DE | FR
Boutcha, une zone meurtrie et surtout une illustration du «génocide» orchestré par la Russie.
Boutcha, une zone meurtrie et surtout une illustration du «génocide» orchestré par la Russie.Image: sda

Cette enquête montre comment Poutine a préparé un génocide en Ukraine

Un rapport indépendant révélé par CNN vient confirmer que les manœuvres guerrières menées par la Russie contre l'Ukraine causent un génocide.
27.05.2022, 14:2527.05.2022, 17:31
Suivez-moi

Il existe un risque sérieux et imminent de génocide en Ukraine. C'est la conclusion d'un rapport, signé par plus de 30 juristes et experts du domaine. Ils accusent l'Etat russe de violer plusieurs articles de la Convention des Nations unies (Onu). Ces graves accusations sont étayées par pléthore de preuves accablantes, notamment des exemples de massacres de civils, de déportations forcées et de rhétorique anti-ukrainienne déshumanisante utilisée par de hauts responsables russes.

Le document en question, que CNN a eu en primeur, a été produit par le New lines institute for strategy and policy, un groupe de réflexion basé aux Etats-Unis, et le Raoul Wallenberg centre for human rights au Canada. Les auteurs vont envoyer des exemplaires aux parlements, gouvernements et organisations internationales du monde entier.

Qui a produit cette étude?
Les deux organes qui ont participé au rapport – ont déjà enquêté sur les génocides des Rohingyas et des Ouïghours en Birmanie et en Chine – comprennent des personnalités qui ont une expérience de ce genre d'atrocités. L'avocat David Scheffer, qui a joué un rôle central dans les pourparlers établissant la Cour pénale internationale en tant que premier ambassadeur itinérant des Etats-Unis pour les questions relatives aux crimes de guerre, Allan Rock, l'ancien ambassadeur du Canada auprès des Nations unies, et Charles Taku, avocat principal au Tribunal pénal international pour le Rwanda et au Tribunal spécial pour la Sierra Leone.

Outre ces noms, les équipes comptent dans leur rang des juristes et des experts en matière de génocide. L'équipe réunie par la New lines institute comprend également des enquêteurs du renseignement «open source» et des linguistes qui ont examiné des interceptions de communications et des témoignages du champ de bataille.

Similitudes avec le massacre de Srebrenica

Azeem Ibrahim, l'un des auteurs, s'est rendu en Ukraine en mars pour collecter et relever des indices. Il explique:

«Nous avons réuni les meilleurs experts juridiques du monde entier qui ont ensuite examiné toutes les preuves et ils sont arrivés à la conclusion que la Fédération de Russie porte la responsabilité des violations de la Convention sur le génocide en Ukraine»

Une guerre de nature génocidaire qui, toujours selon le rapport, ravive le spectre de la guerre de Serebrenica de 1995. Le rapport met le doigt sur:

«Les détails du meurtre de masse de plus de 7000 garçons et hommes musulmans de Bosnie à Srebrenica n'ont émergé devant la communauté internationale que lorsqu'il était trop tard pour empêcher un génocide qui s'est produit en quelques jours»

Des responsabilités décryptées

Les auteurs pointent directement les dirigeants russes qui auraient orchestré les bases d'un futur génocide en niant l'existence d'une identité ukrainienne. Vladimir Poutine, et son mépris viscéral dans son discours au lancement de l'opération militaire spéciale, exprimait son attachement à la Rus' de Kiev, l'entité politique et commune des trois Etats slaves orientaux: la Biélorussie, l'Ukraine et la Russie. Pour le grand chef du Kremlin, l'Ukraine moderne a été entièrement créée par la Russie.

Les indices d'un probable génocide sont palpables dans les allocutions de Poutine. L'Ukraine n'a pas le droit d'exister en tant qu'Etat indépendant, selon le maître du Kremlin. Des paroles empreintes de haine et «déshumanisantes». Le langage employé par les hauts responsables russes - «bestial», «subordonné» et «saleté » - ainsi que leur description de l'Ukraine comme un «Etat nazi» et «menace existentielle» pour la Russie indique que la Fédération de Russie a l'intention de commettre un génocide.

Schéma génocidaire

Le rapport fustige aussi les forces armées russes qui perpétreraient:

«Un ensemble d'atrocités constantes et généralisées contre des civils ukrainiens de manière collective»

Les massacres et les exécutions sommaires très documentés à Butcha, Staryi Bykiv et dans les régions de Sumy et de Tchernihiv, les attaques délibérées de la Russie contre les abris, les voies d'évacuation et les installations de soins de santé, ainsi que le ciblage et le bombardement aveugles des zones résidentielles, les viols, les sièges, les vols de céréales et les déportations forcées vers la Russie constituent:

«Un schéma génocidaire de destruction»

Le concert du légendaire groupe de rock russe Ddt

Plus d'articles sur les armes employées en Ukraine

Le char high-tech de Poutine a été détruit en Ukraine

Link zum Artikel

Les tanks T-72 de Poutine ont un point faible et l'Ukraine le sait

Link zum Artikel

Ce que l'on sait du missile Kinjal, nouvelle super-arme de Poutine

Link zum Artikel

Zelensky voulait des armes modernes et offensives, voici ce qu'il a obtenu

Link zum Artikel

Pourquoi le super char T-14 Armata de Poutine ne roule que lors des défilés

Link zum Artikel

Le «Pinocchio» de Poutine: Voilà pourquoi cette arme répand la peur et la terreur

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Un centre commercial ukrainien bombardé +++ Poutine veut participer au G20
La Russie a attaqué, jeudi 24 février, l'Ukraine. Suivez les derniers développements de la crise ukrainienne.
L’article