International
Analyse

Il y a de l'espoir dans le conflit entre les Etats-Unis et la Chine

Image
image: Shutterstock
Analyse

Il y a de l'espoir dans le conflit entre les Etats-Unis et la Chine

Plusieurs signes montrent que la situation entre les deux superpuissances est en train de se détendre. Par exemple, la récente rencontre entre Jake Sullivan, le conseiller américain en matière de sécurité, et Wang Yi, un haut diplomate chinois, à Vienne.
29.05.2023, 08:01
Philipp Löpfe
Philipp Löpfe
Philipp Löpfe
Suivez-moi
Plus de «International»

Dans son livre Destined for War, l'historien de Harvard Graham Allison met en garde contre une guerre imminente entre les Etats-Unis et la Chine. Et en effet, les signes ne manquent pas.

Le dernier exemple en date des tensions entre Washington et Pékin a eu lieu ce week-end. Sous la pression des États-Unis, le G7 a fermement condamné la Chine. En contrepartie, les Chinois ont exclu de leur marché le fabricant américain de puces Micron, aggravant ainsi la Chip War (guerre des semi-conducteurs) qui faisait déjà rage. Il faut également mentionner le ballon-espion chinois que les Etats-Unis ont récemment abattu, rendant ainsi impossible une visite du secrétaire d'Etat américain Anthony Blinken à Pékin.

L'Ukraine et Taïwan, épicentre des tensions

L'épicentre des tensions se situe en Ukraine et à Taïwan. Le président chinois Xi Jinping a, en effet, apporté son soutien inconditionnel à Vladimir Poutine et condamné les Etats-Unis en tant que véritable agresseur de cette guerre.

Si Pékin venait à soutenir Moscou avec des armes, nous serions proches d'une guerre ouverte entre les deux superpuissances. Et si la Chine devait tenter de conquérir Taïwan par les armes, le piège se refermerait sans doute définitivement sur elle. Il n'est, cependant, pas nécessaire d'en arriver là.

Les Britanniques ont jadis tenté d'empêcher l'indépendance des Américains. Mais après leur défaite, ils ne se sont pas contentés de s'en accommoder, ils ont aussi conclu un traité en 1871 qui a tissé un «lien spécial» entre les deux, et qui existe encore aujourd'hui.

FILE - White House national security adviser Jake Sullivan speaks at a press briefing at the White House in Washington, April 24, 2023. Sullivan and senior Chinese foreign policy adviser Wang Yi held  ...
Jake Sullivan, conseiller américain en matière de sécurité.image: keystone

Il serait, certes, prématuré et exagéré de parler de dégel entre Washington et Pékin, même s'il existe des premiers signes. Jake Sullivan, le conseiller américain en matière de sécurité, et Wang Yi, un haut diplomate chinois, se sont récemment rencontrés à Vienne. Ils ont échangé pendant des heures. Dans un communiqué, les deux parties ont par la suite qualifié cette rencontre de «franche, riche et constructive».

«Dans le langage diplomatique, cela équivaut à une critique enthousiaste»
David IgnatiusWashington post

Un premier pas dans la bonne direction

La rencontre entre les deux hauts fonctionnaires est un premier pas dans la bonne direction. Tous deux doivent faire des concessions. Les Chinois doivent reconnaître que les Etats-Unis – malgré toutes les querelles de politique intérieure – sont loin d'avoir fait leur temps en tant que superpuissance.

De leur côté, les Américains doivent accorder aux Chinois la place qui leur revient sur la scène mondiale. «La Chine veut être considérée comme l'égale de la première puissance mondiale», explique Rohan Mukherjee, politologue à la London School of Economics. Les Chinois sont toujours nettement sous-représentés dans les instances internationales, par exemple le Fonds monétaire international.

President Joe Biden, fourth from left, and Ukrainian President Volodymyr Zelenskyy, fifth from right, and other G7 leaders pose for a photo before a working session on Ukraine during the G7 Summit in  ...
Les chefs d'État du G7 au Japon.image: keystone

Les deux camps doivent avant tout trouver une solution à la guerre en Ukraine. Jusqu'à présent, l'argument était que cette guerre était bénéfique pour Pékin, car elle empêchait les Américains d'entrer en conflit avec la Chine, et qu'elle renforçait également les relations de la Chine avec la Russie.

Aujourd'hui, cette thèse est remise en question, même à Pékin. La guerre a eu pour conséquence que l'Europe s'est (presque) rangée derrière les Etats-Unis. L'économie chinoise risque ainsi de perdre ses principaux marchés d'exportation.

La Chine et les Etats-Unis ont besoin l'un de l'autre

Même une guerre froide n'est pas dans l'intérêt des deux superpuissances. Les dépendances économiques sont trop importantes. Les Chinois dépendent toujours des débouchés occidentaux, les Américains des chaînes d'approvisionnement chinoises. C'est pourquoi un nouveau langage s'est imposé. On parle désormais de decoupling (le fait de couper le cordon), qui est remplacé par de-risking (le fait de réduire le risque).

China's President Xi Jinping, center, his French counterpart Emmanuel Macron, left, and European Commission President Ursula von der Leyen meet for a working session in Beijing Thursday, April 6, ...
Emmanuel Macron (à g.) et Ursula von der Leyen se soucient de la réconciliation, ici avec le président chinois Xi Jinping.image: keystone

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, et Emmanuel Macron ont récemment utilisé ce terme lors de leurs visites à Pékin.

«Il ne peut pas être dans l'intérêt de l'Europe de se couper de la Chine. Nos relations ne sont pas noires ou blanches. C'est pourquoi nous devons nous concentrer sur la réduction des risques»
Ursula von der Leyen

Les membres du G7 soulignent également qu'il ne s'agit pas de snober la Chine et de nuire à son économie. Ils ne sont pas intéressés par un decoupling, mais visent simplement un de-risking.

L'action des militants climatiques à l'aéroport de Genève
1 / 12
L'action des militants climatiques à l'aéroport de Genève
source: sda / laurent gillieron
partager sur Facebookpartager sur X
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les Russes étaient si fiers du «char Frankenstein»
Un char amélioré artisanalement par les soldats russes a fait le tour du web ces derniers jours. Au point d'en faire une cible facile pour l'Ukraine.

«Carapace de tortue», «Monstre de Frankenstein» ou «Ferme blindée». Voici quelques-uns des surnoms donnés à la dernière création des ingénieurs militaires russes sur les réseaux sociaux. Ce curieux véhicule a été repéré pour la première fois, la semaine dernière, lors d'une incursion à Krasnohorivka dans la région de Donetsk. Peu de temps après, il a été détruit. Une histoire d'audace russe et de travail de détective ukrainien:

L’article