DE | FR
Carles Puigdemont

Carles Puigdemont a été élu au Parlement européen en 2019. Image: Keystone

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Poursuivi en Espagne pour avoir organisé un référendum illégal en 2017, Carles Puigdemont, leader de l'indépendance de la Catalogne, a perdu son immunité parlementaire. Il risque jusqu'à 25 ans de prison dans son pays.



Coup dur pour Carles Puigdemont. Mardi, le Parlement européen a décidé de lever son immunité parlementaire, ainsi que celle de deux autres eurodéputés catalans, Toni Comin et Clara Ponsati.

Exilés en Belgique depuis 2017, Puigdemont et Comin sont poursuivis, en Espagne, pour l’organisation en 2017 d’un référendum d’indépendance interdit en Catalogne. Accusés de «sédition», ils risquent jusqu'à 25 ans de prison.

Cette décision pourrait ouvrir la voie à un nouvel examen par la justice belge des demandes d’extradition émises par l’Espagne à leur encontre.

Décision politique

Les principaux intéressés ont dénoncé la «nature politique» des procédures engagées contre eux et ont annoncé leur intention de saisir la Cour de justice de l'Union européenne. Ils estiment que la Cour suprême espagnole n'est pas compétente pour une telle demande.

Le référendum en Catalogne, c'est quoi?

Les 1er octobre 2017, les Catalans se sont rendus aux urnes pour se prononcer sur l'indépendance de leur région. 90% des votants ont voté «oui». Ce référendum, organisé par les autorités régionales, a été jugé illégal par Madrid et a plongé l'Espagne dans une grave crise politique.

Une récente décision de la justice belge a, toutefois, de quoi rassurer les indépendantistes. La Cour d'appel de Bruxelles avait refusé, en janvier, d'exécuter un mandat d'arrêt européen visant un autre ancien ministre régional indépendantiste, Lluis Puig, mettant en avant un risque sérieux de violation de son droit à un procès équitable en Espagne. (asi/ats)

Plus d'articles «Actu»

Le manque de sport accroit le risque de décès du Covid

Link zum Artikel

Piccard a 1000 idées pour le climat, dont 9 qui vous touchent au quotidien

Link zum Artikel

Joe Biden envoie une délégation américaine non officielle à Taïwan

Link zum Artikel

Sofagate: le Parlement européen exige la fin des «querelles»

Link zum Artikel

Deux ex-premiers ministres espagnols nient tout financement illégal

Actuellement en procès, deux anciens premiers ministres espagnols nient l'existence d'un financement illicite de leur parti.

Mariano Rajoy et José Maria Aznar, tous deux anciens premiers ministres de l'Espagne, ont nié mercredi l'existence d'un financement illicite de leur formation, le Parti Populaire (PP). Et ce malgré les déclarations contraires d'un ancien trésorier, lors du procès qui se tient actuellement près de Madrid.

Répondant via vidéo-conférence aux questions du tribunal de l'Audience nationale, Mariano Rajoy, à la tête du gouvernement de 2011 à 2018, et José Maria Aznar, qui l'a été de 1996 à …

Lire l’article
Link zum Artikel