DE | FR
Sandy le husky sibérien de la vidéo.
Sandy le husky sibérien de la vidéo. image: capture d'écran

Voici Sandy, un husky sibérien, arme de propagande prorusse

Dans un clip léché comme une production Disney, où les chiens font office d'allégorie, la propagande russe joue sur la corde sensible de l'amitié humaine par-delà les frontières. Waouh!
22.03.2022, 11:5122.03.2022, 16:05

Un jeune homme, gueule d’ange à la Timothée Chalamet, se pointe avec son husky à une «dogs party», une fête de chiens organisée dans la maison d’un particulier. Il fait froid, c’est l’hiver, il y a de la neige. Un petit côté East-Coast des Etats-Unis. Timothée, appelons-le donc ainsi, sonne, confiant, à la porte. Une femme lui ouvre. Il se présente, puis présente son chien, une chienne, qu’importe le genre, «Sandy, un husky sibérien». Soudain, c’est le drame. A l'intérieur, les convives déjà arrivés, réunis dans une ambiance hyper-chaleureuse, sont pris d'un «shocking» muet des plus parlants.

La vidéo de propagande russe digne d'un Disney

Vidéo: watson

La vidéo, relayée par l’ambassade de Russie en France sur son compte Twitter, est un clip de propagande russe mobilisant les codes du modèle inclusif occidental, avec présence de la minorité noire, avec une possible touche LGBT (plus la chose est suggérée, plus elle paraît naturelle). Or voilà justement que tout l’Occident, blanc comme noir, ferme sa porte à Sandy, en raison de son origine sibérienne, russe, donc.

Vladimir Poutine adore les chiens

Mais les chiens, que Vladimir Poutine aime énormément et dont il a dit un jour qu’il les préférait aux hommes, ne l’entendent pas de cette oreille. Ils vont rejoindre Sandy et son jeune maître Timothée, refoulés à cause des vilains préjugés antirusses. Si bien qu’à leur tour, leurs maîtres et maîtresses sortent de la maison. Tout le monde, Sandy et Timothée compris, se retrouve devant l’entrée du domicile dans l'allégresse d’un vivre-ensemble sans frontières – on a bien compris que pour Vladimir Poutine, les frontières de l’Ukraine, c’était ringard. Les sous-titres de ce clip fort bien léché font office de voix off: «Arrêtez de haïr les Russes», peut-on lire. Halte aux sanctions, traduit-on.

Fortiches, les Russes. Les Russes? Pas plutôt le Kremlin? Dans le tweet ci-après, l’ancien directeur de la rédaction de l'hebdomadaire français Le Nouvel Observateur (devenu L’Obs), Claude Weill, plaide pour le distinguo entre le peuple russe et le régime à sa tête:

Vrai qu’on peut se laisser prendre par cette belle histoire de l’amitié universelle. Alors ne perdons pas de vue que c’est un travail de propagande jouant sur le sentimentalisme, cette faiblesse prêtée à l’Occident par Poutine le viriliste. Dernière chose: Sandy le splendide husky sibérien, est carrément le plus grand, le plus majestueux des chiens de cette joyeuse bande de canins. Il est leur leader. La guerre froide a du talent.

Quand Mikhail Gorbachev jouait dans une publicité pour Pizza Hut

Sur l'épineux dossier des sanctions contre la Russie

Les sanctions vont-elles faire chuter l'ISS? Moscou menace

Link zum Artikel

La Suisse et ses sanctions contre la Russie font rire les américains

Link zum Artikel

Les sanctions de l'UE contre la Russie que la Suisse a adoptées

Link zum Artikel

Les sanctions contre la Russie portent leurs fruits (et nous touchent aussi)

Link zum Artikel

Washington va prendre de nouvelles sanctions contre la Russie

Link zum Artikel

Les yachts des oligarques sont dans le viseur d'une taskforce internationale

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les Etats-Unis défendraient Taïwan en cas d'invasion chinoise
Joe Biden s'est exprimé lors d'une conférence de presse commune avec le premier ministre japonais Fumio Kishida, avec lequel il s'est longuement entretenu à Tokyo.

Le président américain Joe Biden a annoncé lundi, à Tokyo, que les Etats-Unis défendraient militairement Taïwan si Pékin envahissait venait à l'envahir.

L’article