DE | FR

Voici comment des centaines de criminels sont tombés dans le piège du FBI

Des documents judiciaires publiés montrent comment le FBI a pris le contrôle de la société informatique Anom et transformé son application de messagerie cryptée en cheval de Troie pour le crime organisé. Il y a eu des centaines d'arrestations dans le monde entier.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
08.06.2021, 13:3408.06.2021, 15:14
Oliver Wietlisbach
Oliver Wietlisbach
Oliver Wietlisbach
Suivez-moi

Operation Trojan Shield est le modèle parfait pour un thriller. Pendant des années, le FBI a exploité une application de communications cryptées pour lire secrètement les messages des criminels et surveiller ainsi les activités du crime organisé à grande échelle. C'est ce qu'affirme le portail Motherboard, qui a analysé des documents judiciaires récemment rendus publics.

Selon le rapport, plus de vingt millions de messages ont été collectés à partir de plus de 11 800 appareils utilisés par des criminels présumés dans le cadre de l'opération de police internationale la plus élaborée à ce jour contre les bandes criminelles.

Auparavant, le FBI et la police fédérale australienne (AFP) ont pris le contrôle d'une société nouvellement créée appelée Anom, qui propose des communications cryptées. Les enquêteurs ont transformé l'application de messagerie éponyme en un «pot de miel» destiné à attirer les criminels. Cela leur a permis de lire les chats pendant des années. Selon la police, 224 personnes ont été arrêtées rien qu'en Australie, et environ 800 dans le monde.

Extraits des conversations interceptées.
Extraits des conversations interceptées.

Six laboratoires de drogues ont été perquisitionnés. En outre, les enquêteurs ont saisi de nombreuses armes et près de 29 millions d'euros en espèces.

Des raids ont également eu lieu aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni et dans plusieurs pays européens, dont l'Allemagne, l'Autriche, les Pays-Bas, la Suède et la Norvège. La Suisse n'est pas explicitement mentionnée.

Selon le FBI, la crypto-messagerie Anom était principalement utilisée par des criminels en Australie, en Allemagne, en Espagne, en Serbie et aux Pays-Bas.
Selon le FBI, la crypto-messagerie Anom était principalement utilisée par des criminels en Australie, en Allemagne, en Espagne, en Serbie et aux Pays-Bas.

Voici comment les criminels sont tombés dans le piège

Normalement, les enquêteurs ferment les réseaux de messagerie cryptée des criminels ou, ce qui n'est pas une mince affaire, craquent les messages. Dans ce cas, les forces de l'ordre sont allées plus loin: Anom, le fournisseur de l'application de messagerie cryptée, a été racheté par le FBI et les enquêteurs ont utilisé eux-mêmes l'application de messagerie censée être à l'abri des écoutes – des milliers de criminels sont tombés dans le piège.

«L'un des objectifs de Trojan Shield est d'ébranler la confiance dans toute cette industrie grâce à la volonté et à la capacité du FBI à pénétrer et à surveiller les messages.»

L'opération Trojan Shield a commencé il y a trois ans: en 2018, le FBI a arrêté Vincent Ramos, le PDG de Phantom Secure, une entreprise qui vendait des téléphones cryptés à cryptomonnaie à des criminels. Après cela, le FBI et l'AFP ont réussi à prendre le contrôle du produit qui lui a succédé, Anom. Selon les documents judiciaires, c'est une personne qui vendait auparavant les téléphones cryptographiques de Phantom Secure a offert au FBI l'accès à Anom.

Le FBI et l'AFP ont poursuivi le développement du crypto-messager de manière à ce qu'une clé maîtresse soit secrètement jointe à chaque message crypté, ce qui «permettait aux forces de l'ordre de décrypter et de stocker les messages pendant leur transmission», selon les documents publiés.

Pour rendre Anom populaire dans le monde de la pègre, les autorités ont utilisé leur source, qui travaillait auparavant pour Phantom Secure et bénéficiait donc de la confiance du crime organisé. Ladite source a proposé Anom au lieu de Phantom à ses contacts.

Les autorités ont initialement distribué 50 téléphones cryptographiques infectés par Anom en Australie. La nouvelle messagerie, censée être sécurisée, s'est répandue dans la pègre et, aux dernières nouvelles, elle était installée sur plus de 10 000 appareils dans plus de 90 pays. Depuis octobre 2019, plus de 20 000 millions de messages ont été interceptés. Ceux-ci comprennent des discussions sur le trafic de drogue, le blanchiment d'argent, la corruption et d'autres activités criminelles organisées de haut niveau.

Un autre exemple de communication sur Anom.
Un autre exemple de communication sur Anom.

L'opération Trojan Shield est la dernière et jusqu'à présent la plus élaborée des frappes des enquêteurs contre le crime organisé. Les actions des autorités policières rappellent l'affaire Crypto. En 2020, des recherches menées par la Rundschau, la ZDF et le Washington Post ont révélé une opération d'écoute mondiale menée par les services de renseignement américains et allemands. L'espionnage a été réalisé à l'aide de dispositifs de cryptage manipulés de la société Crypto AG, basée à Zoug.

En 2020, l'affaire EncroChat a également fait grand bruit. Il s'agissait d'une société basée en Europe qui proposait des réseaux de communication et des téléphones cryptés, principalement utilisés par des criminels. Europol a infiltré le réseau. Par la suite, les enquêteurs français ont réussi à installer des logiciels malveillants (chevaux de Troie) sur les appareils, compromettant ainsi EncroChat. Dans la foulée, de nombreux criminels se sont tournés vers des alternatives telles qu'Anom.

Avec des documents des agences de presse ATS et AFP.

Plus d'articles «International»

50°C à l'ombre au Canada, la faute à un «dôme de chaleur». Explications

Link zum Artikel

Détournés, abattus, sabotés, les avions sont de vraies armes politiques

Link zum Artikel

Non-vacciné? Préparez vos narines pour visiter la France cet été

Link zum Artikel

L'Italie a-t-elle un (gros) problème avec ses infrastructures?

Link zum Artikel

Israël se sent menacé par le variant Delta

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Condamnation confirmée pour l'opposant russe Navalny en appel
L'opposant russe Alexeï Navalny avait fait appel de sa condamnation à neuf ans d'emprisonnement supplémentaires édictée en mars dernier. Mardi, la justice moscovite a réaffirmé sa position.

La justice russe a confirmé mardi en appel la condamnation à neuf ans de prison en «régime sévère» du principal opposant Alexeï Navalny. Celui-ci est jugé pour «escroquerie» et «outrage à magistrat».

L’article