DE | FR

Pourquoi le Delta rendrait l'immunité collective illusoire

Image: AP
Les preuves soutenant que le variant Delta résiste partiellement à la vaccination s'accumulent. Pour un professeur anglais, cela rendrait impossible l'immunité de groupe. Le chef des soins intensifs du Chuv rappelle l'importance des gestes barrières. Et de la vaccination. Explications.
14.08.2021, 07:5215.08.2021, 09:43
Team watson
Team watson
Suivez-moi

Pourquoi on en parle?

«Atteindre l'immunité collective n'est pas possible, et penser y parvenir est un mythe». Voici en substance ce qu'a affirmé mardi le professeur Andrew Pollard, président du Comité britannique sur la vaccination et l'immunisation (JCVI), devant les députés anglais.

La raison? Le variant Delta. Ou plus précisément, l'efficacité limitée des vaccins face à cette mutation du virus, capable d'infecter également les personnes immunisées.

«Cela signifie que toute personne non vaccinée va contracter le Covid à un moment ou à un autre», explique, cité dans le Guardian, le professeur. «Nous n'avons rien qui puisse arrêter complètement cette transmission.»

Une nouvelle étude

Les propos d'Andrew Pollard trouvent un écho dans les résultats d'une étude menée par l'Imperial College de Londres, qui observe que, malgré des niveaux de vaccination élevés, l'efficacité du vaccin reste «imparfaite». Concrètement, les auteurs de la recherche affirment que:

  • Les personnes entièrement vaccinées, âgées de 18 à 64 ans, ont un risque d'infection inférieur d'environ 49% à celui des non-vaccinés.
  • Les personnes entièrement vaccinées sont deux fois moins susceptibles d'être testées positives après avoir été en contact avec une personne infectée.

La vaccination reste efficace

En d'autres termes, l'étude montre que les vaccins réduisent le risque d'infection, sans toutefois l'écarter totalement. Ils restent très efficaces pour prévenir les formes graves de la maladie et les décès, rappelle le Guardian.

Chef des soins intensifs du Centre hospitalier universitaire vaudois (Chuv), Jean-Daniel Chiche est du même avis: «Une étude, publiée jeudi sur le New England Journal of Medicine, montre que les vaccins que nous avons en Suisse assurent 88% de protection contre le variant Delta, après deux doses», explique-t-il à watson. Et de rappeler:

«Nous constatons que l'immense majorité des hospitalisations aux soins intensifs concerne des cas de personnes non-vaccinées»

Pour cette raison, Jean-Daniel Chiche affirme: «Nous devons tout faire pour diminuer la circulation virale, et cela passe par la vaccination, surtout auprès des jeunes et des actifs».

Malgré l'efficacité des vaccins, la prudence doit rester de mise. Il est donc important de maintenir les gestes barrières, poursuit le chef des soins intensifs du Chuv: «conserver les distances, ne pas serrer les mains, se les désinfecter et continuer de porter le masque. Ces mesures sont aussi valables pour les vaccinés».

Dans une interview publiée par le Tages-Anzeiger, le médecin cantonal bâlois Thomas Steffen estime également qu’il faudrait limiter les contacts physiques, notamment avec des inconnus.

La 3e dose est-elle la solution?

Face à la flambée des cas et à la propagation du variant Delta, plusieurs pays ont décidé d'administrer une troisième dose de vaccin chez certains groupes de la population. C'est notamment le cas en Israël, en Allemagne et au Royaume-Uni.

Pour Andrew Pollard, ce choix ne se justifie pas. Le président du JCVI estime que la troisième dose ne devient nécessaire qu'en cas d'augmentation des hospitalisations et des décès parmi les vaccinés: «ce n'est pas ce que nous constatons pour l'instant», assure-t-il.

Il n'y a pas encore de problèmes liés aux formes graves de la maladie, poursuit le scientifique: «il n'y a donc aucune raison de paniquer pour le moment».

Une année de confinement en images

1 / 15
Une année de confinement, en images
source: keystone / ennio leanza
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Pourquoi les Suisses boudent-ils le vaccin?

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Nord Stream: «ces incidents ne sont pas une coïncidence», 5 points sur la situation
L'inspection des gazoducs Nord Stream 1 et 2 endommagés par des explosions ne pourra se faire avant une à deux semaines. Les marchés s'emballent déjà. Le point sur la situation.

L'inspection des deux gazoducs Nord Stream, délibérément endommagés par des explosions sous-marines au large d'une île danoise, en mer Baltique, ne pourra se faire avant une à deux semaines, a affirmé, mercredi, le ministre danois de la Défense.

L’article