DE | FR

Proche du chaos politique, Haïti demande de l'aide aux USA et à l'ONU

Bild

Des Haïtiens se rassemblent devant l'ambassade des États-Unis à Port-au-Prince. Image: keystone

Quelques jours après l'assassinat du président Jovenel Moïse, le gouvernement haïtien redoute des sabotages et demande aux USA et à l'ONU d'intervenir.



Les Etats-Unis ont dit cette nuit qu'ils allaient envoyer des responsables du FBI et de la sécurité intérieure à Port-au-Prince «aussi vite que possible». Mais que se passe-t-il? Trois jours après que le président haïtien Jovenel Moïse a été criblé de balles chez lui, le gouvernement haïtien a demandé aux Etats-Unis et à l'ONU d'envoyer des troupes pour aider à sécuriser des sites stratégiques. Il pourrait y avoir des sabotages.

«Après l'assassinat du président, nous avons pensé que les mercenaires pourraient détruire quelques infrastructures afin de créer le chaos dans le pays»

Mathias Pierre, ministre haïtien chargé des questions électorales.

Cette demande de soutien est plutôt ciblée puisque deux structures sont particulièrement vulnérables selon le gouvernement haïtien:

  1. l'aéroport
  2. les installations pétrolières

Les USA prêts à aider

Le département d'Etat américain a confirmé, par la voix d'un porte-parole, que le gouvernement haïtien avait «demandé une aide sécuritaire et en matière d'enquête». «Nous restons en contact régulier avec les responsables haïtiens pour discuter de la manière dont les Etats-Unis peuvent aider», selon le département d'Etat.

L'assassinat du président reste un mystère

Si l'on sait que le commando armé qui a exécuté le président était composé de 28 personnes (26 Colombiens et deux Américains d'origine haïtienne), aucun détail n'a émergé sur les raisons de cet acte ou sur l'identité de ses commanditaires.

Les hauts commandements de la police et de l'armée en Colombie ont affirmé à Bogota qu'au moins 17 anciens militaires colombiens étaient soupçonnés d'être impliqués dans l'assassinat. Dix-sept individus, quinze Colombiens et deux Américains, ont été arrêtés pour leur implication dans le meurtre du président Moïse, criblé de balles à son domicile dans la nuit de mardi à mercredi, selon la police haïtienne.

Trois Colombiens aussi accusés d'être des membres du commando ont été tués par la police, tandis que huit autres étaient toujours en fuite, a précisé Léon Charles, directeur général de la police haïtienne.

Vidéos des inondations à New York

Plus d'articles «International»

50°C à l'ombre au Canada, la faute à un «dôme de chaleur». Explications

Link zum Artikel

Détournés, abattus, sabotés, les avions sont de vraies armes politiques

Link zum Artikel

Non-vacciné? Préparez vos narines pour visiter la France cet été

Link zum Artikel

L'Italie a-t-elle un (gros) problème avec ses infrastructures?

Link zum Artikel

Israël se sent menacé par le variant Delta

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Expulser plus rapidement les criminels étrangers: le projet passe discrètement

En matière de criminalité, le Parlement durcit discrètement le ton: les criminels étrangers doivent être expulsés et sans passer par la case jugement.

Le Conseil fédéral et le Conseil national veulent renforcer les mesures d'expulsion des étrangers ayant commis des infractions pénales. Une motion a été approuvée dans ce sens il y a quelques jours au Parlement.

Elle établit une comparaison avec la loi fédérale sur les mesures policières de lutte contre le terrorisme (MPT), adoptée le 13 juin: Celle-ci montre une fois de plus comment la prétendue sécurité de l'Etat est de plus en plus placée au-dessus des droits fondamentaux des …

Lire l’article
Link zum Artikel