en partie ensoleillé
DE | FR
2
International
Russie

Ukraine: qui sont les Bouriates, que le pape accuse de cruauté?

Qui sont les Bouriates, les soldats russes «les plus cruels», selon le pape

Women cry as they hold a portrait of Russian Army serviceman Alexander Koltsov, who was killed during fighting in Ukraine, during the Immortal Regiment march in Ulan-Ude, the regional capital of Burya ...
Deux femmes bouriates pleurent en tenant un portrait du soldat Alexandre Koltsov, tué en Ukraine.Image: sda
Le pape a affirmé que les Bouriates étaient particulièrement cruels en Ukraine. Ce n'est pas la première fois que ce groupe ethnique habitant dans l'Extrême-Orient russe est accusé de brutalité: des mensonges racistes, nous assure une Bouriate qui se bat contre la guerre.
30.11.2022, 18:3601.12.2022, 13:19
Suivez-moi

Ces propos ne sont pas passés inaperçus. Dans une interview accordée lundi au magazine jésuite America, le pape François s'est exprimé de manière quelque peu surprenante sur les minorités ethniques au sein de l'armée russe.

Interrogé sur son apparente réticence à condamner directement le Kremlin, le souverain pontife a affirmé:

«Quand je parle de l'Ukraine, je parle de la cruauté parce que j'ai beaucoup d'informations sur la cruauté des troupes sur place. En général, les plus cruels sont peut-être ceux qui sont de la Russie, mais qui ne sont pas de tradition russe, comme les Tchétchènes, les Bouriates et ainsi de suite. Certainement, l'envahisseur est l'Etat russe. C'est très clair.»
Le pape François au magazine America.

Le pape fait ici explicitement référence à deux groupes ethniques présents en Russie, les Tchétchènes et les Bouriates. Elément particulièrement délicat, ces populations ne sont pas chrétiennes, mais de confession musulmane et bouddhiste.

Ce passage a suscité des réactions outrées en Russie. «Nous formons une seule famille avec les Bouriates, les Tchétchènes et les autres représentants de notre pays multinational et multiconfessionnel», a par exemple affirmé la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova. Et d'ajouter: «Ce n'est plus de la russophobie, c'est une perversion à un niveau que je ne peux même pas nommer.»

Aleksandra Garmazhapova, présidente de la fondation «Free Buryatia».
Aleksandra Garmazhapova, présidente de la fondation «Free Buryatia». image: dr

Les réactions indignées ne proviennent pas uniquement du Kremlin. La fondation «Free Buryatia», qui oeuvre en faveur de cette population, a également condamné les propos du souverain pontife. «Le pape a fait une déclaration totalement raciste et inacceptable», affirme sa présidente Aleksandra Garmazhapova, jointe par watson.

«Nous regrettons sincèrement qu'un des leaders religieux du monde se soit révélé être un raciste»
Aleksandra Garmazhapova, fondation «Free Buryatia»

La dimension implicitement religieuse du passage incriminé ne passe pas. «Outre la composante ethnique, le pontife a parlé de manière très incorrecte de deux religions mondiales, qualifiant leurs représentants de particulièrement cruels», poursuit Aleksandra Garmazhapova.

0,34% de la population russe

Mais de quoi parle-t-on, au juste? Les Bouriates sont un peuple mongol originaire du sud-est de la Sibérie. Il faut savoir qu'à côté des Russes blancs, qui constituent 80% de la population totale, le pays compte jusqu'à 193 groupes et sous-groupes ethniques, selon le recensement de 2010.

«Nous ne sommes que 461 000 en Russie, soit 0,34% de la population totale. La proportion de Tchétchènes est de 1%», explique Aleksandra Garmazhapova. «Selon la logique du pape, 1,3% de la population russe maintient dans la peur non seulement toute la Russie, mais aussi l'Ukraine», souligne-t-elle.

La République de Bouriatie (en violet) et, en vert l'Ukraine.
La République de Bouriatie (en violet) est située dans la Sibérie méridionale. En vert l'Ukraine. Image: datawrapper/watson

«Chair à canon»

La plupart des Bouriates vivent dans la République portant le même nom. Située dans l’Extrême-Orient russe, à proximité de la Mongolie, cette région fait à peu près la taille de l'Allemagne et est l'une des plus pauvres du pays. Ce qui n'est de loin pas anodin. Plusieurs investigations ont montré que les Bouriates sont surreprésentés dans les rangs de l'armée russe en Ukraine: les deux choses sont étroitement liées.

«La Russie est orientée vers le centre. Autrement dit, tout l'argent va à Moscou, tandis que les régions vivent dans la pauvreté, comme de véritables colonies», lance la présidente de «Free Buryatia». «Et Poutine, après avoir plongé ces régions dans la pauvreté, envoie des militaires de Bouriatie, du Daghestan, de Touva et d'autres républiques nationales comme "chair à canon" en Ukraine», poursuit-elle.

