DE | FR

Tout ce qu'il faut savoir sur les Oscars 2021

Image: Shutterstock
Ce dimanche a lieu la 93 ème cérémonie des Oscars, en grande partie hors d'Hollywood. Qui sont les favoris? Comment se porte l'Académie des Oscars aujourd'hui? Que pouvons-nous attendre de cette cérémonie? On fait le point.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
24.04.2021, 18:0826.04.2021, 05:31

8 faits sur la remise des Oscars 2021

  1. Le réalisateur Steven Soderbergh sera le metteur en scène de cette édition. En 2011, il a sorti le thriller «Contagion», une œuvre qui semble avoir prédit la pandémie de la Covid-19. Depuis le début de la crise du coronavirus, le film a été diffusé en streaming plus que n’importe quelle autre production. Hollywood a fait preuve d’humour en choisissant Soderbergh comme présentateur.
  2. Il n’y aura pas de diffusion de la cérémonie en direct sur Zoom.
  3. La cérémonie ne sera pas présentée – pour la troisième fois consécutive.
  4. Les stars du cinéma américaines seront présentes et se feront tester sur place.
  5. Selon Soderbergh, la cérémonie devra être un film à part entière, dans lequel les Oscars seront remis par hasard. Tous les nominés ont un rôle, et à la fin, on découvrira qui a agi comment et pourquoi. Travailler sur ce projet, c'est comme construire «un château de cartes sur un bateau à moteur».
  6. Le spectacle ne se déroulera pas seulement au Dolby Theatre, mais sera réparti dans différentes salles de Los Angeles. Le quartier de la gare d'Union Station sera aussi bouclé pendant la cérémonie de remise des prix, afin de pouvoir la filmer.
  7. Les nominés d'Angleterre et de France seront en direct depuis les studios de télévision de Londres et de Paris. Les studios auront l'air de faire partie du "film" que Soderbergh veut réaliser.
  8. La mode du Zoom n'est pas de mise: «Nous visons une fusion entre l'inspiration et l'aspiration, ce qui signifie spécifiquement que le formel est totalement cool si vous le voulez, mais que le décontracté n'est pas cool», a déclaré l'Académie aux nominés.
Soderbergh (à gauche) est soutenu dans son projet audacieux par Stacey Sher, productrice de Tarantino, et Jesse Collins, qui a déjà réalisé plusieurs productions pendant le Corona.
Soderbergh (à gauche) est soutenu dans son projet audacieux par Stacey Sher, productrice de Tarantino, et Jesse Collins, qui a déjà réalisé plusieurs productions pendant le Corona.ap/courtesy twentieth century fox

Comment les Oscars se portent-ils aujourd’hui ?

Mal. Toute l'organisation est financée par l'audimat pendant la remise des prix. Et plus précisément, par les 75 millions de dollars qu'ABC verse chaque année à l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences pour les droits de diffusion.

Le contrat court jusqu'en 2028, mais il est probable qu'il ne soit pas renouvelé aux mêmes conditions, voire pas du tout renouvelé, au vu des parts d'audience qui baissent rapidement. Jusque dans les années 2010, on pouvait compter sur 35 à 45 millions de téléspectateurs rien qu'aux États-Unis, ce qui rapportait à ABC environ 129 millions de dollars de recettes publicitaires par émission. Les Oscars représentent le deuxième plus grand évènement télévisuel américain après le Super Bowl. En 2018, l'audience s'est réduite à 26,5 millions de téléspectateurs, et en 2020 à 23,5 millions.

En dehors des États-Unis, les cotes d'écoute ont même chuté de 60 % entre 2019 et 2020. En 2016, alors que Léonardo DiCaprio faisait l’objet d’un grand tintamarre médiatique, 34,5 millions de personnes étaient assises devant leur télévision aux États-Unis, ce qui était déjà considéré comme le pire record de tous les temps.

