DE | FR
La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a affirmé que la Suisse était actuellement en pleine discussion avec les autres pays dans la lignée de l'accord de Paris.
La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a affirmé que la Suisse était actuellement en pleine discussion avec les autres pays dans la lignée de l'accord de Paris.Image: keystone/shutterstock

La COP26 accouche d'un rapprochement inattendu

Qui l'aurait crû? Malgré leurs divergences, les Etats-Unis et la Chine ont relancé leur alliance climatique. Un expert climatique de l'ETH Zurich explique ce que cela signifie et pourquoi la Suisse est en bonne position au cœur de cette COP26.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
12.11.2021, 09:3515.11.2021, 12:19

Vingt mille diplomates sont actuellement en pleine négociation. L'objet de la discussion: la décision finale concernant la COP26, le sommet sur le climat tenu, cette année, à Glasgow. Parmi eux, Andreas Fischlin, climatologue à l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), qui s'est rendu sur les lieux dans le cadre de cette journée décisive. Malgré sa participation à de nombreux autres sommets sur le climat en tant que représentant de la Suisse, il avoue avoir été surpris par un récent événement survenu mercredi soir.

Que s'est-il passé?

Malgré les divergences, le délégué chinois Xi Jinping a annoncé une alliance avec les Etats-Unis.
Malgré les divergences, le délégué chinois Xi Jinping a annoncé une alliance avec les Etats-Unis.Image: keystone

Les Etats-Unis et la Chine sont les deux plus gros émetteurs de CO₂ au monde. Alors que les gouvernements de Joe Biden et de Xi Jinping sont en profond désaccord, jeudi soir, les deux pays ont décidé de publier une déclaration commune: ils veulent renforcer leur coopération dans la lutte contre le réchauffement climatique et profiter de ce sommet – décrit depuis son lancement comme celui de la dernière chance – pour aller de l'avant. «Il a été convenu avec les Etats-Unis de prendre des mesures de protection du climat plus ambitieuses avant la fin de cette décennie», a déclaré le chef de la délégation chinoise. Un groupe de travail conjoint sera donc créé à cet effet.

Que dit l'expert suisse?

Cette annonce ne serait-elle encore que du «bla bla bla», comme l'icône du climat Greta Thunberg l'avait déjà affirmé au début du sommet? Andreas Fischlin n'est pas de cet avis. Pour lui, cet accord est un message fort, et surtout un signe que les choses vont de l'avant malgré les obstacles. «Car sans les Etats-Unis et la Chine, il ne peut y avoir de progrès dans la protection du climat», rappelle-t-il.

Selon Andreas Fischlin, dans l'histoire, ce sont les États-Unis qui ont le plus contribué au déréglément climatique.
Selon Andreas Fischlin, dans l'histoire, ce sont les États-Unis qui ont le plus contribué au déréglément climatique.Image: zvg

Les Etats-Unis et la Chine se sont accordés sur plusieurs points. Cette nouvelle alliance climatique sera la pierre angulaire de l'accord de Paris qui en a résulté.

«Nous avons perdu un grand nombre d'années à cause de l'administration Trump qui a boudé le climat et avait même refusé de venir à Paris. Le temps des grandes décisions est arrivé»,
Andreas Fischlin, climatologue à l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich

Si l'on revient sur l'histoire, ce sont les Etats-Unis qui ont le plus contribué au dérèglement climatique avec toutes leurs émissions de CO₂. Leur responsabilité historique est donc indubitable. La Chine, de son côté, a cumulé deux fois moins de gaz carbonique que le gouvernement Biden et un tiers des pays industrialisés dans leur ensemble, explique Andreas Fischlin.

Protéger la planète? ça rapporte.

Vidéo: watson

Finalement, la COP26 sera-t-elle un succès ?

Pour Greta Thunberg, le sommet sur le climat de Glasgow n'est qu'un «spectacle de relations publiques».
Pour Greta Thunberg, le sommet sur le climat de Glasgow n'est qu'un «spectacle de relations publiques».Image: keystone

Le compte à rebours est lancé. Officiellement, le sommet sur le climat à Glasgow dure jusqu'à vendredi. Mais les négociations vont généralement au-delà. «La décision ne sera probablement pas prise avant samedi soir», assure l'expert suisse. Bien qu'il reste convaincu qu'une conclusion positive sera prise, il estime néanmoins que les attentes du public, à l'égard de cette COP26 – semblables à celles de Copenhague en
2009 – restent trop élevées.

«Dans tous les cas, le résultat ne rendra pas justice à l'urgence de la crise climatique», signale le chercheur de l'ETH. Les processus de la politique internationale sont, par principe, toujours extrêmement lents. «Greta Thunberg doit donc apprendre à être patiente. Même si, d'un point de vue scientifique, la situation est effectivement très critique.»

Quel rôle joue la Suisse?

Jeudi, la Suisse a signé les premiers accords sur l'octroi de crédits pour les réductions de CO₂. Comme l'a déclaré la ministre suisse de l'Environnement Simonetta Sommaruga aux médias en marge de la conférence mondiale sur le climat à Glasgow, il s'agit d'une «étape importante» dans la mise en œuvre de l'accord de Paris sur le climat. La solution désormais trouvée pour la mise en œuvre de son article 6 controversé pourrait «servir de modèle à d'autres pays également», a ajouté le ministre suisse de l'Environnement. En effet, elle empêcherait la double augmentation des réductions des émissions de gaz à effet de serre, l'un des points de friction de l'accord.

Dans un entretien avec watson, l'expert climatique de l'EPFZ salue explicitement l'engagement colossal de Simonetta ommaruga. Selon lui, elle a cherché – et trouvé – des solutions praticables lors de discussions intensives. «La Suisse n'a pas "d'agenda caché". Elle est donc considérée par les autres gouvernements comme digne de confiance. Et cela va aider dans les négociations.» Sans oublier qu'en tant que cinquième plus grand pays financier mondial, la Suisse dispose d'un levier important pour renforcer la protection du climat dans le monde.

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
WikiLeaks: Assange est autorisé à faire appel contre son extradition
Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a appris lundi qu'il pouvait faire appel devant la Cour suprême du Royaume-Uni contre une décision de la Haute Cour selon laquelle il pourrait être extradé vers les Etats-Unis.

C'est une étape majeure dans un dossier qui dure depuis plus de 10 ans. Ce lundi, la Haute Cour de Londres a indiqué qu'elle accordait du crédit à l'argumentation des avocats de Julian Assange qui veulent aller devant la Cour suprême du Royaume-Uni afin de faire appel de sa décision à être extradé aux Etats-Unis, selon Express.

L’article