«Poussés au désespoir par la pauvreté, les gens voient dans l'armée le seul moyen de survivre»
Aleksandra Garmazhapova, fondation «Free Buryatia»

Bouriates surreprésentés

Selon les calculs du média d'opposition russe Mediazona, 340 soldats originaires de Bouriatie ont été tués en Ukraine jusqu'à présent. Cela correspond à 3,8% des pertes totales que le média a pu documenter, à savoir 9001 hommes. L'association «Free Buryatia» met en avant des chiffres légèrement différents, basés sur d'autres investigations open source: 170 Bouriates seraient morts au total, soit 2,1% des morts confirmés.

La substance reste la même, ce groupe ethnique représentant 0,34% de la population russe. Dans les deux cas, la disparité est évidente. «Les peuples indigènes sont envoyés en Ukraine plus souvent que les autres», résume Aleksandra Garmazhapova, qui n'hésite pas à parler d'«ethnocide».

Des soldats bouddhistes de Bouriatie prient en Ukraine.
Des soldats bouddhistes de Bouriatie prient en Ukraine.image: telegram

La grande quantité de Russes asiatiques morts en Ukraine s'explique également par un autre facteur: ces derniers sont souvent envoyés dans des missions particulièrement dangereuses, affirmait dans le Guardian le spécialiste russe des questions militaires Pavel Louzine.

«Le Russe moyen s’inquiétera moins de la mort d’un Bouriate que de celle de soldats aux yeux bleus de Moscou et de Saint-Pétersbourg. Ceux qui planifient les opérations militaires aussi ont ça à l’esprit»
Pavel Louzine, expert militaire russe

La présidente de la fondation tient tout de même à souligner que les Bouriates ne sont pas les Russes asiatiques qui ont payé le tribut le plus lourd en Ukraine: les pertes parmi les soldats d'origine kazakhe seraient encore plus élevées: «En raison de leur apparence, ils sont généralement confondus avec les Bouriates», explique-t-elle.

Les hommes originaires de cette république ont été également surmobilisés au cours de ces derniers mois. Toujours selon Mediazona, 4,4% des Bouriates âgés de 18 à 49 ans ont été mobilisés, contre une moyenne nationale de 1,56%.

La fondation «Free Buryatia» a, par ailleurs, été créée en mars 2022 en réaction au nombre disproportionné de morts parmi les Bouriates enregistré dès le début du confit. Première organisation anti-guerre fondée par des membres d'une minorité ethnique russe, elle est basée en Virginie, aux Etats-Unis.

Accusés pour les crimes à Boutcha

Ce n'est pas la première fois que les Bouriates sont accusés de cruauté. Le massacre de Boutcha, où quelque 400 personnes avaient été arbitrairement exécutées par les Russes, avait initialement été imputé à des soldats de cette ethnie. La presse ukrainienne et des activistes russes ont contribué à répandre cette version des faits, rapporte le Media Diversity Institute.

Or, il n'en est rien. «Le bureau du procureur général d'Ukraine a déjà nommé les principaux suspects des atrocités commises à Boutcha», réagit Aleksandra Garmazhapova. Le verdict?

«Il ne s'agissait pas de Bouriates, comme le voudrait le pape, mais de parachutistes de la région de Pskov, une région bien russe, cela soit dit en passant»
Aleksandra Garmazhapova, fondation «Free Buryatia»

Oleksiy Arestovytch, conseiller au cabinet du président ukrainien, a également affirmé, toujours selon Aleksandra Garmazhapova, que les atrocités de Boutcha n'ont pas été commises par des Bouriates, mais par «de solides types slaves».

«Il est malheureux qu'un chef spirituel mette autant d'importance sur l'origine ethnique des auteurs des atrocités», lance encore la présidente de la fondation «Free Buryatia». Sur sa page Twitter, l'association dénonce les «mensonges» relayés par le pape et affirme travailler chaque jour pour les combattre.

Armes rouillées et lits ensanglantés: la difficile mobilisation russe

Video: watson
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Voici les nouveaux robots de combat que Poutine veut envoyer en Ukraine
La Russie a l'intention d'utiliser de nouveaux robots de combat contre les chars occidentaux. Les premiers modèles seraient déjà en route vers l'Ukraine.

Alors que la guerre s'apprête à prendre un nouveau tournant avec l'arrivée sur le terrain des chars américains Abrams et allemands Leopard, la Russie se prépare, elle aussi, à sortir les grands moyens. Elle vient d'annoncer son intention d'utiliser des robots de combat de son propre développement, les «Marker».

L’article