DE | FR

Le point sur trois nuits d'émeutes en banlieue lyonnaise

Des jeunes blessés dans des actions policières, une grosse pression mise sur le trafic de drogue. Les clés pour comprendre les événements.
07.03.2021, 14:2707.03.2021, 14:28

La métropole lyonnaise subit des débordements urbains à répétition marqués par des échauffourées entre jeunes et forces de l'ordre et de nombreux incendies de véhicules. Ces événements sont visiblement liés a des jeunes blessés dans le cadre d'opération de police et de la pression des autorités sur les trafiquants de drogue.

Cela ravive les sombres souvenirs de 2005 et 2015, lorsque les banlieues lyonnaises s'étaient embrasées à tour de rôle. La police a reçu des renforts de Paris pour prévenir une éventuelle escalade. On fait le point.

Où cela s'est passé

La Duchère jeudi soir, Rillieux-la-Pape vendredi, puis Bron samedi. Trois soirs, trois quartiers ont vécu des émeutes en banlieue lyonnaise. «On peut penser qu'il y a une forme de surenchère, le terreau est présent dans notre zone, mais on n'espère pas de nouveaux troubles dans d'autres quartiers ce soir», confie une source policière à l'AFP.

Ce qu'il s'est passé

Neuf suspects, dont huit mineurs, se trouvaient en garde à vue dimanche. Trois jeunes, dont un majeur, arrêtés à La Duchère attendaient, de leur côté, d'être présentés à la justice. On rembobine:

  • A Bron samedi soir, un équipage de police secours qui sortait d'un foyer pour mineurs a été pris à partie. «Ils étaient à 30 contre trois. Ils ont dû abandonner leur véhicule pour se réfugier dans le foyer» et leur fourgon a été dégradé, a rapporté une source policière. Les pompiers sont intervenus après que le jeune «eut fait une chute dans les escaliers d'un hall d'immeuble», a indiqué la préfecture, sans toutefois pouvoir apporter d'éléments sur la gravité des blessures du jeune homme.
  • A Rillieux-la-Pape, treize véhicules ont été incendiés vendredi soir. Selon le maire de Rillieux, Alexandre Vincendet, «certains se sont servis de ce qui s'est passé (la veille) à la Duchère pour laisser libre cours à leur violence».
  • A la Duchère, c'est accident de scooter, cette fois, qui a mis le feu aux poudres jeudi. La veille, un adolescent de 13 ans, qui roulait sans casque, a été gravement touché après avoir perdu le contrôle de son véhicule. Selon la presse locale, des jeunes du quartier assurent que le scooter était poursuivi par une voiture de police banalisée, ce que la préfecture a formellement démenti. Une enquête a été confiée sur les circonstances de l'accident. «Les collègues sont intervenus uniquement pour secourir ce jeune», se défend une source syndicale policière. «Il y a une minorité qui, aujourd'hui, quoi qu'on puisse faire, fait tout de suite l'amalgame et nous pointe du doigt».

La lutte contre la drogue comme catalyseur

De l'avis du maire de Bron, Jérémie Bréaud, qui fait l'objet d'une protection suite à des menaces répétées, c'est l'action de la police contre le trafic de drogue qui a provoqué ces violences.

En déplacement à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) dimanche, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a lui estimé que «s'il y a des violences urbaines, s'il y a des voitures qui peuvent brûler, des policiers qui sont pris à partie, des élus menacés, c'est parce que avec les polices municipales, mais avec la police nationale en premier lieu, on intervient, on démantèle chaque jour de points de deal»:

«Plus il y aura harcèlement de ces points de deal, plus il y a manifestement réaction des dealers, mais à la fin ce sera toujours la police qui va gagner.»
Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur français

Nombreux maires menacés dans l'agglomération

Signe que le climat lyonnais se tend, le maire du deuxième arrondissement, Pierre Oliver, a rapporté au «Progrès» avoir été «insulté et menacé» samedi par une trentaine de jeunes qu'il a surpris en plein tournage de clip de rap sauvage dans un parking en sous-sol de la gare Perrache. (jah/ats)

1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Une mobilisation secrète? Poutine cherche désespérément des soldats
Sa guerre contre l'Ukraine est loin de se dérouler comme prévu, mais Vladimir Poutine a jusqu'à présent refusé une mobilisation générale. L'armée russe fait désormais appel à des vétérans et des réservistes.

Poutine ne pourra pas gagner sa guerre contre l'Ukraine avec des garçons de 18 ans inexpérimentés et il semble en être conscient. Au lieu d'enrôler de jeunes recrues dans le cadre d'une mobilisation générale, l'armée russe mise désormais sur les réservistes et les vétérans. Les indices d'une mobilisation secrète se multiplient.

L’article