Il fut le dernier à plaire à la foule. En 2016, Leonardo DiCaprio a finalement remporté l'Oscar qu'il attendait depuis longtemps avec «The Revenant». D'accord, le film est mauvais, mais il le méritait
Il fut le dernier à plaire à la foule. En 2016, Leonardo DiCaprio a finalement remporté l'Oscar qu'il attendait depuis longtemps avec «The Revenant». D'accord, le film est mauvais, mais il le méritaitImage: AP Courtesy Twentieth Century Fo

Quelles sont les raisons de ce déclin?

  1. L’abandon de la télévision et des films au profit du streaming.
  2. Les remises de prix sont généralement considérées comme dépassées par le public. Les Golden Globes, Baftas, Emmys et Grammys se portent de plus en plus mal. Les Oscars entrent dans leur 93e édition cette année. Dans ce format-là, les nouveautés et surprises ne sont plus au rendez-vous.
  3. Depuis une dizaine d’années, la présentation des Oscars se dégrade complètement. Ça a commencé en 2011 avec le couple James Franco et Anne Hathaway puis s’est poursuivi avec l’ancien présentateur Kevin Hart en 2019. Ce dernier s’est retiré du poste après que des commentaires homophobes qu’il avait publiés quelques années auparavant, ont refait surface sur les réseaux sociaux. Depuis, il n’a pas été remplacé. Ce genre d’évènement ne témoigne pas.
  4. Les controverses entourant la sélection des hashtags #OscarsSoWhite (2015 et 2016) et #OscarsSoMale (2020), qui ont révélé une préférence flagrante pour les cinéastes blancs et masculins. De nombreux spectatrices et spectateurs se sont sentis non représentés et l’objectivité du travail du jury a été remise en question.
  5. La démocratisation des habitudes de visionnage qui accompagne la culture du streaming: Chacun dispose d'un film ou d'une série de son choix, au moment où il le souhaite. La distinction et l'iconisation de films individuels d'un même millésime comptent beaucoup moins que par le passé, lorsqu'il y avait une séparation claire entre la télévision et le cinéma.
Ils ne savaient pas ce qu'ils faisaient: James Franco et Anne Hathaway lors de la cérémonie des Oscars en 2011.
Ils ne savaient pas ce qu'ils faisaient: James Franco et Anne Hathaway lors de la cérémonie des Oscars en 2011.Image: keystone

L’Academy a-t-elle appris quelque chose?

Oui. En tout cas, elle fait des efforts. En 2020, elle a lancé 819 nouvelles invitations (on ne devient membre de l’organisation que sur invitation): 45 % d'entre elles étaient destinées à des femmes, 36 % à des «communautés ethniques et raciales sous-représentées» et 49 % à des personnes non américaines travaillant dans l'industrie cinématographique et originaires de 68 pays différents.

L’Academy compte environ 10 000 membres. L’Academy a également créé un nouvel ensemble de règles pour les films qui veulent entrer dans la course à « l'Oscar du meilleur film », les soi-disant «normes de représentation et d'intégration pour la participation aux Oscars». Cette mesure entrera en vigueur en 2025, et toute personne qui ne répondra pas à au moins deux des nouvelles normes d'ici là, ne sera pas autorisée à participer. Cependant, en y regardant de plus près, les possibilités sont si nombreuses que l'exclusion est pratiquement impossible.

L'année dernière, c'est le Sud-coréen Bong Joon Ho qui a reçu l'Oscar du meilleur film
L'année dernière, c'est le Sud-coréen Bong Joon Ho qui a reçu l'Oscar du meilleur filmImage: EPA

Que pouvons-nous attendre des Oscars 2021?

Un mélange varié. Avec l'exquis "Mank" de David Fincher, il y a le numéro obligatoire de la « célébration d’Hollywood par elle-même », qui a connu un succès constant ces dernières années, avec des films aussi divers que "Il était une fois... à Hollywood" (intéressante perception du passé), "The Artist" (esthétique de l'époque du cinéma muet), "La La Land" (le kitsch du cinéma musical) ou "Birdman" (le culte de l'acteur). « Mank » n'a probablement pas sa chance, comme aux Golden Globes – les lauréats étant plutôt choisis selon des réflexions nostalgiques.

