International
Catastrophe naturelle

Papouasie: il est «peu probable» qu'il y ait des survivants

Papouasie-Nouvelle-Guinée: trouver des survivants est «très peu probable»
Les habitants d'un village à la recherche de survivants.Keystone

Papouasie-Nouvelle-Guinée: trouver des survivants est «très peu probable»

Plus de 2000 personnes ont été ensevelies vivantes dans un glissement de terrain qui a anéanti un village de Papouasie-Nouvelle-Guinée. Pour l'heure, les secouristes n'ont retrouvé que cinq corps.
28.05.2024, 06:26
Plus de «International»

Selon les services de secours, plus de 2000 personnes pourraient avoir été enterrées vivantes dans le gigantesque glissement de terrain de vendredi, mais jusqu'à présent les sauveteurs n'ont retrouvé que cinq corps, ainsi que la jambe d'un sixième.

Il est «très peu probable» que les secours retrouvent des survivants compte tenu de la gravité du glissement de terrain et du temps qui s'est écoulé depuis qu'il a eu lieu, a déclaré Niels Kraaier, représentant de l'UNICEF en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Et d'ajouter:

«Il ne s'agit pas d'une mission de sauvetage, mais d'une mission de récupération des cadavres»
Niels Kraaier

«C'est la surface de la Lune»

Le nombre d'habitants présents dans le village au moment où un pan du mont Mugalo s'est effondré en pleine nuit est difficile à estimer, les listes électorales étant obsolètes et ne recensant que les personnes âgées de plus de 18 ans.

Le village, qui faisait office de comptoir pour les mineurs cherchant de l'or dans les hautes terres, abritait une population qui pouvait atteindre plus de 4000 personnes. De nombreuses personnes fuyant les violences tribales récurrentes dans la région s'y sont en outre réfugiées ces dernières années, a relevé Nicholas Booth, un responsable du Programme de l'ONU pour le développement (PNUD).

This photo released by UNDP Papua New Guinea, shows a landslide in Yambali village, in the Highlands of Papua New Guinea, Monday, May 27, 2024. Authorities fear a second landslide and a disease outbre ...
Ce qui reste après le gigantesque éboulement de vendredi.Keystone

L'administrateur de la province, qui s'est rendu sur place deux fois, a raconté que les habitants creusent le sol à l'aide de leurs mains pour tenter de retrouver les disparus dans ce secteur «complètement dévasté».

«C'était une zone très peuplée, avec des maisons, des entreprises, des églises et des écoles et elle a été complètement anéantie. C'est la surface de la Lune. Ce ne sont plus que des rochers»
L'administrateur de la province

Les survivants sont «traumatisés», a poursuivi le responsable. «Des familles entières ont été ensevelies sous les débris [...] Chaque habitant de la province d'Enga a un ami ou un membre de sa famille qui a été tué, qui est porté disparu ou qui a été touché par cette tragédie», a-t-il affirmé.

Evacuations massives

Parallèlement, les autorités ont entamé l'évacuation de 7900 personnes menacées par un possible nouveau glissement de terrain dans le centre du pays.

«Toutes les heures, on entend la roche se briser. C'est comme une bombe ou un coup de feu et les rochers continuent de tomber», a indiqué mardi l'administrateur de la province d'Enga.

L'administrateur s'est exprimé lors d'une visioconférence qui a réuni mardi matin les responsables de plusieurs pays en vue de fournir une aide internationale d'urgence. La Chine, les Etats-Unis d'Amérique, la France et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont déjà proposé leur assistance. (ats/asi)

Une avalanche engloutit un camp de base dans l'Himalaya
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
En Russie, 24 morts dans un attentat terroriste au Daguestan
Les autorités russes ont annoncé la fin de l'opération antiterroriste. 19 personnes, dont un prêtre, ont trouvé la mort, selon un bilan officiel. Les cinq assaillants ont été tués.

L'opération antiterroriste lancée dans la république russe du Daguestan, dans le Caucase, est terminée, a indiqué lundi le Comité antiterroriste russe.

L’article