DE | FR
epa09044778 Former French president Nicolas Sarkozy (front) leaves court after the judgment on his trial on corruption charges in the so-called 'wiretapping affair' in Paris, France, 01 March 2021. Sarkozy was found guilty on charges of corruption and influence peddling and was sentenced to three years in jail, with two years suspended. The verdict was the culmination of just one of several long-running legal entanglements that are coming to a head for Mr. Sarkozy, 66, who led France from 2007 to 2012 and is still widely popular among conservatives.  EPA/IAN LANGSDON *** Local Caption *** 56554305

L'ancien président français a été condamné lundi à trois ans de prison. Image: sda

Sarkozy pourrait voir sa peine s'alourdir

L'ancien président français, condamné à trois ans de prison, devrait être rejugé. Le parquet a actionné un artifice juridique qui permettrait une condamnation plus lourde.



L'ex-président français, Nicolas Sarkozy, risque une peine plus lourde que prévu. En effet, lundi, ce dernier a été condamné à trois ans d'emprisonnement, dont un ferme, pour corruption et trafic d'influence. Le politicien a fait appel de cette décision. Autrement dit: il proteste et veut être rejugé. C'est son droit le plus strict. Mais c'est à double tranchant.

En effet, jeudi, le parquet national financier a, lui aussi, fait appel. Pourquoi? Et bien, comme cela, la cour aura toute latitude pour rejuger Nicolas Sarkozy et ses coprévenus. Autre petite astuce: elle pourra, peut-être même, condamner plus lourdement les trois hommes. En effet, sans cet artifice juridique, impossible pour la justice d'aller plus loin que la première condamnation.

Ce dossier, dit «des écoutes», devrait être rejugé courant 2022. Mais le feuilleton juridique pourrait se poursuivre, car il resterait aux trois hommes la possibilité de former un pourvoi en cassation. Ils encourent dix ans de prison et un million d'euros d'amende. (jah/ats)

Plus d'articles «Actu»

Un parc éolien va pouvoir pousser en terres vaudoises, une première

Link zum Artikel

Face au Covid, une Suisse à deux vitesses se profile dès cet été

Link zum Artikel

Sortir de nos canapés a fait du mal à Netflix

Link zum Artikel

Les 6 questions posées par le duel Rochebin/Le Temps

Link zum Artikel

La France convoque l'ambassadeur chinois pour «propos inacceptables»

Le ministre des Affaires étrangères français a convoqué, lundi, l’ambassadeur de Chine en France pour protester contre les propos «inadmissibles» tenus à l'égard d'un chercheur. Le concerné n'a pu se rendre à la convocation «en raison d'agenda».

Le torchon brûle entre la France et la Chine. Le chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), Antoine Bondaz, est dans le collimateur de l’ambassadeur de Chine en France, Lu Shaye. Il a été traité de «petite frappe» et de «hyène folle». Le français avait dénoncé des pressions chinoises sur des parlementaires français souhaitant se rendre à Taïwan.

L'ambassadeur Lu Shaye s'est aussi déclaré «fermement opposé» à un projet de visite de parlementaires français à Taïwan. La …

Lire l’article
Link zum Artikel