DE | FR

Vous n'avez rien suivi des élections en Allemagne? On l'a fait pour vous

Les protagonistes des élections en Allemagne: Armin Laschet (CDU/CSU), Annalena Baerbock (Les Verts), Olaf Scholz (SPD) et Christian Lindner (FDP).
Les protagonistes des élections en Allemagne: Armin Laschet (CDU/CSU), Annalena Baerbock (Les Verts), Olaf Scholz (SPD) et Christian Lindner (FDP).
Image: Keystone/Shutterstock
La gauche a remporté les élections au Bundestag juste devant le parti de Merkel, mais les sociaux-démocrates peuvent-ils vraiment former un gouvernement? Résumé de la situation en 9 points.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
27.09.2021, 17:0727.09.2021, 17:45
christoph reichmuth / ch media

Quels sont les résultats actuels?

Le Parti social-démocrate d’Allemagne (SPD) a remporté les élections législatives. Pour la première fois depuis plusieurs années, le parti de gauche a gagné 25,7% des voix - une augmentation de plus de 5% par rapport aux élections de 2017.

La CDU/CSU, quant à elle, a chuté à un niveau record de 24,1% après 16 ans de gouvernement sous la direction d'Angela Merkel. Les Verts ont obtenu le meilleur résultat de leur histoire avec 14,8%. Ils montent ainsi sur la troisième marche du podium. Le FDP, Le Parti libéral-démocrate, a lui progressé à 11,5%. Enfin, l'AfD a passé de la troisième à la cinquième place avec 10,3%. Le Parti de la gauche est tombé à 4,9%.

L'Allemagne sera-t-elle bientôt régie par des sociaux-démocrates?

Selon les dernières estimations, le SPD a en effet remporté les élections avec son principal candidat, Olaf Scholz. Mais le chemin vers la chancellerie risque d'être semé d'embûches, car il faudra former une coalition. Et cela pourrait s’avérer difficile. Car si la gauche et les Verts pouvaient former une alliance, ils auraient besoin d'un troisième partenaire.

Olaf Scholz, membre du Parti social-démocrate d'Allemagne.
Olaf Scholz, membre du Parti social-démocrate d'Allemagne.
Image: EPA POOL

Seul le FDP sème le doute, car il veut également gouverner, mais a sans doute une préférence pour les chrétiens-démocrates. Ce ne sera pas une mince affaire pour Olaf Scholz. S'il n'obtient pas l'alliance des trois partis, les chances du SPD pourraient disparaître.

Quant au leader du FDP, Christian Lindner, il peut s’estimer chanceux: il a le rôle du faiseur de roi.

Y’aura-t-il alors de nouvelles élections?

Non. Si le SPD ne peut pas former un gouvernement, ceux qui occupent la deuxième place peuvent aussi essayer. Dans ce cas, le leader de la CDU/CSU, Armin Laschet, devra à nouveau se battre. La CDU/CSU ferait entrer le FDP à bord et devrait convaincre les Verts de gouverner avec eux plutôt qu'avec leur partenaire préféré, le SPD.

Le parti écologiste souhaitant entrer au gouvernement, un accord n'est pas impossible. Si les Verts se voient offrir le ministère de l'environnement, ils pourraient accepter. D'autres alliances comme le SPD, la CDU/CSU et le FDP sont également possibles, mais de telles coalitions sont plutôt improbables.

Combien de temps pour trouver le remplaçant de Merkel?

Il se peut que l’attente soit longue. Olaf Scholz, lui, veut avoir formé le nouveau gouvernement avant Noël. Lorsque le journaliste de la chaîne de télévision ARD lui a demandé si Angela Merkel prononcerait son 17e discours du Nouvel An en tant que chef du gouvernement le 31 décembre, Scholz a répondu par un léger sourire:

«Mon ambition est que nous y parvenions plus rapidement, afin qu'Angela Merkel n'ait pas à prononcer ce discours»

Cette réponse souligne ainsi le fait que tant qu'aucun nouveau gouvernement n'a été formé, la chancelière Angela Merkel restera en fonction à titre provisoire, ainsi que le gouvernement actuel. Elle espère probablement que les partenaires se rapprocheront rapidement.

Le SPD a-t-il alors remonté la pente?

Pas forcément. Les camarades doivent leur bon résultat avant tout à leur meilleur candidat Olaf Scholz. De tous les candidats ayant une chance de devenir chancelier, dont Armin Laschet et la Verte Annalena Baerbock, c'est Scholz qui a maîtrisé la campagne électorale avec le plus d'assurance.

Le parti a ainsi profité du charisme de son candidat, qui a montré qu’il saurait gérer une crise de manière adéquate en Allemagne. Le SPD s'est présenté comme uni, mais en réalité, le parti est toujours divisé. La Gauche a cédé la place au pragmatique Scholz pour les élections. Mais la durée de ce calme reste encore incertaine.

