International
Guerre contre l'Ukraine

Voici les armes que Kim Jong un propose à Poutine

FILE - In this photo provided by the North Korean government, North Korean leader Kim Jong Un, second right, and Russian Defense Minister Sergei Shoigu, third right, visit an arms exhibition in Pyongy ...
Le ministre russe de la Défense Sergei Choigou et Kim Jong-un ont visité une exposition d'armes à Pyongyang en juillet.Image: keystone

Voici les armes que Kim Jong-un propose à Poutine

Kim Jong-un est à Vladivostok pour une rencontre avec Vladimir Poutine. L'Occident soupçonne que les deux dirigeants négocient des livraisons d'armes pour aider l'armée russes
13.09.2023, 11:3913.09.2023, 12:08
Raphael Bühlmann
Raphael Bühlmann
Suivez-moi
Plus de «International»

Les images ont fait le tour du monde ce mercredi. Kim Jong-un est arrivé à Vladivostok où il a rencontré son homologue russe Vladimir Poutine. Le but de cette visite? Personne ne le sait vraiment. Mais, selon les services secrets américains, les deux dirigeants vont évoquer une éventuelle livraison d'armes.

Correspondant pour NK News, un portail d'information basé à Séoul, Ifang Bremer expliquait à ZDF:

«Un certain nombre d'armes que possède la Corée du Nord sont très similaires à celles de la Russie»

Parmi elles, voici celles qui pourraient intéresser Poutine:

Missile à courte portée KN-23

Le KN-23 est un missile balistique de courte portée. Il vient de Corée du Nord et a souvent été comparé au missile russe Iskander. Ce dernier a été développé par l'Union soviétique à partir de la fin des années 80, testé par la Russie en 2006 et utilisé pour la première fois lors de la guerre contre la Géorgie en 2008.

Dans la guerre contre l'Ukraine, Moscou a également recours régulièrement à des missiles Iskander et prend notamment pour cible des installations civiles. En raison de leur similitude, la Russie pourrait aisément utiliser le missile coréen KN-23, après une simple adaptation de ses propres systèmes d'armes.

En 2019, la Corée du Nord a testé le KN-23 pour la première fois. Jusqu'à présent, il n'a toutefois jamais servi dans le cadre d'un conflit armé. On estime qu'il est conçu pour des ogives pesant jusqu'à 500 kilos, nucléaires ou conventionnelles. Sa portée serait de 450 kilomètres, voire jusqu'à 690 kilomètres avec une charge explosive réduite.

Il atteindrait sa cible avec une précision de 35 mètres et pourrait en outre effectuer des manœuvres en vol pour contourner les systèmes d'interception. Cela le rend potentiellement plus difficile à détecter et à combattre que les missiles balistiques traditionnels.

Munition d'artillerie

Pendant des décennies, l'Union soviétique a été l'un des principaux partenaires et soutiens de la Corée du Nord. Et notamment sur le plan militaire puisque les Soviétiques fournissaient à la Corée du Nord des armes et du matériel de fabrication soviétique.

La Corée du Nord dispose donc encore de stocks de munitions soviétiques. Par ailleurs, les systèmes d'armes développés depuis par la Corée du Nord sont basés sur des modèles soviétiques. L'arsenal militaire russe étant, lui aussi, en grande partie issu de l'époque soviétique et ayant ensuite été développé conformément à ces modèles, l'armée russe pourrait utiliser les munitions fournies par la Corée du Nord.

«Des obus de 152 à 122 millimètres pour l'artillerie et de 100 à 150 millimètres pour les chars de l'époque soviétique, que la Russie utilise toujours actuellement en Ukraine»
Ifang Bremer, cité par ZDF
In this handout photo taken from video and released by Russian Defense Ministry Press Service on Wednesday, March 29, 2023, Russian paratroopers fire with the gun-howitzer D-20 toward Ukrainian positi ...
Des soldats russes avec un D-20 en Ukraine. (photo d'archives)Image: keystone

Les obus d'artillerie de 152 millimètres sont produits par exemple pour l'obusier D-20, développé par l'Union soviétique et également utilisé par la Russie contre l'Ukraine. Ils offrent une puissance de feu considérable et sont connus pour faire des ravages, notamment dans les zones densément peuplées. Les obus d'artillerie de 122 millimètres sont, quant à eux, utilisés par l'obusier D-30. Celui-ci est aussi de fabrication soviétique et est utilisé aujourd'hui encore par Moscou. Il est réputé pour sa fiabilité et sa robustesse.

A Ukrainian serviceman of the 31 Brigade fires a D-30 cannon towards Russian positions at the front line in Donetsk region, Ukraine, Wednesday, Aug. 9, 2023. (AP Photo/Libkos)
Un soldat ukrainien avec un D-30 il y a environ un mois.Image: keystone

Munition pour chars

Les obus de 100 millimètres sont utilisés sur les anciens chars soviétiques T-54 ou T-55. Ils ont été développés dans les années 50 et il existe depuis longtemps des chars plus modernes de fabrication soviétique ou russe. Mais comme l'armée russe a déjà perdu de nombreux chars modernes, elle mise à nouveau sur les chars T-54 et T-55.

People ride with their children atop a Soviet T-54 tank during a military historical festival in the family historical tank park outside St. Petersburg, Russia, Saturday, Feb. 4, 2023. (AP Photo/Dmitr ...
Un char T-54 lors d'une cérémonie en Russie. (photo d'archives)Image: keystone

Il est également question des obus de 115 et 125 millimètres. Ces derniers sont pour les chars les plus modernes. Les 115 millimètres vont avec le char T-62, produit par l'Union soviétique dans les années 60 et 70 et utilisé par la Russie dans la guerre actuelle. La plus moderne est la munition de 125 millimètres, utilisée par le T-64 ainsi que le T-72, le T-80 et le T-90. On peut toutefois s'interroger sur la quantité de munitions dont dispose la Corée du Nord.

Deux chars de production nord-coréenne ont recours à ce type de munitions: le Chonma-ho, un modèle restauré, et le plus récent Pokpung-ho. Seule l'armée nord-coréenne le mobilise, mais il est basé sur les T-62 et T-72 soviétiques.

Seul l'avenir nous dira si des armes nord-coréennes seront effectivement livrées sur le front ukrainien, et si oui, lesquelles.

Traduit de l'allemand par Valentine Zenker

Un premier char britannique détruit lors de la contre-offensive
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Paris 2024: arrestation de deux hommes soupçonnés de terrorisme
Agés de 23 et 33 ans, deux jeunes hommes qui étaient déjà surveillés par le ministère de l'Intérieur ont été interpellés jeudi en France. Une enquête es

Deux hommes particulièrement surveillés, issus de la mouvance islamiste, ont été interpellés jeudi en marge du passage de la flamme olympique dans le sud-ouest de la France, a annoncé vendredi le gouvernement.

L’article