ciel couvert
DE | FR
International
Avortement

Avortement: Facebook dévoile les messages privés d'une ado

FILE - The Facebook app is shown on a smart phone in Surfside, Fla., Friday, April 23, 2021. Meta Platforms said Thursday, July 28, 2022, it will no longer pay U.S. news organizations to have their ma ...
Motherboard a publié des mandats de perquisition et des dossiers judiciaires qui montrent concrètement comment le groupe de Mark Zuckerberg a aidé des enquêteurs dans une affaire d'avortement illégal. L'absence de chiffrement de bout en bout a été fatale aux accusés.image: keystone

Facebook dévoile les messages privés d'une ado accusée d'avortement illégal

La pression publique s'accroît sur les grands groupes technologiques pour qu'ils protègent leurs utilisateurs par un chiffrement complet de bout en bout. Outre le groupe Facebook, Apple et Twitter sont également concernés.
10.08.2022, 17:13
Daniel Schurter
Daniel Schurter
Daniel Schurter
Suivez-moi
Plus de «International»

Facebook a transmis des messages de chat privés entre une jeune fille de 17 ans du Nebraska et sa mère aux autorités de poursuite pénale. Ceci afin d'aider l'enquête sur un avortement qui était illégal selon la loi de cet Etat du Midwest des Etats-Unis.

Le média en ligne Motherboard a rendu l'affaire publique dans la nuit de mardi à mercredi.

En juin, les autorités ont déposé un mandat de perquisition auprès de Meta, la société mère de Facebook. Les enquêteurs ont exigé la remise de toutes les données privées, y compris les messages instantanés, que l'entreprise détenait sur les défendeurs.

Selon le rapport de Motherboard, Facebook et d'autres plates-formes technologiques ont précédemment refusé de dire si elles fourniraient des données d'utilisateurs aux enquêteurs dans le cadre de cas d'avortement. Cette affaire montre qu'au moins Facebook le fera et l'a déjà fait.

Sur Twitter, le militant pour la protection des données Evan Greer a demandé que Facebook et toutes les autres grandes plateformes en ligne introduisent par défaut un chiffrement de bout en bout des messages privés. Cela rendrait impossible la divulgation de telles données.

Que faut-il savoir sur l'affaire?

L'accusation s'appuie sur des preuves issues de messages privés de l'adolescente dévoilés directement par Facebook sur décision de justice, indique le rapport. Ceux-ci montrent que la mère et la fille auraient acheté en ligne des médicaments pour déclencher un avortement et enterrer le fœtus avorté.

La police a utilisé les données obtenues à partir des chats pour confisquer des smartphones et des ordinateurs portables.
La police a utilisé les données obtenues à partir des chats pour confisquer des smartphones et des ordinateurs portables.

L'adolescente était à 28 semaines de grossesse, ce qui tombe sous le coup de l'interdiction d'avortement du Nebraska après 20 semaines de grossesse, constate Motherboard. Les personnes intéressées par les tristes détails de cette affaire peuvent les lire dans le rapport original (voir sources).

Selon le rapport de révélation, les lois sur l'avortement du Nebraska n'ont jusqu'à présent pas été modifiées, ou plutôt renforcées, après que la Cour suprême des États-Unis a rendu une décision de principe en juin dernier, renversant la loi sur l'avortement.

Selon les documents judiciaires obtenus par Motherboard, l'avortement en question a eu lieu avant la décision très controversée aux Etats-Unis concernant «Roe vs Wade».

Entre-temps, un autre Etat du Midwest a adopté une interdiction presque totale de l'avortement. L'Indiana serait le premier Etat dans lequel le Parlement a adopté une nouvelle loi avec des règles plus strictes après l'arrêt de principe de la Cour suprême sur l'avortement.

Aux États-Unis, de nombreuses personnes s'étaient déjà inquiétées de la possibilité pour les forces de l'ordre d'accéder aux données des smartphones dans les affaires d'avortement.

