DE | FR

C'est une femme qui présidera les JO de Tokyo

Seiko Hashimoto est la nouvelle présidente du comité d'organisation des JO de Tokyo-2020. Elle succède à Yoshiro Mori, forcé à démissionner vendredi dernier après avoir déclaré des propos sexistes ayant fait scandale.



Seiko Hashimoto remplace Yoshiro Mori récemment forcé de démissionner de ses fonctions de président des Jeux Olympiques de Tokyo.

Seiko Hashimoto remplace Yoshiro Mori récemment forcé de démissionner de ses fonctions de président des Jeux Olympiques de Tokyo. Image: sda

«Je ne vais m'épargner aucun effort pour le succès des Jeux de Tokyo», a déclaré Seiko Hashimoto juste après sa nomination qui intervient à cinq mois de l'ouverture prévue des Jeux Olympiques (JO). L'événement avait été reporté l'an dernier à cause de la pandémie de Covid-19.

«Je ne vais m'épargner aucun effort pour le succès des Jeux de Tokyo»

Seiko Hasimoto, nouvelle présidente du comité d'organisation des Jeux Olympiques de Tokyo-2020

Seiko Hashimoto est déjà ministre chargée des Jeux olympiques et de l'égalité hommes-femmes depuis septembre 2019, et membre de la Chambre haute du Parlement depuis 1995. Mais la nouvelle présidente des JO a surtout marqué le domaine du sport par son palmarès. Seiko Hashimoto a participé à sept Jeux olympiques, dont quatre JO d'hiver et trois JO d'été, dans les années 1980 et 1990 en tant que patineuse de vitesse et comme cycliste sur piste. Elle avait cueilli le bronze sur 1500 mètres en patinage de vitesse en 1992.

Se distancer du passé

Une femme nommée à la tête du comité organisateur est selon La Presse une décision inédite au Japon puisqu’elles sont souvent exclues des conseils d’administration des entreprises et des postes de direction au sein du gouvernement.

Le Comité international olympique (CIO) a exprimé vouloir une présidence qui dispose d'une «compréhension profonde des principes» de la Charte olympique, à savoir l’égalité des genres, la diversité et l’inclusion.

Seiko Hashimoto, athlète aguerrie, s'est dégagée comme la grande favorite pour succéder à Yoshiro Mori. Celui-ci a été poussé vers la sortie après avoir déclaré début février que les femmes parlaient trop longtemps durant les réunions, ce qu'il trouvait «embêtant».

Les propos de cet ancien Premier ministre japonais de 83 ans avaient été vivement condamnés, au Japon comme à l'étranger. Le Comité international olympique (CIO) avait tardivement jugé qu'ils étaient contraires aux valeurs de l'olympisme, notamment sur l'égalité des sexes, et des sponsors des JO avaient aussi mis la pression pour accélérer le départ de cet ancien ministre du Japon (2000-2001). (ats/afp/mndl)

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Sortir de nos canapés a fait du mal à Netflix

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Le patron des Jeux Olympiques de Tokyo contraint à démissionner

Les propos misogynes de Yoshiro Mori ont attisé la critique aux Japon et à l'étranger. Face au scandale, le patron des JO a ce vendredi annoncé sa démission.

Mercredi 3 février, les propos du patron des Jeux Olympiques (JO) ont choqué le monde entier. Yoshiro Mori s'était excusé maladroitement le lendemain, tout en excluant initialement de démissionner, comme le réclamaient les internautes. Des sportifs, des personnalités politiques et des sponsors des JO étaient notamment montés au créneau, dénonçant des remarques contraires à l'égalité des sexes et aux valeurs de l'olympisme.

Le Comité international olympique avait également jugé les …

Lire l’article
Link zum Artikel