DE | FR
L'armée russe aurait déjà perdu un tiers de ses chars, mais comment l'expliquer?
L'armée russe aurait déjà perdu un tiers de ses chars, mais comment l'expliquer?Image: Shutterstock
Analyse

Les chars russes se font décimer: est-ce encore une arme efficace?

C'est l'une des grandes surprises de cette guerre en Ukraine: l'armée russe aurait déjà perdu un tiers de ses chars. Comment l'expliquer? Et le tank a-t-il encore une réelle utilité dans les conflits actuels?
11.04.2022, 18:4911.04.2022, 19:04
Suivez-moi

L'armée russe s'y connaît en chars. L'histoire en témoigne. Le char, symbole de puissance et d'intervention de pouvoirs centraux pour asseoir leur pouvoir, a fait son retour avec la guerre qui ravage actuellement l'Ukraine. Mais après un mois et demi de conflit, le bilan est fatal pour les blindés de Moscou. Selon le site spécialisé Oryx, qui fonde son travail de comptabilisation sur des preuves visuelles, la Russie a déjà perdu 427 de ses appareils au 6 avril (ceux-ci ayant été détruits, endommagés, abandonnés ou encore capturés). Ce qui équivaut à un tiers de leurs effectifs engagés initialement.

De mystérieuses lacunes

Comment expliquer cette situation inattendue? Le divisionnaire Mathias Tüscher, commandant de la division territoriale 1, a quelques idées. D’après ce qu'il voit sur les images et ce qu'il entend des services de renseignement, les Russes ne semblent pas avoir engagé l’ensemble de leurs moyens. «C’est très étonnant, commente-t-il. La plupart des chars déployés par leur armée sont d’une technologie des années 70-80. Or, ils en ont des plus modernes.» Il poursuit:

« Cela étant dit, cela n’explique pas la perte d’un tiers de leurs chars, qui reste pour moi relativement mystérieuse»

Dans Le Figaro, Marc Chassillan, ingénieur et expert en systèmes d'armement, a relevé, lui, un autre problème potentiel: la mauvaise utilisation de ces véhicules. «Les chars s'engagent normalement en interarmes: l'artillerie est supposée faire le ménage devant et l'infanterie est censée escorter sur les flancs et nettoyer les tentatives d'embuscade.» Une donnée qui serait absente ici, les tanks apparaissant relativement solitaires sur le terrain.

Mathias Tüscher ne partage pas cette analyse: «Les Russes ont beaucoup d’expérience dans l’engagement de chars, ils savent manœuvrer. Et ce sont des spécialistes de l’engagement de l’artillerie, donc à mon avis ce n’est pas là que réside le problème.»

Pour lui, ce que le camp russe a étonnamment sous-estimé, ce sont les forces aériennes ukrainiennes. «Une des faiblesses du char, en terrain découvert, c’est la troisième dimension.» L'historien militaire Cédric Mas, dans l'article du Figaro, juge lui aussi déterminant le fait que les Russes ne possèdent pas la supériorité aérienne totale.

Alors, has-been, le char?

Devant de telles pertes côté russe, la question se pose: cet engin a-t-il encore une utilité? Marc Chassillan rappelle dans le journal français que cette interrogation n'est pas nouvelle: «Il y a toujours des destructions massives de tanks [lors des conflits modernes], immédiatement interprétées comme la fin de leur efficacité.» Selon lui, ces pertes sont inévitables s'ils sont mal utilisés. A l'inverse, ils peuvent être redoutables en cas de bonne coordination et commandement.

Un exemple:

«Pendant l'opération Badr de la guerre du Kipour, les quelque 1000 tanks israéliens lancés à l'assaut de la ville d'Ismaïlia ont été écrasés par les armes antichars égyptiennes. Mais au même moment, sur le plateau du Golan, un bataillon de chars de l'armée israélienne, pourtant composé de réservistes, résistait vaillamment aux offensives des troupes syriennes, bien supérieures en nombre.»
Marc Chassillan, expert en armementLe Figaro

Mathias Tüscher détaille l'importance de ce véhicule militaire dans un conflit actuel. «L’avantage du char, c’est sa puissance de feu à longue distance (en règle générale 2,5 km – une nouvelle génération jusqu’à 4 km). Pour progresser à découvert dans des plaines, l’engagement de formations de chars est incontournable. Sa première fonction est de mener des attaques en profondeur sur un terrain ouvert. Mais une fois qu’il arrive dans une localité, cet avantage-là disparaît. Des armes anti-char à plus courte distance peuvent l’endommager ou le neutraliser.»

L'importance de ces fameux blindés se situe aussi au niveau des esprits, sur le plan symbolique.

«Il ne faut pas négliger l’immense impact psychologique d’un char»

«Tout en protégeant les troupes débarquées et engagées au sol, il est très impressionnant pour l’ennemi. Quand vous avez une compagnie de 13 chars, ça fait du bruit!» Un élément qui pèse, donc, dans un conflit important. «On a pu le voir par exemple ces dernières années en Syrie, en Irak, en Géorgie ou encore en Crimée.»

Selon le spécialiste, on aura donc toujours besoin de chars sur les champs de bataille. Mais pas n'importe lesquels. «Les réflexions qui sont actuellement menées, y compris en Suisse, c’est de savoir ce qui adviendra pour le remplacement des générations de chars qui iront au rancart en 2035. Une des options serait l’engagement de drones, le drone étant une technologie qui est indépendante de la présence d’humains. Arrivera-t-on à envoyer une compagnie complète dirigée par un seul homme? Voilà tout l’enjeu.»

Les coulisses du tournage des Avengers

1 / 22
Les coulisses du tournage des Avengers
source: reddit
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

L'ex-premier ministre belge clash toute l'Europe

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
A peine nommé, le nouveau gouvernement Macron est déjà dans la tourmente
Le casting du premier gouvernement nommé par le président français Emmanuel Macron, pour son second quinquennat, fait déjà l'objet de vives polémiques. Deux ministres en particulier, pour des motifs de nature très différente.

Deux jours après sa formation par Emmanuel Macron, le nouveau gouvernement français doit déjà affronter des polémiques visant deux ministres. De la plus grave à la plus légère, et de la plus intime à la plus publique: l'un des deux ministres est accusé de viols par deux femmes; l'autre, véritable surprise de cette nouvelle distribution ministérielle, est visé par des critiques sur sa ligne idéologique, a priori en rupture avec son prédécesseur. On récapitule.

L’article