ciel couvert
DE | FR
International
Climat

Climat: les océans surchauffent et c'est un gros problème

Sea ice melts on the Franklin Strait along the Northwest Passage in the Canadian Arctic Archipelago, Saturday, July 22, 2017. Because of climate change, more sea ice is being lost each summer than is  ...
Image: AP

Les océans surchauffent et c'est une très mauvaise nouvelle pour nous

Les températures des mers ont atteint un niveau record depuis le début des mesures. Cette situation, due au réchauffement climatique, a des conséquences néfastes dans le monde entier, explique l'océanographe Annalisa Bracco.
16.07.2023, 07:39
Annalisa Bracco / the conversation
Plus de «International»
Un article de The Conversation
The Conversation

Depuis la mi-mars 2023, le mercure à la surface des océans grimpe à des niveaux inégalés en 40 ans de surveillance par satellite, et l'impact néfaste de cette surchauffe se ressent dans le monde entier.

La mer du Japon est plus chaude de 4 degrés Celsius par rapport à la moyenne. La mousson indienne, produit du fort contraste thermique entre les terres et les mers, a été bien plus tardive que prévu.

L'Espagne, la France, l'Angleterre et l'ensemble de la péninsule scandinave ont enregistré des niveaux de précipitations très inférieurs à la normale, probablement en raison d'une vague de chaleur marine exceptionnelle dans l'est de l'Atlantique Nord. Les températures à la surface de la mer y ont été supérieures à la moyenne de 1 à 3°C depuis la côte africaine jusqu'à l'Islande.

Que se passe-t-il donc?

El Niño est en partie responsable. Ce phénomène climatique, qui se développe actuellement dans l'océan Pacifique équatorial, se caractérise par des eaux chaudes dans le centre et l'est du Pacifique, ce qui atténue généralement l'alizé, un vent régulier des tropiques. Cet affaiblissement des vents peut affecter à son tour les océans et les terres du monde entier.

Mais d'autres forces agissent sur la température des océans.

A la base de tout, il y a le réchauffement climatique, et la hausse des températures à la surface des continents comme des océans depuis plusieurs décennies du fait des activités humaines augmentant les concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère.

Les températures de surface de la mer sont nettement supérieures à la moyenne depuis le début de la surveillance par satellite. La ligne noire épaisse correspond à 2023. La ligne orange correspond à 2 ...
Les températures de surface de la mer sont nettement supérieures à la moyenne depuis le début de la surveillance par satellite. La ligne noire épaisse correspond à 2023. La ligne orange correspond à 2022. La moyenne 1982-2011 correspond à la ligne médiane en pointillés.Image: climatereanalyzer

La planète sort également de trois années consécutives marquées par La Niña, le phénomène météorologique inverse d'El Niño, et donc caractérisé par des eaux plus froides qui remontent dans le Pacifique équatorial. La Niña a un effet refroidissant à l'échelle mondiale qui contribue à maintenir les températures de surface de la mer à un niveau raisonnable, mais qui peut aussi masquer le réchauffement climatique. Lorsque cet effet de refroidissement s'arrête, la chaleur devient alors de plus en plus évidente.

La banquise arctique était également anormalement basse en mai et au début du mois de juin, un autre facteur aggravant pour le mercure des océans. Car la fonte des glaces peut augmenter la température de l'eau, du fait des eaux profondes absorbant le rayonnement solaire que la glace blanche renvoyait jusque-là dans l'espace.

Tous ces phénomènes ont des effets cascades visibles dans le monde entier.

Chaleur hors norme dans l'Atlantique du Nord

Au début du mois de juin 2023, je me suis rendue pendant deux semaines au centre pour le climat NORCE à Bergen, en Norvège, pour y rencontrer d'autres océanographes. Les courants chauds et les vents anormalement doux de l'est de l'Atlantique Nord rendaient anormalement chaude cette période de l'année, où l'on voit normalement des pluies abondantes deux jours sur trois.

L'ensemble du secteur agricole norvégien se prépare désormais à une sécheresse aussi grave que celle de 2018, où les rendements ont été inférieurs de 40% par rapport à la normale. Notre train de Bergen à Oslo a eu un retard de deux heures car les freins d'un wagon avaient surchauffé et que les températures de 32°C à l'approche de la capitale étaient trop élevées pour leur permettre de refroidir.

De nombreux scientifiques ont émis des hypothèses sur les causes des températures anormalement élevées dans l'est de l'Atlantique Nord, et plusieurs études sont en cours.