«Les militants pour les droits à l'avortement, les experts en matière de protection des données et tous ceux qui s'inquiètent de la vie privée aux États-Unis ont exprimé leurs craintes que les communications numériques, les données de localisation, les informations des applications périodiques ou d'autres données privées soient utilisées contre eux pour criminaliser l'avortement.»
source: motherboard.com

Quels sont les groupes de technologie qui divulguent des données?

Toutes les entreprises américaines qui exploitent les plateformes de médias sociaux et les services de chat bien connus peuvent être contraintes par décision de justice de transmettre les données de chat de leurs utilisateurs à l'État. Cela pourrait être empêché (relativement facilement) par des moyens techniques si un chiffrement de bout en bout était introduit.

1. Facebook

Le cyberactiviste Evan Greer a tweeté:

«Bien que Facebook propose actuellement un chiffrement de bout en bout pour son service Messenger, il n'est pas activé par défaut. Si cela avait été le cas, il aurait permis de protéger cette adolescente et sa mère dans le Nebraska.»

2. Instagram

L'introduction du chiffrement de bout en bout pour les discussions Instagram aurait été prévue par le groupe Meta puis reportée à une date ultérieure.

3. Twitter

Twitter a retardé pendant des années l'introduction du chiffrement de bout en bout pour les messages directs. L'entreprise doit enfin le faire, exige l'activiste pour la cause des personnes queer sur Internet.

«Et ce, immédiatement. Surtout parce que les fonds pour l'avortement utilisent la plateforme pour collecter des dons et coordonner le soutien»

4. Apple et Google

Certes, la messagerie interne d'Apple (anciennement appelée «iMessage», désormais «Messages») propose par défaut un chiffrement de bout en bout. Mais il ne protège que l'historique des conversations entre les utilisateurs d'appareils Apple. Les forces de l'ordre peuvent en outre consulter les données cryptées qui ont été sauvegardées via iCloud.

La demande d'Evan Greer:

«Apple devrait chiffrer entièrement iCloud et activer la prise en charge RCS pour iMessage afin que les utilisateurs d'iPhone et d'Android puissent s'envoyer plus facilement des messages texte chiffrés par défaut. Ce seul changement protégerait immédiatement des milliards de personnes. Finies les hésitations.»

«Prise en charge RCS» fait référence au fait qu'Apple devrait intégrer la norme dite de communication riche (RCS) dans son application «Messages» afin de garantir une communication sécurisée avec les utilisateurs d'Android.

RCS est crypté de bout en bout après les améliorations apportées par Google, comme le rapportait heise.de en juin. Apple montre toutefois «peu ou pas d'ambitions à améliorer la partie SMS de son application de messagerie». Google ne laisse d'ailleurs pas passer l'occasion de s'en prendre à Apple pour le manque de support RCS dans iMessage.

L'application «Messages» de Google devrait obtenir le chiffrement de bout en bout pour les conversations de groupe avant la fin de l'année 2022, du moins dans la version bêta ouverte. Le chiffrement de bout en bout pour les conversations individuelles a été lancé à la mi-2021.

Le dernier mot devrait revenir à Evan Greer:

«En principe, toute entreprise proposant des messages privés de toute nature susceptibles d'être utilisés par quelqu'un pour communiquer sur l'accès à l'avortement (...) devrait mettre en place, par défaut, un chiffrement de bout en bout pour tous les messages. Depuis hier déjà.»

Traduit de l'allemand par Nicolas Varin

Sources

Une sénatrice américaine explose sur le droit à l'avortement
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Démanteler l'Unrwa, c'est sacrifier une génération entière d'enfants»
L'Unrwa est au centre d'une controverse depuis qu'Israël a accusé fin janvier 12 de ses employés d'implication dans l'attaque du 7 octobre. L'ONU s'était séparé de ces derniers, mais ce n'est suffisant pour le gouvernement israélien.

Le démantèlement de l'Agence pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) réclamé par Israël conduirait au sacrifice d'«une génération entière d'enfants» et à «semer les graines» de futurs conflits, a averti lundi son patron devant l'Assemblée générale de l'ONU.

L’article