International
Guerre contre l'Ukraine

Belgorod: ces Russes veulent renverser Poutine

Belgorod: qui sont ces Russes qui veulent renverser Poutine?
Des soldats de la «Légion pour la liberté de la Russie».image: telegram

Ce sont les Russes qui veulent renverser Poutine

Deux groupes paramilitaires russes affirment avoir mené des attaques dans la région de Belgorod, située à la frontière avec l'Ukraine. Ces unités veulent renverser Poutine, mais ne partagent pas la même vision.
24.05.2023, 06:0624.05.2023, 11:32
Yasmin Müller
Yasmin Müller
Yasmin Müller
Suivez-moi
Plus de «International»

Alors que le monde attendait l'offensive de printemps de l'Ukraine, il s'est passé quelque chose de tout à fait différent et inattendu: des soldats ont marché depuis l'Ukraine sur le territoire russe dans la région de Belgorod, au nord de Kharkiv. Ils y auraient attaqué et peut-être pris plusieurs villages.

👉Suivez en direct la guerre contre l'Ukraine👈

Les services secrets ukrainiens ont annoncé que les incurseurs avaient «mené une opération visant à créer une "zone de sécurité" pour protéger la population civile ukrainienne», en niant toute collaboration. Au passage, les soldats ont démontré par leur action la vulnérabilité de la Russie.

Moscou a affirmé mardi avoir éliminé les combattants infiltrés. Même si c'était vrai, il s'agit tout de même de l'incursion la plus importante jamais menée en Russie dans le cadre du conflit ukrainien.

Deux groupes revendiquent cette action: la «Légion pour la liberté de la Russie» et le «Corps des volontaires russes». Voici ce que nous savons d'eux.

Légion pour la liberté de la Russie

La «Légion pour la liberté de la Russie» (Легион «Свобода России») est un groupe paramilitaire russe stationné en Ukraine. Selon l'agence de presse privée ukrainienne UNIAN, la légion s'est formée en février 2022, à partir de plus de 100 soldats russes qui sont passés volontairement du côté ukrainien. Au début de cette année, Radio Free Europe/Radio Liberty indiquait que le nombre de membres pouvait atteindre 4000. En juin dernier, le conseiller présidentiel ukrainien Oleksiy Arestovytch parlait de plusieurs centaines de soldats. Les chiffres exacts ne sont pas connus.

Le 5 avril 2022, trois membres de l'unité se sont présentés à une conférence de presse à Kiev - tous encagoulés avec un masque d'assaut - pour inciter d'autres soldats russes à faire défection.

L'un des soldats a déclaré que les atrocités commises à Boutcha, Irpin et Kharkiv avaient été décisives pour sa défection:

«J'ai décidé de rejoindre la Légion de la liberté de la Russie afin de lutter contre le régime de Poutine ainsi que pour un avenir pour nos enfants et petits-enfants à la maison.»

Entre-temps, les soldats auraient suivi une formation à Kiev et constitueraient une partie régulière de la défense territoriale de l'Ukraine, comme l'écrit le New York Times. Ils seraient donc directement subordonnés à l'état-major ukrainien. Le quotidien américain affirme en outre que les membres de la légion sont toujours en groupe parmi leurs pairs, mais sont supervisés par des officiers ukrainiens.

Patch de la Légion pour la liberté de la Russie
Patch de la Légion pour la liberté de la Russie

Le journal américain a rencontré des soldats de l'unité en février dernier. Les protagonistes du reportage sont ainsi introduits:

«Ils ont pris les armes contre la Russie pour différentes raisons: par indignation morale face à l'invasion de leur pays, par désir de défendre leur patrie d'adoption, l'Ukraine, ou parce qu'ils nourrissaient une profonde aversion pour le président russe Vladimir Poutine.»

Un soldat portant le surnom de César, également porte-parole de l'unité, explique:

«Ma mission ne consiste pas seulement à protéger le peuple d'Ukraine»

Ses projets ne s'arrêtent pas là: s'il est encore en vie après la guerre, il continuera à s'engager pour renverser le régime du Kremlin.

«Je ne pouvais pas rester sans rien faire», a déclaré César à Radio Free Europe/Radio Liberty. Il a ajouté que ses enfants avaient pleuré lorsque la Russie avait attaqué l'Ukraine. Il leur aurait alors promis que Kiev allait gagner et aurait immédiatement essayé de s'enrôler dans la Légion étrangère ukrainienne. Mais celle-ci n'aurait pas accepté de Russes au début de la guerre. «Quand la nouvelle unité a été créée, j'ai postulé, j'ai subi quelques vérifications d'antécédents et j'ai atterri ici», ajoute-t-il.

César ne fait pas de cadeau aux soldats qui se battent aux côtés de la Russie. Contrairement à eux, il est un «véritable homme russe». Un homme comme Tolstoï et Dostoïevski l'ont chanté. Les autres en revanche ne sont pas russes, déclare-t-il au New York Times.

Depuis mars 2022, la Légion pour la liberté de la Russie a sa propre présence sur Telegram ainsi qu'un canal Twitter. Sur ces deux réseaux, des appels sont régulièrement lancés pour rejoindre la lutte armée contre le «criminel de guerre Poutine».

