DE | FR
Vladimir Poutine est désormais considéré comme un dictateur.
Vladimir Poutine est désormais considéré comme un dictateur.image: keystone
Analyse

Le début de la fin de Vladimir Poutine pourrait être imminent

Les dictateurs sont très difficiles à renverser. Toutefois, une guerre peut changer la donne. Analyse.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
05.03.2022, 13:11
Philipp Löpfe
Philipp Löpfe
Philipp Löpfe
Suivez-moi

«Le début de la fin pour Poutine C'est en tout cas la question que se posent les politologues Andrea Kendall-Taylor et Erica Frantz dans le magazine Foreign Affairs. C'est plus qu'un simple souhait, les deux femmes savent de quoi elles parlent. Andrea Kendall-Taylor a longtemps analysé le fonctionnement de la Russie au sein de la CIA et fait aujourd'hui partie du groupe de réflexion Center for a New American Security. Erica Frantz, elle, est professeure à l’Université de l’Etat du Michigan.

«Les régimes répressifs comme celui de la Russie sous Poutine ont souvent l'air très stable et soudain, ils ne le sont plus», constatent les deux expertes.

«Vladimir Poutine a pris un très grand risque en attaquant l'Ukraine. Il y a de grandes probabilités que ce soit le début de la fin pour lui»

Il y a un certain nombre de raisons qui soutiennent cette thèse. Les voici:

Il a perdu la guerre de propagande

Quelle que soit l’évolution de la guerre en terres ukrainiennes, une chose est sûre: Vladimir Poutine a perdu la guerre de la propagande. Derrière ses tables absurdement longues, il s'est montré plus que ridicule. En revanche, comme l'écrit l'historien Yuval Noah Harari dans The Guardian, les Ukrainiens ont, quant à eux, surpris avec leurs agissements héroïques:

«Le président ukrainien qui refuse de quitter la capitale et dit aux Etats-Unis qu’il a besoin de munitions, pas d’un taxi; des soldats ukrainiens sur les îles Serpents qui crient à un cuirassé russe "Go fuck yourself"; des civils qui veulent arrêter les chars russes en s’asseyant au milieu de la route. Toutes ces histoires font partie de l’étoffe dont sont faites les nations. A long terme, de telles anecdotes sont plus importantes que la quantité d'armes ou de munitions.»

Nous, les Suisses, sommes bien placés pour le savoir. Après tout, nous racontons encore aujourd'hui les exploits de Guillaume Tell et de Winkelried.

L'opposition grandit en Russie

Les stars du tennis ont l’habitude d'apposer leur signature sur la caméra lorsqu’elles gagnent un match. Dernièrement lors du tournoi de Dubaï, le joueur russe Andreï Roublev n’a pas simplement signé l’écran de la caméra. Il a écrit: «No war.» En tant qu'acte isolé, cela peut paraître insignifiant, mais en tant que symbole du mécontentement croissant de la population russe, c'est révélateur.

La conquête de la Crimée a été jadis célébrée parce qu'elle est perçue comme faisant partie de la mère patrie. La guerre en Syrie n’a pas vraiment bousculé la population russe. Mais l’invasion de l’Ukraine est différente. Les Russes n’en veulent pas. C'est ce qu'écrit Alexey Kowalew, un journaliste indépendant, dans le New York Times:

«La Russie a déjà subi une défaite morale dévastatrice. Et dans une certaine mesure, la population russe le sait. Bien que les opinions divergentes soient interdites, des milliers de personnes ont pris le risque d'exprimer leur opposition à l'invasion. Et il ne s'agit pas des suspects habituels, des mécontents connus du Kremlin. D'importantes figures publiques, des journalistes et des artistes se sont prononcés contre la guerre.»

Le Kremlin a fait fermer la station de radio Echo Moskvy et la chaîne de télévision Doschd, deux des derniers médias indépendants. Le Parlement russe la Douma, a promulgué une loi punissant de 15 ans de prison ceux qui diffusent de prétendues fake news. Mais cela ne leur permettra pas de dissimuler la vérité sur les événements en Ukraine.

Un des opposants arrêté à Moscou.
Un des opposants arrêté à Moscou.image: EPA

A l'ère de Twitter, TikTok et Facebook, il est devenu impossible de dissimuler la vérité. Même la chaîne de propagande RT a désormais dû annoncer que 500 soldats russes avaient été tués. Cela va encore renforcer massivement l'inquiétude de la population, en particulier celle des mères. Le service d'information des soldats «Les mères de Russie» reçoit déjà plus de 2000 appels par jour avec toujours la même question: «Où est mon fils ? Est-il encore en vie ?»

Solidarité internationale

Des millions de personnes manifesteront le week-end prochain contre l'invasion russe. Des milliards ont déjà été versés pour les victimes de cette guerre. Rares sont les multinationales qui n'ont pas gelé leurs activités en Russie. Le système financier russe est en grande partie déconnecté du reste du monde. A l'ONU, Poutine n'a plus que quatre alliés: la Biélorussie, la Corée du Nord, la Syrie et – pour des raisons inconnues – l'Erythrée.

Personne n'aurait jamais pu s'attendre à un tel élan de solidarité. Il est clair que Poutine a amorcé un changement d'époque – qui pourrait se retourner contre lui.

Les dictateurs sont maîtres dans l'art de se maintenir au pouvoir. Ils disposent d'un service secret impitoyable et n'hésitent pas à commettre les pires atrocités. Vladimir Poutine s'inscrit désormais parfaitement dans cette catégorie. Mais une guerre peut tout changer du jour au lendemain. Le tsar russe Nicolas II était lui aussi solidement assis sur son trône – jusqu'à ce que la Première Guerre mondiale éclate.

👉 Suivre en direct la crise russo-ukrainienne 👈

L'opération militaire russe en images

1 / 18
La guerre en Ukraine en images
source: sda / efrem lukatsky
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Les diplomates de l'ONU quittent la salle lors d'un discours du ministre russe

Plus de mises en perspective sur la guerre d'Ukraine:

Ukraine: comment la cyber-guerre peut tout faire basculer (en Suisse aussi)

Link zum Artikel

L'invasion de l'Ukraine «était écrite»: aurions-nous été aveugles?

Link zum Artikel

Face au drame ukrainien, les vertus, quand même, de la neutralité suisse

Link zum Artikel

Et si la cryptomonnaie sauvait Poutine des sanctions européennes?

Link zum Artikel
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
Selon Berset, la santé joue un rôle primordial pour la paix en Ukraine
La Suisse appelle à protéger l'accès aux soins dans les conflits, alors que sévit la guerre en Ukraine.

En ouvrant dimanche l'Assemblée mondiale de la santé à Genève, le conseiller fédéral Alain Berset a mis en avant le rôle de la santé pour la paix.

L’article