DE | FR

Que sont devenus le chaman QAnon et les autres stars du Capitole?

Donald Trump, Mike Pence, Nancy Pelosi, le Viking QAnon ou encore le policier agressé: chacun a participé, à sa manière, aux événements du 6 janvier 2021. Voici ce qu'ils sont devenus.
06.01.2022, 18:47
Renzo Ruf, Washington / ch media

Il y a un an, chacun jouait son rôle: semer la confusion, craindre pour sa vie, tenter d'éviter le pire, causer des dégâts ou devenir l'objet central d'images absurdes. Mais que font aujourd'hui les protagonistes de cette journée fatale?

Donald Trump, ex-président des Etats-Unis

Donald Trump, l'ex-président des Etats-Unis.
Donald Trump, l'ex-président des Etats-Unis.Bild: keystone

Le 45e président des Etats-Unis a soif de vengeance. Depuis son exil en Floride, Trump caresse l'idée d'un retour politique, ce qui serait sans précédent dans l'histoire récente de l'Amérique. Le plan de l'homme de 75 ans comporte trois étapes:

  1. Pousser ses détracteurs à la retraite politique.
  2. Reconquérir la majorité lors des prochaines élections législatives.
  3. Libérer la voie pour une nouvelle candidature à l'élection présidentielle de 2024.

Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants

Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants
Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentantsBild: keystone

La démocrate de 81 ans arrive au terme de sa carrière. Mais avant cela, elle souhaite encore atteindre un objectif: empêcher que son vieil adversaire Donald Trump ne fasse son retour dans la capitale. C'est pourquoi elle a mis en place une commission chargée de déterminer rapidement qui a tiré les ficelles lors de l'assaut du Capitole et qui doit être tenu pour responsable de l'attaque. Elle-même a échappé de justesse aux émeutiers, le 6 janvier.

Mike Pence, ex-vice-président

Mike Pence, l'ex-vice-président.
Mike Pence, l'ex-vice-président.Bild: keystone

Les cris «Pendez Mike Pence!» scandés par les manifestants le 6 janvier résonnent sans doute encore dans la tête de l'ancien vice-président des Etats-Unis. Et son ancien patron continue de le critiquer régulièrement. Mike Pence, 62 ans, doit donc s'exercer au grand écart politique:

  • D'une part, il affirme avoir fait «ce qu'il fallait» en s'opposant à Trump et en approuvant l'élection de Joe Biden.
  • D'autre part, il évite de critiquer Trump. Pence veut ainsi se positionner au cas le pouvoir deviendrait vacant pour les Républicains.

Jacob Chansley, le chaman QAnon

Jacob Chansley, le chaman autoproclamé.
Jacob Chansley, le chaman autoproclamé.Bild: keystone

Sa photo a fait le tour du monde, après l'assaut du 6 janvier. Mais Jacob Chansley, 34 ans, chaman autoproclamé, a payé le prix fort pour son «œuvre» au Capitole. En décembre, il a été condamné par un tribunal fédéral à une peine de 41 mois de prison. Et bien qu'il se soit repenti lors de la séance du tribunal de l'époque – se comparant au passage à Jésus et à Gandhi–, Chansley veut maintenant contester ce jugement devant une cour d'appel.

Harry Dunn, le policier du Capitole

Harry Dunn, policier au Capitole.
Harry Dunn, policier au Capitole.Bild: keystone

Les plaies du 6 janvier sont encore vives. Mais Harry Dunn, un policier afro-américain employé au Capitole, refuse de se taire. Cet homme de 38 ans dénonce régulièrement la brutalité dont ont fait preuve les manifestants qui ont forcé l'accès au Capitole. Il a tenté comme il a pu de leur barrer le passage. Ce jour-là, il dit avoir perdu la foi en son pays. Et sa joie de vivre. Quatre de ses collègues se sont suicidés à la suite de l'assaut du Capitole.

(traduit et adapté par mbr)

La réaction de Federer et Nadal sur l'affaire Djokovic

Et si vous êtes un fan de Trump, voici de quoi faire...

Fraude fiscale: Trump et ses enfants cités à comparaître

Link zum Artikel

Assaut du Capitole: L'ex-chef de cabinet de Trump refuse de parler

Link zum Artikel

Si Donald Trump est candidat en 2024, Joe Biden le sera aussi

Link zum Artikel

Trump avoue qu'il a reçu sa 3e dose du vaccin et se fait huer

Link zum Artikel

Trump n'a toujours pas digéré sa défaite à la présidentielle

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
«Maus», la BD d'Art Spiegelman sur la Shoah, bannie dans le Tennessee
Une école du Tennessee a viré le Maus d'Art Spiegelman parce qu'on y trouve des mots «vulgaires» et «une femme nue». Et le devoir de mémoire alors? Glaçante époque que la nôtre où militants woke et puritains trumpistes se réunissent en une folle culture de l'offense. Stop!

Pitié, dites-moi qu'on n'a pas tous quelque chose en nous de Tennessee. Du moins s'il est question de l'un de ces Etats américains qui enchaînent absurdité puritaine sur absurdité puritaine. Dernier épisode en date, la décision d'une école de bannir de son programme de huitième année la BD Maus. Parce qu'on y voit «huit gros mots» et «l’image d’une femme nue», selon le PV de la séance du conseil d'administration de la McMinn County Schools, disponible ici.

L’article