International
France

Mort de Nahel: nouvelle nuit d'émeutes en France

Vidéo: watson

La France sous émeutes

Après la mort d'un adolescent de 17 ans ce mardi lors d'un contrôle policier à Nanterre, plusieurs villes de France ont été secouées par de violentes manifestations et des émeutes.
30.06.2023, 14:0630.06.2023, 17:10
Team watson
Team watson
Suivez-moi
Plus de «International»

La mobilisation de 40 000 policiers et gendarmes et le décret de plusieurs couvres-feux à travers le pays n’a pas empêché les débordements. Trois jours après la mort de Nahel, les émeutes se sont propagées à plusieurs villes de province, pour la troisième nuit consécutive.

Attaques de bâtiments publics, pillages, tirs de mortiers d’artifice et incendies: les images du chaos à Nanterre, Montreuil, Saint-Denis, Aulnay-sous-Bois, Marseille, Lyon, Roubaix ou encore Bordeaux sont saisissantes.

667 personnes ont été interpellées dans la nuit de jeudi à vendredi. «Cette nuit a de nouveau été très difficile», a confirmé le ministre des Transports, Clément Beaune, sur RMC vendredi matin, avant de condamner des «actes de vandalisme totalement inacceptables».

Au cœur de la violence policière après le 49.3
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'ex-président russe a un nouveau surnom pour la Suisse
Pour la Russie, le sommet du Bürgenstock est un échec. Poutine campe sur ses positions avec ses propositions de «paix russe», qui implique la reddition ukrainienne des territoires occupés. A la télévision russe, la Suisse est attaquée.

Dmitri Kisselev est un des moteurs de la machine de propagande de Poutine. Le dimanche soir sur la chaîne Rossiya 1 (Russie 1), il dit dans son talk show «Nouvelles de la semaine» tout le mal qu'il pense des Occidentaux. Dimanche dernier, il a allumé la conférence du Bürgenstock et les «absurdités des politiciens occidentaux».

L’article