International
France

L'état d'urgence levé en Nouvelle-Calédonie

L'état d'urgence levé en Nouvelle-Calédonie, mais le calme reste relatif
Des policiers attendent l'arrivée d'Emmanuel Macron sur l'archipel.Keystone

L'état d'urgence levé en Nouvelle-Calédonie, mais le calme reste relatif

Au total, 3500 membres des forces de sécurité seront déployés sur l'archipel, où les «mesures à portée générale», dont l'interdiction de tout déplacement de 18h00 à 06h00, restent en vigueur.
28.05.2024, 06:46
Plus de «International»

L'état d'urgence en Nouvelle-Calédonie, instauré le 15 mai, a été levé mardi à 05h00 du matin à Nouméa (20h00 lundi en Suisse). Le calme reste cependant très relatif dans l'archipel français océanien après deux semaines d'émeutes.

La levée de ces mesures d'exception doit «permettre les réunions des différentes composantes du FLNKS [principal mouvement indépendantiste, ndlr] et les déplacements sur les barrages des élus ou responsables en mesure d'appeler à leur levée», a précisé la présidence française dans la journée de lundi.

Parallèlement, l'Elysée a annoncé l'envoi «dans les prochaines heures» de «sept unités de forces mobiles supplémentaires, soit 480 gendarmes mobiles».

Sur place, le haut-commissariat de la République pour la Nouvelle-Calédonie a annoncé «le maintien des mesures à portée générale, notamment l'interdiction de tout déplacement sur la voie et dans les lieux publics sur l'ensemble du territoire de 18h00 à 06h00». Des exceptions sont consenties pour les motifs de santé ou missions de service public, mais la vente d'alcool reste interdite, tout comme le transport et le port d'armes.

Aéroport toujours fermé

Au total, 3500 membres des forces de sécurité seront déployés sur cet archipel de 270 000 habitants engagé depuis 1998 dans un processus d'émancipation de la tutelle française et où des émeutes ont fait sept morts, dont deux gendarmes.

Le détonateur des troubles a été le vote à Paris d'une réforme prévoyant d'élargir le corps électoral local à environ 25 000 personnes établies depuis au moins dix ans en Nouvelle-Calédonie, un casus belli pour les indépendantistes qui jugent que ce dégel risque de «minoriser» encore plus le peuple autochtone kanak.

Jeudi, le président français, en déplacement sur place, a annoncé qu'il n'y aurait «pas de passage en force», mais «pas de retour en arrière». Il avait conditionné la fin de l'état d'urgence à une levée des barrages sur les routes, ce qui n'est pas encore le cas partout.

La nuit de dimanche à lundi dans Nouméa et son agglomération a été relativement calme, malgré des traces d'échauffourées visibles dans le quartier pauvre de la Vallée-du-Tir, a constaté une journaliste de l'AFP. Dans Nouméa, où les ordures s'amoncellent depuis deux semaines, le trafic a repris lundi avec de longs embouteillages, signe d'un certain retour à la normale.

La route qui mène à l'aéroport international de Nouméa, très dégradée par endroits, reste jonchée de carcasses de véhicules. L'aéroport, fermé aux vols commerciaux depuis le 14 mai, va le rester au moins jusqu'au 2 juin. (ats)

Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Série inquiétante de disparitions de touristes en Grèce
Huit touristes ont disparu ces derniers jours lors de randonnées en Grèce. Cinq d'entre eux ont été retrouvés morts, dont un présentateur de télévision britannique. Que se passe-t-il?

Pendant six jours, les sauveteurs ont passé au crible la petite île de Symi, en mer Egée, pour retrouver Michael Mosley. Ils ont utilisé des chiens renifleurs, des hélicoptères et des drones. C'est alors qu'une équipe de télévision a découvert le corps du médecin et présentateur de télévision de 67 ans depuis un canot pneumatique sur la rive. L'éminent Britannique, en vacances sur l'île, s'était vraisemblablement égaré lors d'une randonnée et s'était effondré.

L’article