Dès vendredi, la légion a publié sur son canal Telegram un message indiquant qu'elle avait pris le minuscule village frontalier de Konzinka et qu'elle allait maintenant marcher sur Graïvoron.

«La Russie sera libre»

Sur de nombreux reportages, on peut voir que l'unité porte des uniformes ukrainiens. En outre, les soldats présentent souvent un insigne en velcro sur la manche avec un drapeau blanc et bleu. Selon le journal britannique Metro, ce drapeau est considéré par les partisans comme un symbole de résistance à l'invasion de l'Ukraine.

En février, le parquet général russe a déposé une plainte auprès de la Cour suprême du pays afin de faire classer la légion comme «organisation terroriste».

Corps des volontaires russes

Au même titre que la Légion pour la liberté de la Russie, le Corps des volontaires russes aurait également participé à l'action. Celui-ci a été fondé par Denis Nikitin - qui s'appelle en réalité Denis Kapustin. Le Corps des volontaires russes était composé exclusivement de «Russes ethniques», selon Nikitin.

Il n'est pas clair si le Corps des volontaires russes bénéficie du soutien de l'armée ou du gouvernement ukrainien. En octobre 2022, ce groupe a publié un manifeste dans lequel il se décrivait comme «faisant partie des forces armées de l'Ukraine», mais Kiev n'a jamais confirmé les liens de l'armée avec le groupe.

Nikitin a une réputation sulfureuse. Le Russe a vécu plusieurs années en Allemagne à partir de 2001, avant que le pays ne lui retire son permis de séjour en raison de ses activités d'extrême droite. Il est ensuite retourné en Russie, où il a fondé la marque de vêtements racistes White Rex, qui vend notamment des T-shirts portant l'inscription «SS for Sweet n' Sexy». Il a fait parler de lui - comme il l'avait déjà fait en Allemagne - en tant que hooligan de football. En 2017, il aurait déménagé en Ukraine, où il s'est engagé dans les milieux d'extrême droite et a enseigné le MMA. C'est ce que décrivent les portails d'information indépendants Meduza et The Moscow Times, ainsi que le Guardian britannique ou le Telegraph.

En 2017, l'expert en extrémisme Robert Claus a décrit Nikitin à Vice comme «une figure clé parmi les extrémistes de droite en Europe» et «l'un des néonazis les plus dangereux du continent».

Denis Nikitin (à gauche).
Denis Nikitin (à gauche).image: telegram

On ne sait pas grand-chose du Corps des volontaires russes, si ce n'est que Nikitin l'avait lancé en août dernier dans le but de recruter des gens en Russie pour combattre «le fou chauve qui a envoyé des hordes d'assassins caucasiens et asiatiques» en Ukraine. C'est là que son attitude nationale-socialiste transparaît: il veut protéger les Ukrainiens blancs contre les Russes non blancs. Le fait qu'il ait déjà critiqué par le passé la composition multi-ethnique de la société russe va également dans ce sens.

Début mars, Nikitin et ses partisans auraient déjà envahi une fois un village russe dans la région de Briansk, comme l'avaient alors rapporté les services secrets russes (FSB). Par la suite, il a été placé sur la liste des terroristes russes. On ne sait pas exactement ce qui s'est passé à l'époque à Briansk.

Les portails de propagande russes ont rapporté que Nikitin et ses hommes avaient pris des flagelles, fait exploser une station-service et tiré sur un bus scolaire. Les fonctionnaires du district n'ont toutefois pas pu confirmer tout cela à Meduza.

Peu après ces articles, deux vidéos sont apparues sur le canal Telegram du Corps des volontaires russes, montrant des hommes armés déclarant qu'ils n'étaient «pas en guerre avec la population civile». Ils appelaient les «citoyens russes ordinaires» à «se lever et à se battre».

Il est intéressant de noter que, selon Meduza, Nikitin a encore récemment déclaré qu'il ne travaillerait jamais avec la Légion pour la liberté de la Russie en raison de «diverses différences idéologiques». On peut supposer que le néo-nazi russe, qui combat en Ukraine, a renié ses propres paroles pour «protéger les Ukrainiens des vrais fascistes», comme il l'a déclaré, il y a une semaine, au Financial Times.

Traduit et adapté par Chiara Lecca

Ce soldat russe risque sa vie pour être prisonnier
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«L'armée israélienne a provoqué un vrai bain de sang»
Deux événements ont secoué la guerre au Proche-Orient ce week-end: la libération d'otages par Israël et la démission du ministre Benny Gantz. Erich Gysling, expert du domaine, revient sur ces évènements et les plans prévus par Gantz et Netanyahou.

Israël a pu libérer quatre otages dans la bande de Gaza. D'autres opérations de ce type vont-elles bientôt suivre?
Erich Gysling:
C'est difficile à dire, car d'une part, Israël n'a réussi cette opération que grâce à l'aide des services secrets étrangers et à une planification de plusieurs mois. D'autre part, l'armée israélienne a provoqué un vrai bain de sang.

L’article