L'affaiblissement des vents a rendu particulièrement faible l'anticyclone des Açores, un système de haute pression semi-permanent au-dessus de l'Atlantique qui influe sur les conditions météorologiques en Europe. De ce fait, il y avait moins de poussière du Sahara au-dessus de l'océan au printemps, aggravant ainsi potentiellement la quantité de rayonnement solaire sur l'eau.

Autre facteur possible aggravant la chaleur des océans: la diminution des émissions d'origine humaine d'aérosols (particules fines en suspension dans l'air) en Europe et aux Etats-Unis au cours des dernières années. Si cette baisse a permis d'améliorer la qualité de l'air, elle s'accompagne d'une réduction - encore peu documentée - de l'effet de refroidissement de ces aérosols.

Risque de sécheresse accru

Dans l'océan Indien, El Niño a tendance à provoquer un réchauffement de l'eau en avril et en mai, ce qui peut freiner la mousson indienne dont l'importance est cruciale pour diverses activités.

C'est sans doute ce qui s'est passé avec une mousson beaucoup plus faible que la normale de la mi-mai à la mi-juin 2023. Ce phénomène risque de devenir un problème majeur pour une grande partie de l'Asie du Sud, où la plupart des cultures sont encore irriguées par les eaux de pluie et donc fortement dépendantes de la mousson d'été.

A village woman gives water to Sunil Kumar Naik, an ambulance driver, to quench his thirst during a heat wave, on the way to a hospital, near a village in Banpur in the Indian state of Uttar Pradesh,  ...
L’Inde a connu des températures étouffantes en mai et juin 2023.Keystone

L'océan Indien a également connu cette année un cyclone intense et lent dans la mer d'Oman, ce qui a privé les terres d'humidité et de précipitations pendant des semaines. Des études suggèrent que lorsque les eaux se réchauffent, les tempêtes ralentissent, gagnent en force et attirent ainsi l'humidité en leur coeur. Une série d'effets qui, à terme, peut priver d'eau les masses terrestres environnantes, et augmenter ainsi le risque de sécheresse, d'incendies de forêt comme de vagues de chaleur marines.

Dans l'Atlantique, l'affaiblissement des alizés dû à El Niño a tendance à freiner l'activité des ouragans, mais les températures chaudes de l'Atlantique peuvent contrebalancer cela en donnant un coup de fouet à ces tempêtes. Il reste donc à voir si, en persistant ou non l'automne, la chaleur océanique pourra l'emporter ou pas sur les effets d'El Niño.

Ecosystèmes marins menacés

Les vagues de chaleur marine peuvent également avoir des répercussions considérables sur les écosystèmes marins, en blanchissant les récifs coralliens et en provoquant ainsi la mort ou le déplacement des espèces entières qui y vivent. Or les poissons dépendant des écosystèmes coralliens nourrissent un milliard de personnes dans le monde.

Les récifs des îles Galápagos et ceux situés le long des côtes de la Colombie, du Panama et de l'Equateur, par exemple, sont déjà menacés de blanchiment et de disparition par le phénomène El Niño de cette année. Sous d'autres latitudes, en mer du Japon et en Méditerranée on constate également une perte de biodiversité au profit d'espèces invasives (les méduses géantes en Asie et les poissons-lions en Méditerranée) qui peuvent prospérer dans des eaux plus chaudes.

Le printemps 2023 a été hors norme, avec plusieurs événements météorologiques chaotiques accompagnant la formation d'El Niño et des températures exceptionnellement chaudes dans de nombreuses eaux du monde. Ce type de phénomènes et le réchauffement global des océans comme de l'atmosphère s'autoalimentent.

Pour diminuer ces risques, il faudrait mondialement réduire le réchauffement de base en limitant les émissions excessives de gaz à effet de serre, comme les combustibles fossiles, et évoluer vers une planète neutre en carbone. Les populations devront également s'adapter à un climat qui se réchauffe et dans lequel les événements extrêmes sont plus probables, et apprendre à en atténuer l'impact.

Cet article a été publié initialement sur The Conversation. Watson a changé le titre et les sous-titres. Cliquez ici pour lire l'article original

Le sud de l'Europe brûle, la faute à la canicule
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Harry subit un nouveau revers judiciaire
La justice britannique a donné tort mercredi au prince Harry, qui contestait l'arrêt de la prise en charge systématique par la police de sa sécurité lorsqu'il se trouve au Royaume-Uni. Il entend déjà faire appel de cette nouvelle décision.

La Haute Cour de Londres a tranché: la décision de la police de retirer au duc de Sussex sa protection systématique (au frais du contribuable) n'était ni «irrationnelle» ni «injuste», selon le juge en charge e l'affaire.

L’article