DE | FR
Image: Photomontage

Le vaccin russe Spoutnik fonctionne

L'essai clinique en phase finale a confirmé une efficacité à 92%. L'honneur du Spoutnik V, objet d'une suspicion quasi culturelle, sinon caricaturale, est réhabilité.
04.02.2021, 09:1003.03.2021, 16:50

Le vaccin russe Spoutnik V agit efficacement contre les formes symptomatiques du Covid-19, selon les résultats publiés mardi dans la revue The Lancet, référence du monde scientifique - néanmoins mise à mal en mai dernier pour une étude frauduleuse sur l'hydroxychloroquine.

«Le développement du vaccin Spoutnik V a été critiqué pour son caractère hâtif, les libertés prises avec le protocole et son manque de transparence», ont rappelé les professeurs Ian Jones de l'université de Reading, et Polly Roy de la London School of Hygiene & Tropical Medicine, dans un communiqué partagé par The Lancet. «Un autre vaccin peut maintenant se joindre à la lutte pour réduire l'incidence du COVID-19», ont certifié les chercheurs, qui n'ont pas participé à l'étude.

«Le résultat rapporté ici est clair et le principe scientifique de la vaccination est démontré»
Le rapport du Lancet

Les tests du candidat-vaccin ont porté sur 19 866 participants, dont un quart a reçu un placebo. Au final, 16 personnes vaccinées ont contracté le Covid, contre 62 au sein du groupe placebo, toujours selon les chercheurs. L'étude «démontre qu'un schéma à deux doses du vaccin - deux injections basées sur deux vecteurs adénoviraux différents, administrées à 21 jours d'intervalle - est efficace à 91,6% contre les formes symptomatiques du Covid-19», cite l'agence de presse Reuters.

La Russie a baptisé son vaccin Spoutnik V en hommage au premier satellite jamais envoyé dans l'espace, fierté de l'Union soviétique.

«La Russie avait raison depuis le début», s'est exclamé Kirill Dmitriev, responsable du Fonds d'investissement direct russe (RDIF), chargé de commercialiser le vaccin à l'étranger. L'homme d'affaires s'est encore félicité que la Russie ait commencé à administrer son vaccin aux travailleurs les plus exposés alors que les études étaient toujours en cours.

La Russie a partagé les données de la phase III de son essai avec les régulateurs de plusieurs pays et entamé le processus pour approbation dans l'Union européenne, a affirmé Kirill Dmitriev. Une éventuelle validation sonnerait comme une revanche pour les laboratoires russes, souvent associés aux expériences douteuses et aux produits dopants.

Accepteriez-vous de vous faire vacciner avec le Spoutnik V?

Vous en doutez? Un patient de 33 ans (nom connu de la rédaction) nous a rapporté la conversation éloquente qu'il a eue la semaine dernière avec un médecin cantonal romand:

Le patient
Si je reçois le vaccin russe, est-ce que je suis considéré comme immunisé et apte à voyager sans quarantaine?
Le médecin cantonal
Non, en tout cas pas. Pas le vaccin russe! On ne sait pas ce qu'il y a dedans
Le patient
Et celui de Pfizer, vous savez ce qu'il y a dedans?

Sur la base des études scientifiques indépendantes, le Spoutnik V devient de fait le troisième vaccin le plus efficace au monde après ceux de Pfizer-BioNTech (95%) et de Moderna (94,5%). Mieux:, ou pis (selon son penchant Est-Ouest): il serait moins cher et plus facile à transporter.

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La variole de singe se propage et touche la France et l'Australie
La variole du singe a fait son apparition au Royaume-Uni mercredi. Pour l'heure, plusieurs dizaines de cas ont été confirmés en Europe, dont un premier en France. Le virus se propage également plus loin, puisqu'il a atteint l'Australie.

C'est au tour de la France de confirmer un cas de variole du singe ce vendredi. Pour rappel, mercredi, l'Espagne lançait une alerte sanitaire à la suite de huit cas confirmés de variole du singe dans le pays. Jeudi 19 mai, l'Italie faisait état d'un premier cas après le Royaume-Uni, le Canada, le Portugal, les Etats-Unis et plus récemment l'Australie – où les premiers symptômes sont apparus chez une personne de retour de voyage du Royaume-Uni.

L’article