en partie ensoleillé
DE | FR
International
Iran

Plus de 300 morts depuis le début des troubles en Iran

Image
Image: Shutterstock

Plus de 300 morts en Iran depuis le début des troubles

Les tensions sont loin de s'apaiser en Iran, où la répression des manifestations a engendré plusieurs centaines de morts, selon un chiffre articulé par les autorités.
29.11.2022, 12:1929.11.2022, 17:14

Les autorités iraniennes ont pour la première fois fait état de la mort de plus 300 personnes dans les troubles qui ont suivi le décès de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, après son arrestation par la police des mœurs à la mi-septembre.

La mort en détention le 16 septembre de Mahsa Amini, arrêtée pour non-respect du code vestimentaire strict de la République islamique, avait déclenché une vague de manifestations, d'abord en province puis à Téhéran, qui avait été réprimée par les forces de l'ordre.

Des «martyrs»

Comme l'a déclaré le général Amirali Hajizadeh, commandant de la force aérospatiale des Gardiens de la révolution, l'armée idéologique de l'Iran, dans une vidéo mise en ligne par l'agence de presse Mehr:

«Tout le monde dans le pays a été affecté par la mort de cette dame. Je n'ai pas les dernières statistiques, mais je pense que nous avons eu peut-être plus de 300 martyrs et personnes tués parmi les meilleurs enfants de ce pays à la suite de cet incident.»

Amirali Hajizadeh faisait allusion aux forces de l'ordre et aux manifestants.

Dans ce bilan figurent des dizaines de membres des forces de l'ordre tués dans des affrontements avec les manifestants ou assassinés, selon les autorités iraniennes.

(jod/sda)

Les Iraniennes sont toujours dans la rue et ne décolèrent pas

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La vérité de Poutine est un mensonge
A l'occasion du 80e anniversaire de la victoire de Stalingrad, c'était évident: Moscou ne se soucie pas de son Histoire. Poutine ne fait qu'utiliser l'Histoire pour légitimer de nouveaux crimes.

Peu importe que le président Vladimir Poutine parle ou que le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov s'exprime; peu importe que le propagandiste télévisé Vladimir Soloviev lance ses sermons haineux sur les ondes ou que les reporters de guerre chantent la «beauté» des tirs russes en Ukraine – le Kremlin a coupé les ponts avec le monde civilisé.

L’article