Voici les nominés dans la catégorie du «meilleur acteur»: Gary Oldman dans «Mank», Chadwick Boseman dans « Ma Rainey's Black Bottom », Riz Ahmed dans «Sound of Metal», Anthony Hopkins dans «The Father» et Steven Yeun dans «Minari» (de g. à d)
Voici les nominés dans la catégorie du «meilleur acteur»: Gary Oldman dans «Mank», Chadwick Boseman dans « Ma Rainey's Black Bottom », Riz Ahmed dans «Sound of Metal», Anthony Hopkins dans «The Father» et Steven Yeun dans «Minari» (de g. à d)keystone

Avec «Nomadland» de la réalisatrice chinoise Chloé Zhao et «Minari» du Coréen Lee Isaac Chung, les réalisateurs s’appuient sur le succès de l’année dernière, du Sud-Coréen Bong Joon Ho dans la catégorie du meilleur film. Son œuvre avait remporté les catégories du meilleur film, meilleur film international, meilleur réalisateur et meilleur scénario original.

Chloé Zhao et son actrice principale (et productrice) Frances McDormand ont créé quelque chose d'extraordinaire ensemble.
Chloé Zhao et son actrice principale (et productrice) Frances McDormand ont créé quelque chose d'extraordinaire ensemble.Image: AP Searchlight Pictures

Dans la catégorie du meilleur acteur et de la meilleure actrice, 9 des 20 nominés sont des personnes de couleur, à savoir Viola Davis, Chadwick Boseman, Daniel Kaluuya, Andra Day, Riz Ahmed, Yuh-Jung Youn, Steven Yeun, Leslie Odon Jr. et Lakeith Stanfield.

Voici les nominées dans la catégorie de la meilleure actrice: Viola Davis dans «Ma Rainey's Black Bottom», Andra Day dans «The United States vs Billie Holiday», Vanessa Kirby dans «Pieces of a Woman», Frances McDormand dans «Nomadland» et Carey Mulligan dans «Promising Young Woman» (de g. à d.).
Voici les nominées dans la catégorie de la meilleure actrice: Viola Davis dans «Ma Rainey's Black Bottom», Andra Day dans «The United States vs Billie Holiday», Vanessa Kirby dans «Pieces of a Woman», Frances McDormand dans «Nomadland» et Carey Mulligan dans «Promising Young Woman» (de g. à d.).Image: keystone

Et pour la première fois, «Nomadland» de Chloé Zhao et «Promising Young Woman» d'Emerald Fennell sont deux films réalisés par des femmes et nominés dans la lutte prometteuse pour les trophées du meilleur réalisateur ET du meilleur film. Jusqu'en 2021 y compris, au total 571 films auront concouru pour l'Oscar du meilleur film, dont 14 seulement ont été réalisés par des femmes. Et avec Zhao et Fennell, seules 7 réalisatrices ont été nominées pour le prix du meilleur réalisateur. Le film «The Hurt Locker» (2010) de Kathryn Bigelow est le seul à avoir gagné - dans les deux catégories – face à 91 réalisateurs.

Emerald Fennell (dans la robe rayée) entre les actrices Carey Mulligan et Laverne Cox.
Emerald Fennell (dans la robe rayée) entre les actrices Carey Mulligan et Laverne Cox. Image: keystone

Qui sont les favoris?

Si on regarde dans la presse internationale, la favorite de la catégorie du meilleur réalisateur est déjà décidée: Chloé Zhao a réussi quelque chose d’inégalé avec son semi-documentaire «Nomadland». Il raconte comment des «parias» de l’Amérique ont décidé de transformer leur misère en une forme d’existence.

