International
Giorgia Meloni

Elon Musk va aller rendre visite à l'extrême droite italienne

Elon Musk va aller rendre visite à l'extrême-droite italienne

epa10693365 A handout picture made available by the Chigi Palace (Palazzo Chigi) Press Office shows Italian Prime Minister Giorgia Meloni meeting with Tesla and SpaceX CEO Elon Musk (R) at Chigi Palac ...
Giorgia Meloni et Elon Musk au Palais Chigi, à Rome, au mois de juin.Keystone
Le patron de la Silicon Valley avait déjà été reçu par Giorgia Meloni, la dirigeante du pays et cheffe de file de la droite italienne, au mois de juin. Ils avaient discuté de l'intelligence artificielle et du faible taux de natalité.
13.12.2023, 23:38
Plus de «International»

Le milliardaire américain Elon Musk doit assister, ce weekend à Rome, à un rassemblement politique organisé par le parti d'extrême droite de la première ministre italienne Giorgia Meloni, a confirmé mercredi un porte-parole.

Le propriétaire de X (ex-Twitter) avait soutenu en septembre le gouvernement de la dirigeante dans une querelle sur le financement par l'Allemagne de plusieurs ONG qui secourent les migrants naufragés en Méditerranée.

Le premier ministre albanais Edi Rama, qui a récemment conclu un accord avec Rome pour établir dans son pays deux centres d'accueil pour les migrants secourus par les garde-côtes italiens, est également attendu au festival d'Atreju, qui se tient de jeudi à dimanche dans la capitale italienne.

Le porte-parole du parti d'extrême droite Fratelli d'Italia (FDI) n'a pas été en mesure de confirmer les informations annonçant la possible présence du premier ministre britannique Rishi Sunak. Downing Street s'est refusé à tout commentaire.

Meloni a contribué, alors qu'elle était membre d'une organisation de jeunesse de l'extrême droite, à la fondation en 1998 du festival Atreju, devenu depuis un important évènement politique annuel.

L'ancien stratège de Donald Trump Steve Bannon y avait participé en 2018 alors qu'il cherchait à créer un mouvement de droite paneuropéen, et le premier ministre hongrois Viktor Orban y avait assisté l'année suivante.

L'ascension de Meloni

Le parti de la première ministre n'était à l'époque qu'une force marginale dans la politique italienne.

Quatre ans plus tard, cette dernière remportait à la surprise générale les élections législatives, promettant de mettre fin à l'immigration massive dans la Péninsule.

Elle devenait aussi la première femme à diriger l'Italie, prenant la tête d'une coalition de droite comprenant Matteo Salvini, de la Ligue anti-immigration, et le parti conservateur Forza Italia de l'ancien chef de gouvernement Silvio Berlusconi.

Selon le programme officiel du festival, Santiago Abascal, chef du parti espagnol d'extrême droite Vox, figure aussi parmi les invités attendus à Rome.

Ce dernier s'est attiré les critiques du gouvernement espagnol lundi pour avoir suggéré que le premier ministre Pedro Sanchez finirait pendu «par les pieds», destin qui rappelle aux Italiens la fin du dictateur Benito Mussolini, à Milan en 1945.

Le Parti socialiste du dirigeant espagnol a d'ailleurs déposé mercredi une plainte devant la justice, demandant que le leader de l'extrême droite espagnole soit poursuivi pour «délit de haine» et «injures, calomnies et menaces graves envers le gouvernement de la Nation».

Giorgia Meloni doit conclure dimanche par un discours ce rassemblement qui porte le nom d'un personnage du conte fantastique, et de la série de films «L'histoire sans fin». (ats/jch)

Elon Musk à un message pour ceux qui boycottent X
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
L'ex-président russe a un nouveau surnom pour la Suisse
Pour la Russie, le sommet du Bürgenstock est un échec. Poutine campe sur ses positions avec ses propositions de «paix russe», qui implique la reddition ukrainienne des territoires occupés. A la télévision russe, la Suisse est attaquée.

Dmitri Kisselev est un des moteurs de la machine de propagande de Poutine. Le dimanche soir sur la chaîne Rossiya 1 (Russie 1), il dit dans son talk show «Nouvelles de la semaine» tout le mal qu'il pense des Occidentaux. Dimanche dernier, il a allumé la conférence du Bürgenstock et les «absurdités des politiciens occidentaux».

L’article