DE | FR
L'ivermectine est autorisée en Suisse comme médicament vétérinaire.
L'ivermectine est autorisée en Suisse comme médicament vétérinaire.image: keystone

«L'ivermectine est efficace contre le Covid»: Pourquoi c'est faux

Une récente étude japonaise a donné lieu à de fausses informations sur l'ivermectine. Nous en présentons les tenants et les aboutissants dans un fact-checking.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
07.02.2022, 16:2807.02.2022, 16:31
Petar Marjanović
Petar Marjanović
Petar Marjanović
Suivez-moi

Cette semaine, de nombreux sites web ont fait leur gros titre: «L'ivermectine est efficace». La prétendue efficacité de la substance médicamenteuse a fait son chemin lundi et s'est répandue comme une traînée de poudre à travers les médias sociaux. Une info qui a même été reprise par un journaliste suisse de Inside Paradeplatz.

Mais il y a un hic: l'étude est trompeuse de bout en bout. Nous avons tenté de comprendre comment un vague communiqué de presse s'est transformé en une fausse information.

Fact-checking

Affirmation:

Le 1er février, Inside Paradeplatz a publié un article affirmant sur la base d'une dépêche d'agence Reuters que:

«L'ivermectine est efficace contre le Covid»

Des affirmations similaires ont été publiées sur d'autres sites d'information dans le monde. La dépêche Reuters a notamment été reprise par Alarabiya, Jerusalem Post, RT Deutsch (anciennement Russia Today) et par le Wochenblick autrichien. Les liens vers les reportages ont été partagés des milliers de fois sur Twitter, Facebook et autres.

Ce que disent les sources

Tous les rapports s'appuient sur l'article de Reuters. L'agence de presse internationale a publié le 1er février un article intitulé «La société japonaise Kowa affirme que l'ivermectine est efficace contre Omicron dans le cadre d'une étude de phase III».

Reuters a donné comme source de ses informations le communiqué de presse de l'entreprise Kowa. Ce communiqué de presse du 31 janvier 2022 a effectivement existé, mais il disait en fait autre chose:

  • Kowa a mené une étude pré-clinique en collaboration avec l'université de Kitasato.
  • Dans cette étude pré-clinique, l'ivermectine a montré «la même efficacité antivirale contre les souches Omicron que contre les autres variants connus du coronavirus (alpha, bêta, gamma, delta)».
  • L'ivermectine est actuellement un médicament expérimental dans une étude clinique de phase III. Celui-ci est en cours et a été approuvé par les autorités japonaises, mais les résultats ne sont pas encore disponibles.

La distinction entre pré-clinique et clinique est importante, car elle renseigne sur l'avancement de la recherche. Avant qu'un médicament ne soit autorisé, il doit généralement passer par cinq phases. Au cours de la phase pré-clinique, on essaie d'établir les premières hypothèses. Les tests se font soit in vitro, soit in vivo, c'est-à-dire non pas sur des personnes vivantes, mais dans une boîte de Pétri, sur des cellules individuelles ou sur des animaux.

Kowa n'a donc pu que confirmer que l'ivermectine pourrait être un candidat en tant que médicament potentiel contre les personnes atteintes par Omicron, car elle a un effet antiviral. Mais l'entreprise ne révèle pas comment elle est parvenue à cette conclusion - ce qui rend le communiqué assez vide de sens. En effet, une solution alcoolique à 90% ou de l'eau de Javel seraient également capables de tuer les virus Covid dans une boîte de Pétri.

Reuters a reconnu l'erreur et a corrigé l'article: «L'ivermectine montre un effet antiviral contre le Covid selon une entreprise japonaise». Le texte mentionnait en outre que dans une version initiale de l'article, il était «affirmé à tort» que l'efficacité avait été confirmée dans des études cliniques sur des humains (phase III).

Il n'est donc pas clair si l'ivermectine peut être utilisée pour traiter les malades. D'autres études disponibles confirment certes les études pré-cliniques, mais les données relatives aux essais sur l'homme sont jugées non concluantes par les méta-études (celle-ci et celle-là) et également par l'OMS.

L'autorité suisse de contrôle des médicaments, Swissmedic, constate donc dans une prise de position sur l'annonce japonaise à watson: «Cela ne permet pas encore de tirer des conclusions sur une efficacité chez l'homme.» D'autres essais sont nécessaires avant qu'une substance active contre le nouveau coronavirus, prétendument efficace en laboratoire sur des cultures cellulaires, puisse également être utilisée chez l'homme pour traiter la maladie Covid-19.

«Seuls des essais cliniques ordinaires pourront ensuite prouver qu'une substance est plus utile que nuisible chez l'homme»
Lukas Jaggi, porte-parole de Swissmedic.

L'Institut ne modifie donc pas sa recommandation actuelle: "Toute personne qui prend de l'ivermectine sans contrôle met sa santé en danger".

Evaluation

L'allégation est trompeuse.

Selon les études actuelles, il n'est pas prouvé que l'ivermectine soit un médicament efficace contre le Covid-19. Les rapports sur l'étude d'efficacité de la société japonaise Kowa sont trompeurs ou erronés quant à leur contenu.

La communauté scientifique mène actuellement de nombreuses études pour déterminer l'efficacité de l'ivermectine contre les coronavirus. L'ivermectine a été développée à partir des années 1970 par Merck Pharmaceuticals en collaboration avec l'institut japonais Kitasato et est aujourd'hui principalement utilisée comme médicament vétérinaire antiparasitaire (vermifuge).

Depuis les années 1980, elle est parfois administrée aux personnes souffrant de maladies infectieuses parasitaires. En cas de mauvaise utilisation, l'ivermectine peut provoquer des intoxications mortelles. Outre Swissmedic, d'autres autorités de réglementation mettent donc en garde contre une prise arbitraire.

L'agence américaine d'homologation sur Twitter : «Tu n'es pas un cheval. Tu n'es pas une vache. Sérieusement: arrête».
L'agence américaine d'homologation sur Twitter : «Tu n'es pas un cheval. Tu n'es pas une vache. Sérieusement: arrête».Bild: twitter

Copin Comme Cochon: la fondue

Plus d'articles sur la fin du Covid

Covid: Comment nos politiciens préparent la fin de la pandémie

Link zum Artikel

A 3 jours de lever les mesures Covid, quelle est la situation en Suisse?

Link zum Artikel

Sommes-nous prêts à vivre sans Covid dès jeudi? «Non, je ne pense pas»

Link zum Artikel

L'après-Covid sera terrible

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Révolution à la TV: Drucker quitte France 2 pour une autre chaîne
Le canapé rouge est transféré sur la 3. Le changement de chaîne du plus ancien des présentateurs vedettes de France 2 ne passe pas inaperçu.

Ça déménage! Michel Drucker diffusera son émission culte «Vivement dimanche» sur France 3 à partir de la rentrée. C'est Le Parisien qui l'a révélé ce 23 mai. Le présentateur, qui aura bientôt 80 tours au compteur (de sa vie, entendons-nous), a officié pas moins de 28 ans sur France 2. Apprendre son départ pour un autre canal du service public français équivaut donc à apprendre le changement de royaume de la reine Elisabeth ou, si vous préférez une image, pensez simplement à un cercle carré.

L’article