pluie modérée
DE | FR
International
Iran

Plus de 300 morts depuis le début des troubles en Iran

Image
Image: Shutterstock

Plus de 300 morts en Iran depuis le début des troubles

Les tensions sont loin de s'apaiser en Iran, où la répression des manifestations a engendré plusieurs centaines de morts, selon un chiffre articulé par les autorités.
29.11.2022, 12:1929.11.2022, 17:14
Plus de «International»

Les autorités iraniennes ont pour la première fois fait état de la mort de plus 300 personnes dans les troubles qui ont suivi le décès de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, après son arrestation par la police des mœurs à la mi-septembre.

La mort en détention le 16 septembre de Mahsa Amini, arrêtée pour non-respect du code vestimentaire strict de la République islamique, avait déclenché une vague de manifestations, d'abord en province puis à Téhéran, qui avait été réprimée par les forces de l'ordre.

Des «martyrs»

Comme l'a déclaré le général Amirali Hajizadeh, commandant de la force aérospatiale des Gardiens de la révolution, l'armée idéologique de l'Iran, dans une vidéo mise en ligne par l'agence de presse Mehr:

«Tout le monde dans le pays a été affecté par la mort de cette dame. Je n'ai pas les dernières statistiques, mais je pense que nous avons eu peut-être plus de 300 martyrs et personnes tués parmi les meilleurs enfants de ce pays à la suite de cet incident.»

Amirali Hajizadeh faisait allusion aux forces de l'ordre et aux manifestants.

Dans ce bilan figurent des dizaines de membres des forces de l'ordre tués dans des affrontements avec les manifestants ou assassinés, selon les autorités iraniennes.

(jod/sda)

Les Iraniennes sont toujours dans la rue et ne décolèrent pas
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Poutine n'est pas la plus grande menace pour l'Ukraine
Samedi, l'agression de l'Ukraine fêtera un terrible anniversaire. Ironie du sort, l'annexion de la Crimée célèbre, elle, ses dix ans. Une double peine pour un pays et un président qui n'ont jamais été aussi loin de gagner la guerre et... l'adhésion d'un monde occidental qui fatigue. Il est temps d'offrir une définition plus pertinente à cette «victoire» qui peine à convaincre.

Le 24 février 2022, à l'aube, l'Europe se faisait tirer du lit par une «opération militaire spéciale» qui ébranlera toute la baraque. Vladimir Poutine, l'œil scotché sur l'objectif, annonçait sans trembler l'arrivée des blindés sur le sol ukrainien. Bordel, l'Ukraine, c'est quoi? C'est où? Zelens... qui? Très vite, l'Europe comprend que ce pays qu'on applaudissait à l'Eurovision n'est pas aussi loin que le Yémen. Que les premiers cadavres qui allaient tomber dans la journée conduisaient «les mêmes voitures que nous». Que les premiers réfugiés qui intégreraient nos familles jouent à la PlayStation et s'habillent chez H&M.

L’article