DE | FR
Image: AP

Une start-up américaine lance un «Tinder vaccinal»

Les vaccins doivent être administrés rapidement. Pour éviter de jeter les doses qui restent, un site met en relation les personnes prêtes à se faire immuniser avec les cliniques qui veulent liquider les stocks.
10.03.2021, 09:1410.03.2021, 15:02

Une fois que les doses de vaccins sortent du frigo, elles doivent être administrées en quelques heures. Sinon, elles finissent à la poubelle. Aux Etats-Unis, celles qui restent sont redistribuées dans certaines pharmacies et épiceries. Le problème, c'est que ce système est confus, peu fiable et prend souvent beaucoup de temps, indique le «New York Times».

La start-up new-yorkaise Dr. B essaie de résoudre ce problème. Le site met en relation les fournisseurs qui se retrouvent avec des restes de vaccins et les personnes qui veulent se faire immuniser. Un mois après son lancement, le service compte plus de 500 000 inscriptions.

Comment ça fonctionne?

C'est facile, mais ça demande une certaine réactivité de la part des utilisateurs:

  1. Les personnes inscrites doivent fournir leurs informations personnelles, telles que leur date de naissance, leur adresse, leur profession et leur état de santé;
  2. Quand les cliniques dans les parages ont des doses supplémentaires, ils reçoivent un SMS, auquel ils doivent répondre en 15 minutes;
  3. Ils doivent ensuite être prêts à se rendre rapidement sur le lieu de vaccination.

Cela permettra-t-il aux jeunes et aux personnes saines de sauter la file d'attente? Peut-être, mais les experts en santé publique jugent l'opération positivement. L'important, c'est de ne pas gaspiller les vaccins. (asi)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Un dirigeant afghan promet de bonnes nouvelles sur l'éducation des filles
Le ministre de l'Intérieur annonce que l'Afghanistan travaille sur un «mécanisme» qui permettrait la réouverture des établissements secondaires aux écolières.

Le ministre afghan de l'Intérieur Sirajuddin Haqqani, nommé par les talibans, a promis lundi de «très bonnes nouvelles» pour «très bientôt» au sujet d'un retour des filles dans les écoles secondaires en Afghanistan. Il s'exprimait dans une rare interview avec la chaîne américaine CNN International.

L’article