DE | FR

Affaire Bygmalion: Nicolas Sarkozy coupable de financement illégal

L'ancien président français Nicolas Sarkozy a été déclaré coupable de financement illégal lors de sa campagne de 2012. Il écope d'un an de prison ferme.
30.09.2021, 10:5430.09.2021, 18:08

L'ex-chef de l'Etat Nicolas Sarkozy a été déclaré coupable jeudi à Paris de financement illégal de la campagne présidentielle de 2012, dans l'affaire Bygmalion. Les dépenses de sa campagne étaient presque deux fois supérieures à leur plafond légal.

Lecture du jugement

« Nicolas Sarkozy connaissait le montant du compte de campagne, a indiqué la juge Caroline Viguier. Son expérience de candidat lui avait même permis de prévenir son équipe du risque de dépassement. »

La juge Caroline Viguier a énoncé les peines.

  • Nicolas Sarkozy est condamné à un an de prison ferme pour financement illégal de campagne électorale. Le tribunal précise cependant que «la peine sera aménagée et exécutée sous le régime de la surveillance électronique». L’ancien président de la République n’ira donc pas en prison. Il va faire appel.
  • Les anciens dirigeants de Bygmalion sont condamnés à verser la somme de 81 237 euros à l’association Les Républicains. Cofondateur et patron, Bastien Millot est condamné à trois ans de prison avec sursis, ainsi qu'à
    100 000 euros d’amende. Guy Alves est condamné à deux ans de prison avec sursis. Franck Attal est condamné à deux ans de prison avec sursis.
  • Guillaume Lambert, ex-directeur de campagne de Nicolas Sarkozy, est condamné à trois ans et demi de prison avec sursis.
  • Jérôme Lavrilleux, directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012, est condamné à trois ans de prison avec sursis.
  • D'anciens dirigeants UMP, Eric Cesari, Fabienne Liadzé et Pierre Chassat, sont chacun condamnés à trois ans de prison avec sursis. Tous les trois se voient priver du droit d’éligibilité pour cinq ans.

Deuxième condamnation pour Nicolas Sarkozy

D'ailleurs, l'ex-chef de l'Etat est absent du tribunal correctionnel de Paris ce matin. Durant les cinq semaines de procès en mai-juin, il n'est venu à l'audience que le jour de son interrogatoire.

Condamné par le tribunal correctionnel de Paris à la peine maximale d’un an de prison ferme pour financement illégal de sa campagne pour la présidentielle 2012, il ’agit de la deuxième condamnation pour l’ancien président de la République.

Il avait été condamné le 1er mars à trois ans de prison (dont un an ferme) pour corruption et trafic d’influence dans l’affaire dite «des écoutes». Il a fait appel de cette condamnation.

Par contre, Britney Spears a eu plus de chance au tribunal.

1 / 12
Britney Spears
source: keystone / keystone
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Ah et, voici la fashion week version watson!

Plus d'articles Actu

Ces cinq artistes vont marquer l'histoire du prochain Super Bowl

Link zum Artikel

Crise des sous-marins: La France utilise l'UE pour se venger

Link zum Artikel

Comment est votre blanquette? Has-been! (Auprès des jeunes)

Link zum Artikel

Les Etats-Unis échappent à la paralysie, mais pas encore à une crise financière

Link zum Artikel

Un artiste s'enfuit avec l'argent prêté par un musée

Link zum Artikel

Ils lancent un jeu de société qui dénonce les inégalités raciales

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Jugé pour discrimination raciale, Yvan Perrin a été acquitté

Le politicien UDC Yvan Perrin passait devant la justice neuchâteloise mardi pour avoir laissé des commentaires jugés haineux sur sa page Facebook. Il vient d'être acquitté.

L'ex-conseiller national et ex-conseiller d'Etat Yvan Perrin a été acquitté mardi soir par le Tribunal cantonal neuchâtelois de l'infraction de discrimination raciale. Le Ministère public, qui avait fait appel, n'exclut pas un recours au Tribunal fédéral.

La présidente du tribunal, Marie-Pierre de Montmollin, a déclaré dans son jugement qu'Yvan Perrin n'a pas le devoir de surveiller en permanence son compte Facebook.

Quand il a appris que des commentaires litigieux avaient entraîné l'ouverture …

Lire l’article
Link zum Artikel