fermé en raison de l'Achoura, une importante fête religieuse chiite. Nombre d'Afghans ont continué à se rassembler devant les ambassades, au gré des rumeurs sur la possibilité d'obtenir un visa ou l'asile.

Taliban fighters patrol in Wazir Akbar Khan neighborhood in the city of Kabul, Afghanistan, Wednesday, Aug. 18, 2021. The Taliban declared an

Un groupe de talibans patrouille dans les rues de Kaboul. Image: sda

Les talibans rassurent

Les militants islamistes ont également annoncé qu'ils avaient gracié tous les anciens responsables gouvernementaux. «Tous ceux qui sont dans le camp opposé sont pardonnés de A à Z. Nous ne chercherons pas à nous venger», a lancé un de leurs porte-parole, Zabihullah Mujahid.

Et d'affirmer que les islamistes avaient appris de leur premier exercice du pouvoir et qu'il y aurait de «nombreuses différences» dans leur manière d'administrer leur pays, même si, idéologiquement, «il n'y a pas de différences».

Les évacuations continuent

Les évacuations se poursuivaient dans des conditions difficiles. Le Pentagone, qui souhaite évacuer autant de personnes que «possible», soulignait que les islamistes «facilitaient le passage» vers l'aéroport de Kaboul des citoyens américains. Mais des informations rapportent «que les talibans (...) empêchent les Afghans d'atteindre l'aéroport», déplorait le Département d'Etat.

People sit in a German Bundeswehr airplane at the airport in Kabul, Afghanistan, Tuesday, Aug. 17, 2021, as the federal armed forces evacuates German citizens and local Afghans who worked for Germany.  (Bundeswehr via AP)

Des personnes sont assises dans un avion de l'armée allemande à l'aéroport de Kaboul. Image: sda

L'Union européenne doit accueillir les Afghans faisant l'objet d'une «menace immédiate», a pour sa part déclaré la commissaire européenne Ylva Johansson. Et l'Autriche demande d'ores et déjà que l'UE prévoie des «centres de rétention» dans des pays voisins de l'Afghanistan pour ceux qui seront expulsés d'Europe. (ats/asi)

Les talibans ont pris le contrôle de Kaboul, Afghanistan

1 / 19
Les talibans ont pris le contrôle de Kaboul, Afghanistan
source: sda / khwaja tawfiq sediqi
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

La situation en Afghanistan

4 points pour comprendre qui sont les talibans

Link zum Artikel

En Afghanistan, des décennies de progrès pourraient être anéanties

Link zum Artikel

Suite à la défaite afghane, Trump appelle Biden à la démission

Link zum Artikel

Le président de l'Afghanistan a quitté le pays

Link zum Artikel

L'évacuation de Kaboul va bientôt prendre fin: le point sur la situation

Dans six jours, le 31 août, les troupes américaines quitteront l'aéroport de Kaboul. Quelle est la situation sur le terrain? Combien de personnes ont déjà été évacuées?

Les évacuations se succèdent sans arrêt, malgré la situation chaotique à l'aéroport de Kaboul. Depuis la mise en place du pont aérien, le 14 août, 88 000 personnes sont parties à bord des avions occidentaux.

Les opérations se sont encore intensifiées ces dernières heures: près de 19 000 personnes ont été exfiltrées en 24 heures entre mardi et mercredi, dont 11 200 par les Etats-Unis et 7800 par les autres pays.

Le président américain Joe Biden a confirmé que les troupes américaines quitteront …

Lire l’article
Link zum Artikel