ciel couvert
DE | FR
International
Analyse

L'échec du ballon espion chinois a de graves conséquences

In this photo provided by Chad Fish, the remnants of a large balloon drift above the Atlantic Ocean, just off the coast of South Carolina, with a fighter jet and its contrail seen below it, Saturday,  ...
L'armée américaine a abattu le ballon samedi.Image: sda
Analyse

L'échec du ballon espion a de graves conséquences pour la Chine

C'est toujours la faute des autres: la réaction de Pékin à l'incident du ballon espion révèle son incapacité à gérer ses rapports diplomatiques. Une attitude qui nuit aux relations avec les Etats-Unis.
06.02.2023, 18:5307.02.2023, 12:03
Fabian Kretschmer, pékin / ch media
Plus de «International»

Peu importe comment on tourne et retourne les faits: pour le gouvernement chinois, l'affaire des ballons espions n'est pas seulement extrêmement désagréable, elle est aussi le plus grand échec de sa politique étrangère depuis longtemps. En coulisses, l'affaire va certainement coûter leur carrière à quelques fonctionnaires ministériels et militaires. En revanche, à l'extérieur, Pékin ne laisse transparaître aucun remords. Dans une première prise de position, le ministère des Affaires étrangères a affirmé:

«Certains politiciens et médias américains ne font que profiter de la situation pour calomnier la Chine»

Autrement dit: l'attaque est la meilleure défense. Lundi, la diplomatie chinoise a affirmé que le ballon provenait bien de Chine, mais était «de nature civile».

Le ballon lancé au large de l'Etat américain de Caroline du Sud a d'ores et déjà contribué à détériorer durablement les relations entre les deux premières puissances mondiales. Mais surtout, l'incident a révélé sans ménagement à quel point le gouvernement chinois, avec sa rhétorique chargée d'orgueil national et de pseudo-confiance en soi, rend impossible toute base de discussion constructive dès le départ.

Le fait est que la Chine et les Etats-Unis s'espionnent mutuellement à tous les niveaux possibles et imaginables, et ce, généralement avec des moyens plus sophistiqués qu'un ballon de surveillance désuet. Il aurait donc été tout à fait possible de clore l'affaire en sauvant la face pour les deux parties, à condition que le gouvernement chinois se repente sincèrement et communique de manière transparente. Au lieu de cela, il a appliqué son schéma bien connu: nier tout comportement fautif, chercher la faute chez l'autre et passer immédiatement au mode d'attaque obligatoire.

Un mensonge éhonté

La première réaction de la Chine, selon laquelle l'objet volant était une sorte de ballon de recherche météorologique qui s'était égaré de sa route prévue en raison de forts vents d'ouest, a été manifestement considérée par Washington comme un mensonge éhonté.

«Nous savons qu'il s'agit d'un ballon de surveillance»
Le Pentagone

En fait, tout porte à croire qu'il s'agit là d'une coïncidence: il aurait fallu que le ballon survole précisément une base aérienne américaine dans l'Etat peu peuplé du Montana, où sont entreposés 150 missiles intercontinentaux équipés d'ogives nucléaires. En outre, Washington a enregistré au moins trois cas d'espionnage similaires en provenance de Chine ces dernières années, mais ne les avait pas rendus publics auparavant.

Mais même les faits les plus évidents ont été récemment ignorés par la Chine. Lorsque le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a annulé vendredi sa visite prévue en Chine, Pékin a nié sans hésiter dans un communiqué écrit qu'il y ait jamais eu de «visite officiellement prévue». Wang Yi, le chef de la politique étrangère de la République populaire, n'a pas non plus fait preuve d'autocritique lors de son entretien téléphonique avec Blinken samedi:

«Nous n'acceptons pas les spéculations gratuites et la manipulation des esprits»

Et après que le président américain Joe Biden a fait abattre le ballon de surveillance dans la nuit de samedi à dimanche, le gouvernement chinois a de nouveau protesté bruyamment: on a parlé d'une «réaction excessive» et d'une «violation de la pratique internationale». La double morale est évidente: imaginez qu'un ballon espion de la taille de trois autobus survole les silos nucléaires chinois dans le désert de Gobi.

Des conséquences dangereuses

Mais en lisant exclusivement les articles des médias d'Etat chinois, on a inévitablement l'impression d'un renversement de la situation entre le coupable et la victime. Au vu des accusations grossières portées contre les Etats-Unis, on a presque l'impression qu'un objet volant américain a pénétré dans l'espace aérien chinois ce week-end.

Les conséquences d'une telle communication — tant sur la scène internationale que vis-à-vis de son propre peuple — sont de plus en plus dangereuses compte tenu de la chute du conflit sino-américain. Actuellement, les relations bilatérales n'ont jamais été aussi mauvaises depuis plusieurs décennies. De plus, après l'envoi de Qin Gang comme ministre des Affaires étrangères, la Chine n'a même pas d'ambassadeur à Washington.

Et la plus grande épée de Damoclès qui plane sur les deux Etats est déjà visible à l'horizon diplomatique: Kevin McCarthy, le nouveau président de la Chambre des représentants américaine, devrait se sentir encouragé par l'incident du ballon espion à mettre en œuvre sa visite prévue à Taïwan, notamment pour s'attirer la sympathie de son électorat. Lorsque son prédécesseur Nancy Pelosi s'est rendu à Taipei l'été dernier, Pékin a réagi en simulant un blocus de l'île et en proférant de violentes menaces. En cas de récidive, la réplique chinoise devrait être encore un peu plus martiale.

Et il ne fait aucun doute que le message du gouvernement sera le suivant: les Etats-Unis doivent «rectifier leurs vues erronées» et revenir à un «cours correct».

Et sinon dans l'actu: un séisme fait plus de 500 morts en Turquie et en Syrie

Vidéo: watson
5 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
5
La Russie aurait encore perdu un avion très précieux
L'Ukraine a déclaré avoir infligé une nouvelle perte importante à la Russie. Kiev affirme avoir abattu l'un des huit avions de reconnaissance spéciaux du Kremlin.

L'armée de l'air ukrainienne aurait, selon ses propres dires, de nouveau abattu un avion A-50 de l'armée russe. L'appareil d'une valeur de 350 millions de francs a été touché au-dessus de la mer d'Azov et s'est écrasé sur la terre ferme, a affirmé le commandant Mykola Oleshchuk au journal ukrainien Kyiv Independent. D'après le magazine américain Forbes, l'engin se serait écrasé près de Krasnodar.

L’article