DE | FR
Les Ukrainiens fuient le conflit et se réfugient en Pologne.
Les Ukrainiens fuient le conflit et se réfugient en Pologne.Image: sda

8 points pour savoir où en est la guerre en Ukraine

Entre une centrale nucléaire occupée, des réactions internationales qui s'enchaînent et la Russie qui bloque plusieurs canaux de communication, voici les dernières informations sur la guerre aux portes de l'Europe.
05.03.2022, 10:2505.03.2022, 14:08

Le conflit en Ukraine n'est pas près de se résoudre. Mais chaque jour, voire chaque minute, des nouvelles parviennent aux oreilles de puissances internationales. Alors si vous avez raté des informations, ce récapitulatif des réactions internationales, des actions menées par la Russie, ou encore du point sur les violations des droits humains peut vous aider.

L'équivalent de «six Tchernobyl»

La grande peur de cette dernière journée de guerre puise son origine dans la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporojie (sud), la plus grande d'Europe. Des bombardements la nuit précédente ont fait craindre une catastrophe.

Des tirs de chars russes contre la centrale ont mis le feu à un bâtiment de formation et à un laboratoire, mais aucune fuite radioactive n'a été constatée, ont indiqué les autorités ukrainiennes.

«Nous avons survécu à une nuit qui aurait pu mettre un terme à l'Histoire. L'Histoire de l'Ukraine. L'Histoire de l'Europe»
Volodymyr Zelensky, le président ukrainien

Une explosion à la centrale de Zaporojie, dans le sud de l'Ukraine, aurait été l'équivalent de «six Tchernobyl», s'est alarmé le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Moscou a catégoriquement réfuté avoir attaqué le site.

Macron «extrêmement préoccupé»

Le président français, Emmanuel Macron, est «extrêmement préoccupé des risques» sur la sécurité nucléaire «qui résultent de l'invasion russe» et «va proposer dans les prochaines heures des mesures concrètes afin d'assurer» la sécurité des centrales ukrainiennes.

Les ministres des Affaires étrangères des pays du G7 ont annoncé qu'ils allaient «imposer de nouvelles sanctions sévères».

Réunion du Conseil de sécurité de l'ONU

Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunira une nouvelle fois en urgence lundi à 21 heures (fuseau horaire suisse) à la demande des Etats-Unis et de l'Albanie. A la suite de cette session publique, des consultations à huis clos entre les 15 membres du Conseil de sécurité suivront dans la foulée, cette fois à la demande du Mexique et de la France, a précisé un diplomate sous couvert d'anonymat.

Pas de zone d'exclusion aérienne

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a regretté vendredi la décision de l'OTAN de ne pas instaurer de zone d'exclusion aérienne en Ukraine, en pleine invasion russe, dénonçant une forme d'«auto-hypnose» des membres de l'Alliance. «Nous pensons que les pays de l'OTAN ont créé eux-mêmes un narratif affirmant qu'une zone d'exclusion aérienne au-dessus de l'Ukraine provoquerait une agression directe de la Russie contre l'OTAN», a-t-il déclaré.

«C'est un processus d'auto-hypnose pour ceux qui sont faibles, en insécurité intérieure, alors qu'ils ont des armes bien plus puissantes que les nôtres»
Volodymyr Zelensky, le président ukrainien

L'armée russe poursuit son invasion

En Ukraine, les combats se poursuivent à Tcherniguiv, au nord de Kiev, où des frappes russes ont fait 47 morts la veille dans une zone résidentielle. A quelque 350 km à l'est de Kiev, la situation est aussi devenue «un enfer» à Okhtyrka, et elle est «critique» à Soumy, selon les autorités. Quant au port stratégique de Marioupol (sud-est), la situation humanitaire est «terrible» après des bombardements ininterrompus, y compris sur des écoles et des hôpitaux, a déclaré le maire adjoint de la ville, Sergueï Orlov.

Plus de 1,2 million de personnes ont déjà fui le pays, selon l'ONU. L'Ukraine table sur un troisième round de négociations avec la Russie ce week-end, a déclaré l'un des négociateurs ukrainiens. Mais le président russe Vladimir Poutine a déclaré lors d'un entretien avec le chancelier allemand Olaf Scholz que le dialogue n'était possible que si «toutes les exigences russes» étaient acceptées.

La Russie resserre la vis sur les médias

La Russie a signé vendredi une loi introduisant de lourdes peines de prison pour toute personne publiant des «informations mensongères» sur l'armée avec des peines allant jusqu'à 15 ans de prison.

>>> Suivez la situation en direct dans notre live-ticker

Plusieurs médias, dont la BBC et l'agence Bloomberg, ont réagi en annonçant la suspension du travail de tous ses journalistes en Russie. Et le journal russe indépendant Novaïa Gazeta a indiqué se voir «obligé de supprimer de nombreux contenus», pour éviter les sanctions mais vouloir «continuer à travailler».

Moscou a également bloqué Facebook et «restreint l'accès» à Twitter.

Violations des droits humains

Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a approuvé à une écrasante majorité une résolution en faveur d'une commission d'enquête internationale sur les violations des droits humains et du droit humanitaire en Ukraine. Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba a accusé des soldats russes de «violer des femmes dans les villes ukrainiennes occupées», demandant la création d'un tribunal pénal spécial pour juger le «crime d'agression» commis par Vladimir Poutine.

L'armée russe a utilisé le 28 février à Kharkiv (est) des armes à sous-munitions, qui sont indistinctement létales à l'égard des populations civiles, et dont l'emploi pourrait constituer un crime de guerre, affirme l'organisation Human Rights Watch (HRW).

Dégringolade des Bourses mondiales

Les Bourses, sur plusieurs places de l'Asie à l'Europe, ont décroché vendredi. Sur la semaine, Paris, Francfort et Milan ont perdu plus de 10% chacune. L'euro a reculé sous le seuil symbolique de 1,10 dollar pour un euro. Le gaz naturel européen a lui dépassé 200 euros le mégawattheure, une première. Et le baril de Brent de la mer du Nord a clôturé vendredi à 118,11 dollars, un niveau qu'il n'avait plus atteint depuis août 2008.

L'agence de notation Moody's a dégradé de deux crans la note de la dette à long terme de l'Ukraine, estimant que l'invasion compromet la capacité du pays à assurer le service de sa dette et a un grave «impact» sur la force économique et budgétaire de l'Ukraine «en raison des dommages considérables causés à sa capacité de production». (ats/myrt)

Un peu d'amour dans ce monde de brutes?

1 / 27
Un peu d'amour dans ce monde de brutes?
source: boredpanda
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

En Ukraine, voici comment les civils affrontent les soldats russses

Plus d'articles sur la guerre en Ukraine

Des personnes trans sont bloquées en Ukraine

Link zum Artikel

Sean Penn emmène Hollywood en Ukraine pour un documentaire

Link zum Artikel

La guerre en Ukraine, ça vous préoccupe? Comment? Dites-nous tout!

Link zum Artikel

Conflit Ukraine-Russie: 3 scénarios militaires les plus probables

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi faut-il remédier à la désertification selon la COP15?
La COP15 s'engage principalement à préserver des hectares de terres contre la désertification. Voici la décision prise vendredi au terme de ce rendez-vous, à Abidjan en Côte d'Ivoire. Pourquoi un tel enjeu?

La COP15 contre la désertification, qui s'est achevée vendredi à Abidjan, s'est engagée à «accélérer la restauration d'un milliard d'hectares de terres dégradées d'ici à 2030», indique la déclaration finale. Il y a urgence à agir, ont rappelé les participants.

L’article