DE | FR
Shlomi Arbiv/MeaTech 3D Lt
Shlomi Arbiv/MeaTech 3D Lt

Voici le plus gros steak au monde imprimé en 3D

Dévoilé par l'entreprise israélienne MeaTech 3D, le pavé pèse 113 grammes et a été conçu en laboratoire, avec de vraies cellules bovines.
17.12.2021, 05:1317.12.2021, 06:29

Un de ces jours, vous mangerez un steak imprimé en 3D sans même vous en rendre compte. Composé de véritables cellules musculaires et graisseuses provenant d'échantillons de tissus prélevés sur une vache, le plus gros steak conçu en laboratoire arrive bientôt dans vos assiettes.👇

De vraies cellules bovines

Pour concevoir le steak, des cellules bovines vivantes sont incorporées dans des «bio-encres» qui sont ensuite placées dans l'imprimante 3D de l'entreprise. Ensuite, le steak mûri dans un incubateur dans lequel les cellules souches se différencient en cellules graisseuses et musculaires.

De gauche à droite: Omri Schanin, PDG adjoint, Danny Ayalon, membre du conseil d'administration, et Sharon Fima, PDG et directrice technique de MeaTech.
De gauche à droite: Omri Schanin, PDG adjoint, Danny Ayalon, membre du conseil d'administration, et Sharon Fima, PDG et directrice technique de MeaTech. Shlomi Arbiv/MeaTech 3D Ltd

Les entreprises du monde entier se lancent aujourd'hui dans la production de viande issue de la culture cellulaire. L'argument? Créer de la viande sans élever ni abattre de bétail est meilleur pour l'environnement, le bien-être des animaux et potentiellement la santé.

D'après le Guardian, Sharon Fima, PDG de MeaTech, a déclaré: «Cette percée est l'aboutissement de plus d'un an d'efforts dans nos processus de biologie cellulaire et d'ingénierie tissulaire à haut débit, ainsi que dans notre technologie de bio-impression de précision».

«Nous pensons nous être placés à l'avant-garde de la course au développement de produits carnés haut de gamme à base de cellules»
Sharon Fima, PDG de MeaTech 3D

L'objectif? Produire de la viande de culture au même prix que la viande classique.

La route est encore longue

D'après Seren Kell, responsable science et technologie au Good Food Institute Europe (GFI), «l'annonce de MeaTech marque une étape passionnante en termes de complexité et de taille d'un steak cultivé», avait-elle précisé au Guardian avant d'ajouter que «l'impression 3D permet aux entreprises de créer des produits plus sophistiqués qui peuvent recréer le goût, la texture et la sensation en bouche de la viande conventionnelle».

Cependant, un observateur du secteur a déclaré au Guardian que l'impression 3D était désormais très répandue et que MeaTech devait encore montrer que sa technologie pouvait être développée à grande échelle et produire des steaks à un coût raisonnable.

Le premier steak cultivé à partir de cellules a été produit en décembre 2018 par une autre entreprise israélienne, Aleph Farms, bien que l'entreprise ait déclaré à l'époque que le goût nécessitait plus de travail.

Un marché grandissant et réglementé

Avant de pouvoir être vendue au grand public, la viande cultivée à partir de cellule doit être approuvée par les autorités réglementaires. Cela a déjà été le cas pour la société américaine, Eat Just, qui avait servi des nuggets de poulet fabriqués en laboratoire à des clients à Singapour fin 2020.

Les «bouchées de poulet» Eat Just seront initialement disponibles dans un restaurant à Singapour.
Les «bouchées de poulet» Eat Just seront initialement disponibles dans un restaurant à Singapour.photo: Hampton Creek/Eat Just

Parmi les autres entreprises qui s'intéressent à la viande de laboratoire, citons Mosa Meats, aux Pays-Bas, créée par le professeur Mark Post, qui a produit le premier beefburger de laboratoire en 2013, et Memphis Meats, désormais détenue en partie par Tyson et Cargill, deux des plus grandes entreprises de viande au monde. Une autre entreprise, Meatable, vise à supprimer la nécessité d'extraire de manière répétée les cellules de départ des animaux en créant des lignées qui se multiplient en permanence.

La viande oui, mais aussi le poisson!

Cette semaine, des scientifiques de l'université de Lisbonne au Portugal ont annoncé un projet financé par le GFI visant à fabriquer des filets de bar à partir de cellules imprimées en 3D, en utilisant des ingrédients provenant d'algues pour créer des échafaudages comestibles sur lesquels les cellules se développent.

«J'aime le poisson et je veux continuer à en manger. La pêche durable à petite échelle a un rôle à jouer, mais nous ne pouvons pas continuer la pêche en haute mer qui cause tant de dommages aux écosystèmes océaniques»
Frederico Ferreira, étudiant à l'Université de Lisbonne

D'après Seren Kell, «La course est lancée pour produire des steaks entiers, des filets de poisson et d'autres viandes grâce à l'agriculture cellulaire. Mais pour que ces innovations soient accessibles et que les énormes avantages de la viande cultivée en termes d'environnement, de santé publique et de sécurité alimentaire se concrétisent le plus rapidement possible, il faut que les gouvernements investissent des milliards dans la recherche et la commercialisation».

Réduire les gaz à effet de serre

Il est essentiel que les pays riches réduisent considérablement leur consommation de viande pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre provenant du bétail et éviter un changement climatique dangereux. Une étude a montré qu'éviter la viande et les produits laitiers était le meilleur moyen de réduire l'impact environnemental d'un individu.

Les produits végétaux produisent très peu d'émissions, mais la production de viande par culture cellulaire peut nécessiter de grandes quantités d'énergie, ce qui peut entraîner des émissions importantes si elle ne provient pas de sources à faible teneur en carbone.

Des burgers crados qui donnent quand même faim

1 / 10
Des burgers crados qui donnent quand même faim
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Un maire brésilien règle ses comptes dans l'octogone

Plus d'articles sur la mangeaille!

Comment est votre blanquette? Has-been! (Auprès des jeunes)

Link zum Artikel

Entre deux bouteilles de rouge, on a goûté le sandwich spécial Bénichon

Link zum Artikel

Cédric Grolet fait un «pain suisse» et retourne le cerveau des Suisses

Link zum Artikel

Le problème des Happy meals n'est pas le plastique, c'est le bœuf

Link zum Artikel

Quel Tupperware êtes-vous?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
En cas d'absence, demandez à des poneys islandais de répondre à vos mails
Envie de lâcher les rênes pour de bon? A grands coups de sabot, des chevaux islandais peuvent se charger gratuitement de composer vos réponses automatiques d'absence par mail, dans un service que vient de lancer l'office du tourisme islandais.

Dans une fantasque vidéo promotionnelle, l'agence islandaise dévoile son secret: un clavier géant sur lequel des chevaux - de la célèbre race islandaise - piétinent allègrement les touches dans les plus beaux paysages de l'île.

L’article