DE | FR
Le président français a passé de longs appels ce week-end.
Le président français a passé de longs appels ce week-end.photo: keystone

Le diplomate du téléphone: comment Macron veut éviter une guerre

Le président français se présente en médiateur dans la crise entre la Russie et l'Ukraine. Il en va aussi de sa réélection en avril prochain.
21.02.2022, 20:1622.02.2022, 08:28
Peter Blunschi
Peter Blunschi
Peter Blunschi
Suivez-moi

Emmanuel Macron n'a pas passé un week-end très reposant: le président français a passé des heures au téléphone pour empêcher la Russie d'envahir l'Ukraine. Il s'est entretenu à deux reprises avec le chef d'Etat Vladimir Poutine pendant près de trois heures au total, et entre-temps, pendant 15 minutes, avec le président américain Joe Biden.

Suite à quoi, le président français a parlé au téléphone avec le président ukrainien Volodymyr Selensky. Ce dernier a assuré que son pays était prêt au dialogue dans le conflit avec la Russie. Par ailleurs, Macron a trouvé le temps de causer, samedi, avec le président iranien Ebrahim Raisi sur une nouvelle version de l'accord nucléaire.

Fin 2019, Macron a reçu les adversaires Selensky et Poutine à l'Elysée.
Fin 2019, Macron a reçu les adversaires Selensky et Poutine à l'Elysée.photo: keystone

Les négociations de Vienne se trouvent dans une phase délicate, mais elles sont éclipsées, comme tout le reste, par le conflit ukrainien. Macron a obtenu de Biden et Poutine l'accord de principe pour une rencontre au sommet, comme l'a fait savoir l'Elysée dimanche soir. Ceci à la condition que la Russie n'envahisse pas l'Ukraine.

La situation s'aggrave

Les modalités doivent être discutées lors d'une rencontre entre les ministres des Affaires étrangères Antony Blinken et Sergueï Lavrov jeudi. Le même jour, Lavrov et le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian doivent mettre en place de nouvelles discussions sur la désescalade dans ce qui est appelé le Format Normandie et qui rassemble la Russie, l'Ukraine, la France ainsi que l'Allemagne.

La diplomatie téléphonique effrénée d'Emmanuel Macron – il s'est également entretenu avec le chancelier allemand Olaf Scholz et le premier ministre britannique Boris Johnson – s'est déroulée dans le contexte d’une aggravation de la situation dans la région frontalière entre la Russie et l'Ukraine. En effet, les tensions se sont intensifiées sur la ligne de front dans l'est de l'Ukraine.

Les dirigeants dans les «républiques populaires» de Donetsk et de Lougansk ont appelé la population à fuir vers la Russie et à mobiliser les «réservistes». Les observateurs occidentaux y voient une tentative de mettre en scène une prétendue attaque ukrainienne et de fournir un prétexte à une invasion russe.

Des chars russes, samedi, en Biélorussie. Les troupes n'ont pas été retirées dimanche comme promis.
Des chars russes, samedi, en Biélorussie. Les troupes n'ont pas été retirées dimanche comme promis.photo: keystone

Quant aux troupes russes envoyées en Biélorussie pour des manœuvres, elles n'ont pas été retirées dimanche comme promis. Non seulement elles seraient restées dans le pays pour une durée indéterminée, mais elles se seraient aussi déplacées en direction de la frontière ukrainienne. La Biélorussie serait le point de départ idéal pour une avancée vers la capitale de Kiev.

Un vide dans l'Europe post-Merkel

La Russie dément tout projet d'attaque, mais les signes de la tempête sont là. C'est l'occasion pour Emmanuel Macron de se mettre en scène en tant que pacificateur. La présidence française de l'UE, au premier semestre 2022, le rend légitime, tout comme le vide laissé par le départ de la chancelière allemande de longue date Angela Merkel.

Son successeur, Olaf Scholz, est certes considéré comme un fin négociateur, mais il doit encore prendre ses marques sur la scène politique mondiale. «S'il existe actuellement une cellule de crise diplomatique dans le conflit ukrainien dans une Europe post-Merkel, elle se trouve au 55 rue du Faubourg Saint Honoré à Paris. C'est l'adresse de l'Elysée», a estimé le Spiegel.

👉 Les dernières infos sur l'Ukraine dans notre live 👈

Un double jeu risqué

Macron se vante de ses bons contacts avec Vladimir Poutine. Ce dernier l'aurait qualifié de seul homme d'Etat occidental avec lequel il pourrait avoir des «discussions profondes», raconte-t-on à l'Elysée. Les experts mettent en garde contre la propagande russe, et pour le Spiegel, Macron pratique un «double jeu risqué» de proximité et de distance.

Concrètement, le chef de l'Etat français n'a pratiquement rien obtenu jusqu'à présent. Pourtant, Macron voit dans la crise actuelle une chance, comme le commente la Süddeutsche Zeitung. La clé résiderait dans sa propre ascension. Il serait devenu président parce qu'il aurait réussi à «combler le vide au milieu d'un paysage de partis en décomposition».

La campagne électorale en préparation depuis des mois

Macron veut également appliquer cette recette à succès sur le plan géopolitique. Et bien sûr, il en va aussi de sa réélection: le 10 avril aura lieu le premier tour des élections présidentielles. Pour l'instant, Macron n'a pas encore déclaré officiellement sa candidature. Il a jusqu'au 4 mars pour la déposer avec les 500 signatures d'élus nécessaires.

👉 Pour suivre les soubresauts de la présidentielle, notre direct 👈

Il ne peut pas se lancer dans une campagne électorale «tant que le pic de la crise géopolitique actuelle n'est pas derrière nous», a-t-il déclaré lui-même dans une interview au journal La Voix du Nord. Pourtant, le président sortant prépare sa campagne depuis des mois. Elle est dans les starting-blocks, et ses apparitions sont orchestrées avec précision.

La concurrence joue en sa faveur. La gauche française fragmentée s'entre-déchire, et les deux personnalités de droite Eric Zemmour et Marine Le Pen semblent avoir du mal à rassembler les 500 signatures. Valérie Pécresse, la candidate des Républicains conservateurs, reste sa plus grande rivale.

Celle-ci tente de faire le grand écart entre le centre et la droite et peine à développer un profil clair. Selon les sondages, Emmanuel Macron battrait tous ses adversaires potentiels au second tour le 24 avril: Sa mise en scène de politicien mondial avec une diplomatie téléphonique étendue ne peut pas lui faire de tort.

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«Sans de nouvelles troupes fraîches, les Russes ne vont pas gagner»
Après deux mois de combats dans l'Est de l'Ukraine, la Russie n'a toujours pas réussi à s'imposer nettement sur ses adversaires, qui ne cessent de monter en puissance. A tel point qu'une victoire militaire de Kiev n'apparaît plus si inconcevable, estime Julien Grand, rédacteur en chef adjoint de la «Revue militaire suisse». Interview.

Cela fait bientôt deux mois que les Russes ont redéfini leurs objectifs militaires, en se concentrant sur l'Est de l'Ukraine. Qu'est-ce qui a changé dans le rapport de force entre les deux camps?
Julien Grand
: On a assisté à une montée en puissance de l'armée ukrainienne et, parallèlement, à un affaiblissement des forces russes. Cela amène à une situation à peu près égalitaire sur le champ de bataille, ou du moins à une porte ouverte que les forces de Kiev peuvent utiliser pour prendre encore plus l'initiative.

L’article