DE | FR

Fils d'une patronne de Nike, il en profite pour se lancer dans la revente

Joe Hebert posant au milieu de plusieurs paires de Air Jordan 5 x Off White le 7 avril 2020.
Joe Hebert posant au milieu de plusieurs paires de Air Jordan 5 x Off White le 7 avril 2020.Image: Instagram
Joe revendait des paires de baskets Nike hautement recherchées à prix d'or. Un business qui lui a valu des milliers de dollars et le poste de sa mère, à la tête des magasins de la firme.
03.03.2021, 13:3517.03.2021, 17:29
Suivez-moi

Un petit mois et tout s'en va. Ann Hebert n'aura pas tenu longtemps à la tête des magasins nord-américains de la marque à la virgule. Elle qui travaillait pour Nike depuis 25 ans a démissionné de son tout nouveau poste de dirigeante. En cause? Son lien avec une entreprise de revente de baskets dont le gérant n'est autre que son fils.

Une revente à prix d'or

Du haut de ses 19 ans, son rejeton, surnommé «West Coast Joe», a monté une affaire de revente de sneakers sans précédent. Dans un article publié par Bloomberg à propos du marché de la revente, on apprend que Joe aurait récolté l'équivalent de centaines de milliers de dollars de chaussures. Petit problème, il a également révélé qu'il rachetait des éditions limitées grâce à la carte de crédit de sa mère, dirigeante chez Nike.

Son entreprise de revente ayant explosé durant le confinement, Joe Hebert a fait un bénéfice de plus de 18 000 francs suisses en un mois. Un train de vie qu'il n'hésite pas à fréquemment exposer sur la toile, comme lorsqu'il s'affiche au milieu d'une cinquantaine de «Air Jordan 5 x Off White». Un précieux fantasmé par de nombreux sneakers addicts.

Joe Hebert posant au milieu de plusieurs paires de Air Jordan 5 x Off White le 7 avril 2020.

D'autres sources affirment que le jeune homme divulguait contre de l'argent des informations exclusives sur les sorties de baskets Nike. Il est désormais soupçonné d'avoir bâti un mini empire grâce aux accès de sa mère, mais a néanmoins assuré que cette dernière n'avait aucune implication dans ses activités. Ce qui n'a pas empêché la démission de sa génitrice afin d'éviter tout conflit d'intérêts.

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Cette photo de moi a été utilisée pour répandre des mensonges sur la guerre»
La photo de Marianna Vyshemirsky, enceinte et fuyant une maternité bombardée, est devenue l'une des images les plus connues de la guerre. Mais Marianna n'a pas seulement reçu des encouragements, elle a également été la cible de message de haine – et ce, des deux camps

La photo a été prise après une attaque aérienne russe à Marioupol. Elle a circulé en ligne, mais a aussi fait la une des journaux et a été le centre des discussions au Conseil de sécurité de l'ONU. Néanmoins, après avoir survécu à cette attaque, Marianna a dû faire face à un autre genre d'attaque. Celle de la désinformation et de la haine, dirigée contre elle et sa famille.

L’article