DE | FR

Pourquoi le Delta rendrait l'immunité collective illusoire

File - In this Saturday, May 29, 2021, file photo, people crowd the Santa Monica Pier in Santa Monica, Calif. Coronavirus cases have jumped 500% in Los Angeles County over the past month and health officials warned Tuesday, July 13, 2021, that the especially contagious delta variant of the disease continues to spread rapidly among California's unvaccinated population. (AP Photo/Damian Dovarganes, File)

Image: AP

Les preuves soutenant que le variant Delta résiste partiellement à la vaccination s'accumulent. Pour un professeur anglais, cela rendrait impossible l'immunité de groupe. Le chef des soins intensifs du Chuv rappelle l'importance des gestes barrières. Et de la vaccination. Explications.



Pourquoi on en parle?

«Atteindre l'immunité collective n'est pas possible, et penser y parvenir est un mythe». Voici en substance ce qu'a affirmé mardi le professeur Andrew Pollard, président du Comité britannique sur la vaccination et l'immunisation (JCVI), devant les députés anglais.

La raison? Le variant Delta. Ou plus précisément, l'efficacité limitée des vaccins face à cette mutation du virus, capable d'infecter également les personnes immunisées.

«Cela signifie que toute personne non vaccinée va contracter le Covid à un moment ou à un autre», explique, cité dans le Guardian, le professeur. «Nous n'avons rien qui puisse arrêter complètement cette transmission.»

Une nouvelle étude

Les propos d'Andrew Pollard trouvent un écho dans les résultats d'une étude menée par l'Imperial College de Londres, qui observe que, malgré des niveaux de vaccination élevés, l'efficacité du vaccin reste «imparfaite». Concrètement, les auteurs de la recherche affirment que:

La vaccination reste efficace

En d'autres termes, l'étude montre que les vaccins réduisent le risque d'infection, sans toutefois l'écarter totalement. Ils restent très efficaces pour prévenir les formes graves de la maladie et les décès, rappelle le Guardian.

Chef des soins intensifs du Centre hospitalier universitaire vaudois (Chuv), Jean-Daniel Chiche est du même avis: «Une étude, publiée jeudi sur le New England Journal of Medicine, montre que les vaccins que nous avons en Suisse assurent 88% de protection contre le variant Delta, après deux doses», explique-t-il à watson. Et de rappeler:

«Nous constatons que l'immense majorité des hospitalisations aux soins intensifs concerne des cas de personnes non-vaccinées»

Pour cette raison, Jean-Daniel Chiche affirme: «Nous devons tout faire pour diminuer la circulation virale, et cela passe par la vaccination, surtout auprès des jeunes et des actifs».

Malgré l'efficacité des vaccins, la prudence doit rester de mise. Il est donc important de maintenir les gestes barrières, poursuit le chef des soins intensifs du Chuv: «conserver les distances, ne pas serrer les mains, se les désinfecter et continuer de porter le masque. Ces mesures sont aussi valables pour les vaccinés».

Dans une interview publiée par le Tages-Anzeiger, le médecin cantonal bâlois Thomas Steffen estime également qu’il faudrait limiter les contacts physiques, notamment avec des inconnus.

La 3e dose est-elle la solution?

Face à la flambée des cas et à la propagation du variant Delta, plusieurs pays ont décidé d'administrer une troisième dose de vaccin chez certains groupes de la population. C'est notamment le cas en Israël, en Allemagne et au Royaume-Uni.

Pour Andrew Pollard, ce choix ne se justifie pas. Le président du JCVI estime que la troisième dose ne devient nécessaire qu'en cas d'augmentation des hospitalisations et des décès parmi les vaccinés: «ce n'est pas ce que nous constatons pour l'instant», assure-t-il.

Il n'y a pas encore de problèmes liés aux formes graves de la maladie, poursuit le scientifique: «il n'y a donc aucune raison de paniquer pour le moment».

Une année de confinement en images

1 / 15
Une année de confinement, en images
source: keystone / ennio leanza
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Pourquoi les Suisses boudent-ils le vaccin?

Plus d'analyses en lien avec le Covid

Le «oui» à la loi Covid est-il un test fiable pour la confiance du peuple?

Link zum Artikel

Quand est-ce que le Conseil fédéral rendra son pouvoir?

Link zum Artikel

«Théories du complot»: De quoi ne parle-t-on pas?

Link zum Artikel

Accentué par la crise, un élan libertaire parcourt la Suisse

Link zum Artikel

Des vaccins seront testés sur les enfants

Dans le cadre d'un essai clinique, le vaccin AstraZeneca sera testé sur 300 volontaires de 6 à 17 ans. A la tête de l'étude, l'Université d'Oxford veut évaluer la réaction immunitaire des enfants pour savoir si le sérum peut aussi leur convenir.

Voilà un test pour lequel ils n'auront pas besoin de réviser. Dès le mois de février, l'Université d'Oxford, au Royaume-Uni, va expérimenter le vaccin AstraZeneca sur 300 volontaires âgés de 6 à 17 ans. Une première mondiale, même si des recherches sur les plus de 12 ans sont déjà menées par Pfizer aux Etats-Unis.

Pour l'instant, la vaccination n'est pas recommandée chez les enfants, sauf pour ceux présentant un risque très grave face au virus. Les chercheurs veulent toutefois évaluer la …

Lire l’article
Link zum Artikel