stratus fréquent
DE | FR
International
Iran

Iran: les origines de Bella Ciao, cet hymne de la résistance

Image

Bella Ciao retentit en Iran, mais d'où vient cet hymne à la résistance?

Remis sur le devant de la scène par la série Netflix, le célèbre hymne de résistance a traversé le globe. En Iran, une femme s'est récemment filmée en train de chanter Bella Ciao. Si son succès est indéniable, ses origines en revanche sont, aujourd'hui encore, floues.
29.09.2022, 15:1629.11.2022, 16:20

La seule mention de son nom, Bella Ciao, suffit à vous mettre la célèbre chanson révolutionnaire en tête pour le reste de la journée? Redevenue à la mode avec la série espagnole La casa de papel, elle a récemment été chantée en persan par une Iranienne en signe de résistance aux violences qui secouent l'Iran. Mais à part la fredonner à tue-tête pendant des heures, connaissez-vous réellement son origine?

Une Iranienne a ému le monde en l'entonnant👇

Vidéo: watson

Une origine confuse

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, Bella Ciao n'a pas toujours été un hymne de résistance, comme le rappellent plusieurs médias. A l'origine, il s'agit d'un chant ouvrier dont la datation précise est difficile. C'est les mondines, ouvrières saisonnières piémontaises qui travaillaient dans les rizières italiennes de la plaine du Pô à la fin du 19e, qui l'auraient chanté en premier.

En effet, si on regarde les paroles de la version originale, elles disent:

«Le matin, à peine levée, à la rizière je dois aller, et entre les insectes et les moustiques, un dur labeur je dois faire»

Les femmes protestaient à l'époque contre leurs conditions de travail difficiles: courbées toute la journée, de l'eau jusqu'aux genoux, elles devaient désherber les rizières d'Italie du Nord et repiquer des plants de riz, le tout sous surveillance.

L'origine de la mélodie, en revanche, fait encore débat. Cesare Bermani, historien et Carlo Pestelli, musicologue, avancent l’idée d'une origine française. Un chant français qui daterait du XVIe siècle aurait circulé jusqu’au Piémont italien. Autre origine possible, une partie de la mélodie pourrait aussi venir d’un chant yiddish de 1910.

Hymne de la résistance ou non?

On raconte ensuite que la seconde version de la chanson, celle dite des partisans, serait née en 1943 lors de la guerre civile italienne. Inspirée par la version des mondines, les paroles sont différentes et beaucoup plus politiques. Il règne toutefois un nouveau flou: cette version de l'histoire serait, en réalité, un mythe. En effet, la chanson était, à l'époque, très peu connue. Ce serait surtout les résistants présents dans les Abruzzes, la brigada Maiella, qui la fredonnaient. Les autres résistants italiens lui préféraient le chant Fischia il vento.

Nous arrivons enfin à la version de Bella Ciao telle qu'on la connaît. Elle aurait vu le jour en 1964, sous l’impulsion du parti communiste. Alors très puissant en Italie, il voyait dans cette chanson de paysannes exploitées devenue un chant de partisans, la parabole parfaite du renouveau du pays.

Malgré les zones d'ombres qui entourent son origine, ce qui importe, c'est sa signification, comme le souligne le dessinateur de BD Baru à BFMTV:

«Après tout, on n'en a rien à foutre de savoir d’où ça vient. L’essentiel, c’est qu’aujourd’hui cette chanson soit chantée sur la moitié de la terre comme un hymne à la résistance»

Une chose est sûre, en revanche, de la Casa de Papel à la résistance iranienne: nous n'avons pas fini de fredonner «Bella Ciao, Bella Ciao, Bella Ciao Ciao Ciao». (ag)

Vidéo: watson

Le propagandiste de Poutine enrôlé qui refuse de partir au front? Cette parodie est hilarante

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«L'économie russe est en pleine désintégration»
L'économiste militaire Marcus Keupp montre dans quel secteur la désintégration de l'économie russe est la plus visible.

Monsieur Keupp, les sanctions font-elles plus de mal à l'Occident qu'à la Russie?
Marcus Keupp: C'est une absurdité totale.

L’article