International
Climat

Sandrine Rousseau se trompe, persiste et fâche les spécialistes

Fait-il «60 degrés en Espagne», comme l'a prétendu l'élue écologiste? Pas vraiment.
Fait-il «60 degrés en Espagne», comme l'a prétendu l'élue écologiste? Pas vraiment. images: keystone, twitter

Sandrine Rousseau se trompe, persiste et fâche les spécialistes

«Il fait 60 degrés en Espagne. 60 degrés.» Jeudi soir, la députée écologiste s'est attirée les foudres des scientifiques du climat avec cette affirmation erronée, qui «fait du tort» à leur travail. Lundi matin, elle affirme avoir fait exprès de se tromper dans le but d'incarner l'effet «wake up».
17.07.2023, 12:0217.07.2023, 17:13
Suivez-moi
Plus de «International»

Sandrine Rousseau a un crédo qui la suit depuis qu'elle truste le devant de la scène: s'infiltrer dans tous les sujets polémiques et surtout ne jamais reconnaître la moindre erreur. Une astuce (politique et médiatique) qui fait le gros de son succès, notamment sur les chaînes d'information en continu.

Lundi matin, l'élue écologiste était sur BFTMTV pour expliquer l'un de ses tweets. Une boucle qu'elle maîtrise d'ailleurs à la perfection car, aujourd'hui, susciter l'indignation en ligne permet souvent de recevoir automatiquement son ticket pour les plateaux télés, quelques heures plus tard.

Son erreur?

«Il fait 60 degrés en Espagne. 60 degrés»
Sandrine Rousseau sur Twitter.

Réagissant aux (réels) records de chaleur un peu partout dans le monde ces derniers jours, l'élue Europe Ecologie Les Verts (EELV) s'est fendue d'une clinquante approximation qui a asséché la réserve de patience de la communauté scientifique. Jusqu'à offrir à ce fameux tweet, une «note de contexte» que les amateurs de complots et de fake news connaissent bien.

La députée Sandrine Rousseau s'est attirée les foudres des scientifiques du climat avec une affirmation erronée.

Sandrine Rousseau a fait sienne une information de l’observatoire européen Copernicus, qui évoquait une température de «60 degrés au sol» dans certaines régions d'Espagne. Mais, celle-ci «peut être de 15-20 °C supérieur à l’air, suivant le type de sol et sa couleur. Il ne s’agit en aucun cas d’une température de l’air», a très vite réagi le climatologue Serge Zaka.

«Cette affirmation fait du tort aux scientifiques travaillant sur le changement climatique»
Le climatologue Serge Zaka, sur Twitter.

Le lendemain, Valérie Masson-Delmotte, célèbre experte du climat pour le compte du Giec, s'est également sentie le besoin de rectifier la fronde, armée d'une longue et didactique explication, dans l'espoir que Sandrine Rousseau (mais pas que) «puisse s'y retrouver entre ses différentes variables, et que la communication vers le public soit plus claire et s'appuie sur la variable pertinente».

Ce qui agace généralement «ceux qui savent», c'est qu'une élue censée notamment hisser les études des scientifiques au cœur de l'Assemblée nationale et dans les médias fasse le jeu des climatosceptiques.

«Il faut faire très attention avec ces discours catastrophistes, sortis de leur contexte et surtout, sans source. Ils alimentent ceux qui nous insultent sur les réseaux sociaux, disant que l'on exagère les conséquences du réchauffement climatique.»
Le climatologue Serge Zaka, vendredi, sur BFMTV.

Un petit «Désolée, je ferai mieux la prochaine fois»? Rien de tout cela dans la bouche de Sandrine Rousseau, sur BFMTV lundi matin. Pour l'auteure du tweet inflammable, il s'agissait manifestement d'un coup médiatique fomenté à l'avance, d'une astuce volontaire pour sonner l'alarme sur la crise climatique.

Histoire d'enfoncer le clou, l'élue écologiste affirme avoir «fait exprès de supprimer» un premier tweet, dans lequel elle avait ajouté la fameuse «source». En l'occurrence, une carte de l'Espagne, diffusée par l’observatoire européen Copernicus, qui annonçait justement «les températures au sol». Un tweet introuvable, malgré que nous soyons dans l'époque frénétique des captures d'écran.

Trop peu polémique pour faire le buzz?

«Je l'ai fait pour alerter»
Sandrine Rousseau serait-elle l'Edward Snowden de la crise climatique?
Image

Lundi matin, la journaliste de BFMTV, manifestement soucieuse de rappeler que, malgré tout, il n'a pas fait «60 degrés en Espagne», se heurte à l'apparente mauvaise foi de Sandrine Rousseau: «Oui, ce n'est pas 60 degrés dans l'air, mais c'est 60 degrés pour les plantes et les enfants qui sont au ras du sol.»

Selon l'élue de gauche, qui affirme ne pas partager «la même analyse» que les scientifiques du climat, en précisant que...

«Moi, je veux que les gens se réveillent sur la gravité du réchauffement climatique»

Sous-entendu qu'avant son tweet de jeudi et son énième direct sur BFMTV lundi, les climatologues n'auraient, eux, pas suffisamment alarmé l'opinion publique.

Une ligne de défense qui, au final, semble égratigner une nouvelle fois la crédibilité des spécialistes, alors qu'il suffisait sans doute de dire la vérité. Une vérité qui est suffisamment grave, puisque l'Italie pourrait bien frôler les 48 degrés cette semaine et que la fameuse Vallée de la mort californienne devrait battre son propre record de 54,4°C dans peu de temps.

Sandrine Rousseau filmée dans une bagarre
Video: twitter
Ceci pourrait également vous intéresser:
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
L'Irlande achève enfin son dépouillement des élections européennes
Il aura fallu attendre jusqu'à vendredi pour que l'Irlande livre ses résultats des élections européennes. Le dépouillement - le plus long du continent - a duré cinq jours, à cause notamment d'un système complexe de scrutin.

La plupart de ses sièges ont été attribués aux deux partis de centre-droit de la coalition au pouvoir. Le Fine Gael du premier ministre Simon Harris et le Fianna Fail du vice-premier ministre Micheal Martin ont remporté chacun quatre des quatorze sièges au Parlement européen. Principal parti d'opposition, le Sinn Fein (gauche) en a gagné deux, le parti travailliste un, tandis que des indépendants ont enlevé les trois derniers sièges.

L’article