DE | FR

Les Australiennes en ont ras-le-bol des violences sexuelles

Thousands of people with placards and banners rally demanding justice for women in Sydney, Monday, March 15, 2021, as the government reels from two separate allegations. The rally was one of several across Australia including in Canberra, Melbourne, Brisbane and Hobart calling out sexism, misogyny and dangerous workplace cultures. (AP Photo/Rick Rycroft)

Image: AP

Des milliers de femmes ont manifesté dans des dizaines de localités australiennes, exprimant leur colère contre les violences sexuelles.



Un des rassemblements les plus symboliques de cette #March4Justice («marche pour la justice», en français) a eu lieu à Canberra, près du Parlement fédéral. L'institution a été ébranlée, par des accusations d'agression sexuelle. Les manifestants ont appelé à l'application de l'égalité entre les sexes.

Les Australiennes ont manifesté à travers le pays.

«Vous n'entendez pas!», «Combien de victimes connaissez-vous?», «Je la crois», pouvait-on lire sur des pancartes portées par les manifestants, pour beaucoup habillés de noir. «Il faut que les choses changent. Que les femmes ne soient pas crues me rend malade

500 personnes ont manifesté à Bega, une petite ville de 5000 habitants.

«J'ai marché pour la justice, inspirant mes collègues à faire de même. J'ai manifesté, car les violences contre les femmes font partie d'une crise nationale.»

Les pancartes à Adelaide: «ça suffit», «égalité», «entendez-nous rugir», «arrêtons les violences contre les femmes».

Aujourd'hui, je manifeste, car nous sommes en 2021 et les règles de justice et de démocratie devraient être les mêmes pour toutes et tous.

Manifestations en Australie

1 / 12
Manifestations en Australie
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Deux affaires retentissantes

Il y a d'abord eu les accusations d'une ancienne employée du gouvernement qui a affirmé avoir été violée, en 2019, par un collègue dans le bureau de l'ancienne ministre de l'industrie de défense.

Il y a ensuite eu les révélations du principal conseiller juridique du gouvernement, qui a dit qu'il était le ministre accusé d'avoir violé en 1988 une adolescente de 16 ans avec qui il étudiait. Cette dernière est décédée l'année dernière.

(ats/jch)

Plus d'articles «Actu»

Le manque de sport accroit le risque de décès du Covid

Link zum Artikel

Piccard a 1000 idées pour le climat, dont 9 qui vous touchent au quotidien

Link zum Artikel

Joe Biden envoie une délégation américaine non officielle à Taïwan

Link zum Artikel

Sofagate: le Parlement européen exige la fin des «querelles»

Link zum Artikel

Le procès de Derek Chauvin suspendu dans la confusion

Le procès du policier qui a provoqué la mort de George Floyd a été reporté à mardi. Ce sont surtout les méthodes des forces de l'ordre américaines qui vont être jugées par un pays tout entier.

Faux départ et confusion: le procès du policier blanc, accusé du meurtre de l'Afro-Américain George Floyd a été retardé lundi en raison d'incertitudes sur les charges pesant sur l'accusé.

Pour l'instant, cet homme de 44 ans, dont 19 au service de la police de Minneapolis, est inculpé de meurtre et d'homicide involontaire. Un troisième chef, proche de «violences volontaires ayant entraîné la mort», fait l'objet d'un ultime recours. L'Etat du Minnesota, qui porte l'accusation, craint …

Lire l’article
Link zum Artikel