Les Allemands ne sont-ils alors pas si écolos que ça?

Les Verts ont remporté près de 15% aux élections, et c'est un succès. Les sondages du printemps qui voyaient les Verts en tête de tous les partis ne reflétaient pas la réalité.

Annalena Baerbock a échoué non seulement à cause de ses propres erreurs et de son manque d'expérience en politique, mais aussi à cause du fait que, si la majorité des Allemands attachent une grande importance à la protection du climat, ils ne voient pas les Verts comme un parti majoritaire au sein du gouvernement.

Le parti l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) n’a-t-il plus de succès?

C'est une hypothèse très abrupte. L'AfD s'est plutôt bien imposé parmi les partis allemands. Il n'est plus principalement un parti de protestation, et les sondages auprès des électeurs ont montré que l'AfD est désormais considéré comme assez compétent, notamment sur les questions de la migration et de la sécurité intérieure.

Toutefois, sa progression a été ralentie dans l'est de l'Allemagne, où elle présente des valeurs nettement plus fortes que dans l'ouest du pays. Si la CDU/CSU est effectivement reléguée dans l'opposition au niveau national, l'AfD perdra son rôle de force d'opposition. Cela pourrait affaiblir sa position, surtout si la CDU/CSU est capable de voler des thématiques à l'AfD.

Qu’en disent les journalistes?

Les journaux commentent non seulement le succès du SPD, que l'on croyait mort depuis longtemps, mais surtout l'effondrement de la CDU/CSU. «La tectonique politique est brisée, le pays perd les derniers partis populaires», écrit la Süddeutsche Zeitung. L'Union avait fait une mauvaise campagne électorale et n'était pas apparue unie.

«La CDU/CSU a bel et bien mérité sa chute»
Süddeutsche Zeitung

«Les postures triomphales sont hors de question au vu de la répartition des faveurs des électeurs. Cette élection n'est pas un mandat pour gouverner, mais un mandat pour rechercher un compromis.»

Le Handelsblatt s'intéresse à l'éventuel nouveau chancelier Olaf Scholz et évoque la difficulté de former une coalition. Scholz «s'est presque efforcé d’être meilleur qu’Angela Merkel». Un gouvernement dirigé par le SPD est loin d'être une fatalité:

«Néanmoins, Scholz pourrait devenir un héros tragique. Il y a suffisamment de forces au sein des Verts qui préféreraient entrer dans un gouvernement avec le FDP et l'Union. Les stratèges y voient une chance de remplacer le SPD comme la plus grande force de gauche dans quatre ans»
Handelsblatt

Quels enjeux pour la Suisse?

Le partenaire le plus important de la Suisse pourrait entrer dans une longue phase sans nouveau gouvernement, alors que la Suisse veut reconstruire sa relation avec l'UE après l'échec de l'accord-cadre et souhaite compter sur le soutien de l’Allemagne.

Scholz est partisan d'un approfondissement de l'UE. Il a fait campagne au niveau européen pour un impôt minimum mondial pour Apple, Facebook ou Google. L'ambassadeur suisse à Berlin, Paul Seger, souligne dans un entretien accordé à CH Media qu'avec un gouvernement dirigé par le SPD, la question sera probablement traitée «un peu plus fermement qu'avec un gouvernement dirigé par la CDU». Toutefois, Seger ajoute: «Je ne m'attends pas à un changement de direction».

Article traduit de l'allemand par Kenza Vionnet

Après ce sujet très sérieux, voici une pizza party dans l'espace

Plus d'articles «International»

50°C à l'ombre au Canada, la faute à un «dôme de chaleur». Explications

Link zum Artikel

Détournés, abattus, sabotés, les avions sont de vraies armes politiques

Link zum Artikel

Non-vacciné? Préparez vos narines pour visiter la France cet été

Link zum Artikel

L'Italie a-t-elle un (gros) problème avec ses infrastructures?

Link zum Artikel

Israël se sent menacé par le variant Delta

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

L'Allemagne va débuter le retrait de ses troupes d'Afghanistan

L'Allemagne envisage d'achever le retrait de ses troupes engagées en Afghanistan dès le 4 juillet, a affirmé mercredi un porte-parole du ministère allemand de la défense.

L'Allemagne suit le sillage des promesses de Biden. L'armée américaine doit quitter l'Afghanistan d'ici au 11 septembre, et la Bundeswehr doit commencer à se retirer dès le 1er mai.

La ministre de la Défense allemande, Annegret Kramp-Karrenbauer annonce que le retrait se fera «de manière ordonnée et coordonnée avec les partenaires de l'Otan».

Les alliés de l'Otan avaient annoncé, mercredi dernier, leur décision de commencer le retrait de leurs forces engagées dans la mission en Afghanistan …

Lire l’article
Link zum Artikel