DE | FR

«Pour les Russes, Boutcha était un moyen de montrer qui est le plus fort»

Selon Marcel Berni, «la violence extrême établit une hiérarchie claire entre les forts et les faibles.» (image d'illustration)
Selon Marcel Berni, «la violence extrême établit une hiérarchie claire entre les forts et les faibles.» (image d'illustration)Image: sda
Terroriser l'ennemi, se venger des adversaires et afficher sa détermination: le massacre de Boutcha répond à une logique précise, estime un expert militaire. Il s'agirait même d'une «spécialité russe».
08.04.2022, 05:5811.04.2022, 14:46
Suivez-moi

La découverte des corps de plus de 300 civils abandonnés dans les rues de Boutcha, dans un décor rappelant fortement une exécution sommaire, a horrifié le monde. Les premiers témoignages, analyses et enquêtes semblent indiquer, de manière de plus en plus convaincante, que la Russie doit être tenue pour responsable.

Ce qui soulève la question suivante: pourquoi ces cadavres n'ont pas été cachés? Autrement dit: pour quelles raisons les auteurs du massacre ont laissé derrière eux les preuves de leur crime, avec tout ce que cela implique sur le plan politique et diplomatique? N'était-il pas préférable de faire tout disparaître?

Selon Marcel Berni, de l'Académie militaire à l'EPF de Zurich, les faits de Boutcha sont tout sauf le fruit du hasard ou le résultat de décisions hâtives. Au contraire, ils répondent à une logique précise que l'expert appelle «violence stratégique».

Choquer et dissuader l'adversaire

«Les auteurs de la tuerie ont délibérément fait usage d'une violence excessive et interdite afin d'évacuer les frustrations accumulées et de s'assurer la domination de l'escalade», énumère-t-il.

Tout d'abord, il s'agit de faire peur. La brutalité manifeste de l'acte doit «choquer et dissuader l'adversaire ainsi que la population civile», détaille Marcel Berni. Et d'ajouter:

«C'est une manière terrible d'afficher sans équivoque sa propre détermination»
Marcel Berni

Deuxièmement, la situation «frustrante» vécue par les forces russes sur le terrain, confrontées à d'importantes difficultés logistiques et à la résistance acharnée des soldats ukrainiens, a probablement joué un «rôle décisif», selon l'expert militaire.

«En entassant les cadavres, les auteurs voulaient se venger des troupes ukrainiennes qui avançaient et leur faire comprendre qu'ils n'étaient pas en mesure de protéger leur propre population», explique-t-il.

Troisièmement, un acte d'une telle brutalité envoie un message très clair:

«La violence extrême crée immédiatement l'ordre dans une situation guerrière difficile à maîtriser et établit une hiérarchie claire entre les forts et les faibles.»
Marcel Berni

Ainsi, «seule la transgression flagrante des lois de la guerre peut encore servir de communication non verbale dans cette situation extrême».

Des soldats constamment soumis à la violence

Les exécutions arbitraires de civils sont tout sauf une nouveauté. «Malheureusement, nous connaissons ce comportement des criminels de guerre», confirme Marcel Berni, qui cite notamment le massacre de My Lai, perpétré par les soldats américains au Vietnam en 1968. Plus largement, «dans d'autres conflits également, le champ de bataille a été élargi et la violence s'est étendue à la population civile».

Il s'agirait même d'une spécialité russe. C'est ce qu'affirme à France Inter, l'expert de défense et de stratégie militaire, Pierre Servent, qui parle d'une «pratique classique de la part des soldats russes».

Cela s'explique par une absence de respect du droit de la guerre et de formation au respect des civils. Mais le problème est plus profond. Selon plusieurs experts, l'armée russe est confrontée à un gros problème de violence interne.

Alcoolisme, exercices meurtriers, bizutage, harcèlement: les conscrits sont constamment soumis à la brutalité. Dès lors, poursuit Pierre Servent, une fois lâchés sur un théâtre de guerre, ils passent plus facilement à la violence. Bien qu'atroces, les images de Boutcha ne sont dès lors «pas une surprise».

Cela signifie-t-il que ce massacre va être toléré par les cadres de l'armée? Pour Marcel Berni, c'est encore trop tôt pour répondre à cette question. Pourtant, l'expert de l'EPFZ n'est pas optimiste quant à la suite des événements:

«Je pars du principe que les responsables ne seront pas tenus de rendre des comptes, ni par l'armée russe, ni par la politique»
Marcel Berni

Un Ukrainien découvre une roquette dans sa cuisine

En savoir plus sur le massacre de Boutcha

Cadavres de Boutcha: la complosphère crie à la mise en scène ukrainienne

Link zum Artikel

«Massacre délibéré» de civils à Boutcha: ce que l'on sait en 4 points

Link zum Artikel

La Suisse et le monde réagissent aux images choc de Boutcha

Link zum Artikel

Comment punir les responsables du massacre de Boutcha? Réponse en 6 points

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3 jours après la tuerie, le lobby des armes se réunit pour s'autocongratuler
Quelques jours seulement après le massacre de l'école d'Uvalde, les membres de la National Rifle Association (NRA) ont prévu de se réunir à Houston, au Texas. Une réunion «festive» qui ne manquera pas d'être perturbée par plusieurs contre-manifestations.

Mardi dernier, un jeune homme de 18 ans lançait l'assaut de dans une école primaire d'Uvalde, au Texas, faisant 21 victimes. Il était armé d'un «AR-15». Une arme à feu connue pour son extrême violence. Pour se faire une idée de la puissance de ces objets, il faut savoir que son usage dans l'école d'Uvalde a contraint les parents de donner leur ADN aux enquêteurs... car il n’était plus possible d'identifier autrement les corps des enfants, devenus méconnaissables.

L’article