DE | FR
Bild

Image: shutterstock

Les influenceurs ukrainiens se font vacciner au prix d'un selfie

Les vaccins n'ont pas la cote en Ukraine. Pour redorer leur image, les autorités ont ouvert la vaccination à toute personne ayant une influence sur la population, mais pas tous les candidats respectent les critères.



Les autorités sanitaires ukrainiennes vivent une période compliquée: alors que le pays fait face à une nouvelle vague d'infections, une bonne partie de sa population n'entend pas se faire vacciner. Selon de récents sondages, quatre personnes sur dix ne font pas confiance aux vaccins.

Pour renverser cette situation, le ministère de la santé a eu une idée: ouvrir la vaccination aux personnalités publiques. Qu'ils soient acteurs, chanteurs, athlètes, ou influenceurs, et quel que soit leur âge, ces leaders d'opinion sont censés redorer l'image du médicalement mal aimé auprès de la population, écrit le New York Times.

Cela ne se fait pas au détriment des personnes vulnérables, car ces «célébrités» ont droit aux vaccins qui restent à la fin de la journée, qui seraient autrement gaspillés.

Les candidats à cette vaccination précoce doivent respecter trois critères principaux:

En théorie, c'est simple et efficace. Dans les faits, cela se révèle un peu plus compliqué. Car même si plusieurs personnes qui respectent les critères ont répondu à l'appel, le programme a rapidement été inondé par de jeunes influenceurs. Ces derniers étaient en bonne santé et relativement peu exposés à la maladie. Certains avaient par ailleurs moins de mille adeptes sur les réseaux sociaux.

Pour les spécialistes de l'éthique médicale, cela ne pose pas vraiment problème. Après tout, ce ne sont pas les bénéficiaires qui fixent les règles, et l'important c'est de ne pas gaspiller les vaccins.

Une année de Covid-19, retour en images

1 / 13
Une année de Covid-19, retour en images
source: sda / alessandro crinari
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur le thème «Covid-19»

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Entre passeport vaccinal et confinement, le Covid dans le monde

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

Pour l'OFSP, l'attestation de vaccination doit devenir un certificat Covid-19

Link zum Artikel

L'Union européenne va limiter les exportations de vaccins

Link zum Artikel

Et vogue la troisième vague

Link zum Artikel

Le passeport vaccinal pour l'Europe (Suisse comprise), c'est quoi?

Link zum Artikel

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

L'initiatrice de #balancetonporc ne sera pas condamnée

La Cour d'appel a annulé mercredi la condamnation pour diffamation de la journaliste Sandra Muller. Celle qui avait lancé le hashtag #balancetonporc a bénéficié du principe de la bonne foi.

La justice française a rejeté mercredi en appel la condamnation de la journaliste et initiatrice du mouvement #balancetonporc Sandra Muller. Le demande de l'homme qui la poursuivait en diffamation a été rejetée.

En première instance, Sandra Muller avait été condamnée, en septembre 2019, à payer 15 000 euros, soit près de 16 000 francs, de dommages et intérêts à Eric Brion qu'elle avait accusé de harcèlement sexuel.

«Même si Eric Brion a pu souffrir d'être le premier homme dénoncé sous le …

Lire l’article
Link zum Artikel