DE | FR
Le papa et la maman au moment de la disparition de leur fille Maëlys, en 2017.
Le papa et la maman au moment de la disparition de leur fille Maëlys, en 2017.image:keystone

«Ses excuses sont une insulte», le papa de Maëlys dégomme Lelandais en 10 phrases

Une semaine après l'ouverture du procès du meurtrier présumé de sa fille, le papa de la petite Maëlys a livré ses impressions au quotidien Le Parisien. Résumé de l'entretien en dix punchlines.
07.02.2022, 11:5107.02.2022, 14:22

Pour la première fois depuis l’ouverture du procès de Nordahl Lelandais, le 31 janvier, Joachim de Araujo a accepté de raconter comment il a vécu ces premiers jours face au meurtrier présumé de sa fille. Il témoigne ce lundi devant la cour d’assises de l’Isère.

Voici ce qu'il pense des excuses que lui a présentées le meurtrier présumé:

«Je considère ses excuses comme une insulte à la mémoire de Maëlys, une insulte au respect de cette petite fille qui n’avait rien demandé»
Joachim de Araujo, le père de Maëlys

Et il ne pense pas que Lelandais soit sincère:

«Je n’ai pas eu la sensation qu’il a un regret quelconque. (...) Pour moi, cela sonne faux»

Voici son ressenti après les premiers jours du procès:

«Cela a été très dur. On est toujours dans l’interrogation de savoir ce qui s’est exactement passé»

Il a donné son avis sur le meurtrier présumé:

«J’ai aussi le sentiment qu’il cherche une échappatoire (...). Il cherche à être sympathique, mais il a trompé tout le monde. C’est un homme qui n’a pas d’empathie»

Mais il n'a pas vraiment envie d'en savoir plus:

«Et comprendre ce qui se passe dans sa tête, cela n’en vaut pas la peine à mon sens. C’est un individu qui doit rester en prison, isolé de la société»

Et il n'a tenté de regarder le meurtrier présumé de sa fille dans les yeux

«Non. La plupart du temps, je ne le regarde même pas, car c’est vide à l’intérieur»

Pour lui, le moment le plus dur du procès jusqu'à maintenant, c'était quand...

«On a revu Maëlys sur une vidéo diffusée devant les jurés. On la voit dans la voiture de Lelandais, à la place passager, blottie contre la portière»

Voici son sentiment aujourd'hui

«Face à ses dénégations concernant Maëlys, je suis dans une forme de tristesse. Car cela fait quatre ans qu’il est dans le déni. J’ai cette colère de me dire que cet homme ne changera jamais»

Comment envisage-t-il la suite du procès?

«Je compte bien lui dire tout le mal qu’il a fait. Il a détruit de nombreuses familles, mon couple n’a pas résisté. (...) Pour moi, cela va être une libération»

Et finalement, voici ses attentes...

«J’espère qu’il avouera. S’il pouvait libérer sa conscience, ce serait une grande chose pour lui. Il faut qu’il parle, cela va le libérer. C’est le moment pour lui d’avouer tout ce qu’il a fait»

Nordahl Lelandais est jugé depuis le lundi 31 janvier à Grenoble pour le meurtre de la petite Maëlys, enlevée et tuée dans la nuit du 26 au 27 août 2017 en Isère. Le verdict est attendu autour du 18 février. (mbr)

Un pilote loupe son atterrissage à l'aéroport d'Heathrow

Et pour plus de faits divers...

Un homme embarque la tête et le pénis de sa victime à la gendarmerie

Link zum Artikel

Un homme tué par balle à Vernier (GE), son épouse arrêtée

Link zum Artikel

L'auteur de l'attentat de Liverpool voulait tuer, estime la police

Link zum Artikel

A Los Angeles, la police tue par erreur une ado dans une cabine d'essayage

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Une élue proche de Zelensky: «Les Russes ne seront jamais nos amis!»
Yevheniya Kravchuk, 36 ans, est une proche alliée de Volodymyr Zelensky. Ancienne journaliste, elle a été sa responsable de la communication et siège désormais au Parlement pour le parti au pouvoir. Elle raconte pourquoi l'attaque de la Russie lui rappelle Hitler et nous donne également un aperçu de sa vie de famille en temps de guerre.

Vous faites partie d'une délégation de cinq femmes parlementaires ukrainiennes. Pourquoi n'y a-t-il que des femmes? Est-ce parce que les hommes doivent se battre et ne peuvent pas quitter le pays?
C'était le cas juste après l'invasion. Maintenant, les membres masculins du Parlement peuvent aussi voyager. Mais nous, les femmes, avons bien travaillé ensemble jusqu'à présent. Nous étions ensemble à Washington, au Canada et au Parlement européen.

L’article