De sédentaires et sans emploi, ils se métamorphosent en nomades avec de petits jobs temporaires qui se réapproprient l’Amérique au volant de leurs caravanes comme les colons le faisaient autrefois dans leurs roulottes. Sous la direction de Zhao, un film mélancolique, sage et conciliant a vu le jour et raconte l’histoire de petites populations semblables et fortuites qui se soutiennent mutuellement dans des paysages charmants.

Si vous n'y croyez toujours pas, «Nomadland» est vraiment un film impressionnant avec beaucoup de réflexion.
Si vous n'y croyez toujours pas, «Nomadland» est vraiment un film impressionnant avec beaucoup de réflexion.Image: AP Searchlight Pictures

Pour la récompense du meilleur film, les avis sont partagés entre «Nomadland» et «The Trial of the Chicago 7» d’Aaron Sorkin, un drame judiciaire classique et interprété sur le grand procès des manifestants anti-Vietnam qui a suivi la convention nationale démocrate de 1968 à Chicago. Le réalisateur Sorkin décrit et met en scène la lutte frustrante, que mènent les jeunes avec des détails historiques et son habituelle force rhétorique. C'est une lutte contre un État qui envoie arbitrairement des milliers de jeunes Américains à la guerre et à la mort. L'humanité est du côté des rebelles. La loi ne l'est pas.

Sacha Baron Cohen (au milieu à gauche) est nommé pour deux Oscars cette année: Pour le meilleur second rôle dans «The Trial of the Chicago 7» et pour le meilleur scénario adapté avec «Borat Subsequent Moviefilm».
Sacha Baron Cohen (au milieu à gauche) est nommé pour deux Oscars cette année: Pour le meilleur second rôle dans «The Trial of the Chicago 7» et pour le meilleur scénario adapté avec «Borat Subsequent Moviefilm».Image: AP Netflix

Comment se répartissent les nominations?

  • 10 nominations pour «Mank»
  • 6 nominations pour «Nomadland»
  • 6 nominations pour «Minari»
  • 6 nominations pour «The Father»
  • 6 nominations pour «Sound of Metal»
  • 6 nominations pour «The Trial of the Chicago 7»
  • 6 nominations pour «Judas and the black Messiah»
  • 5 nominations pour «Promising Young Woman»
  • 5 nominations pour «Ma Rainey's Black Bottom»
  • 4 nominations pour «News of the World»

Les Oscars seront diffusés dans la nuit du lundi 26 avril. Watson y sera en direct à partir de 1h30.

La fusée de SpaceX a décollé vers l'ISS

1 / 7
La fusée de SpaceX a décollé vers l'ISS
source: ap nasa
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'articles «International»

50°C à l'ombre au Canada, la faute à un «dôme de chaleur». Explications

Link zum Artikel

Détournés, abattus, sabotés, les avions sont de vraies armes politiques

Link zum Artikel

Non-vacciné? Préparez vos narines pour visiter la France cet été

Link zum Artikel

L'Italie a-t-elle un (gros) problème avec ses infrastructures?

Link zum Artikel

Israël se sent menacé par le variant Delta

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Selon Victoria Beckham, être mince, c'est démodé. Tu me lâches, oui?
Dans une récente interview pour Grazia UK, la styliste britannique a déclaré que, désormais, «les femmes veulent des seins et des fesses, et qu'être skinny, c'est démodé». Une espèce de vision pseudo body positive où, encore une fois, on finit par dire aux femmes à quoi elles doivent ressembler. C'est pas bientôt fini?

Il y a des marques qui font du greenwashing, en mode «continuez à claquer votre 3e pilier chez nous, on reverse 0,0001% pour planter des sapins dans le désert, blablabla». Il y a des entreprises qui mettent leur logo aux couleurs de l'arc-en-ciel durant le mois des fiertés pour soutenir la communauté LGBTQIA+ alors qu'elles s'en tamponnent le coquillard le reste de l'année.

L’article