DE | FR

Le caricaturiste de Mahomet est mort dans un accident de la route

Lars Vilks vivait sous protection policière depuis 2007.
Lars Vilks vivait sous protection policière depuis 2007.
Image: sda
Après son dessin de Mahomet en chien, Lars Vilks vivait sous protection policière et avait été la cible d'un attentat en 2015. Il est mort dans un accident de la route. La police a écarté l'hypothèse d'un acte malveillant.
04.10.2021, 06:4704.10.2021, 09:24

Il vivait sous protection après avoir dessiné Mahomet avec un corps de chien, en 2007. Cible d'un attentat à Copenhague en 2015, le caricaturiste suédois Lars Vilks est mort dans un accident de la route dimanche en Suède, avec les deux policiers chargés de le protéger.

L'accident s'est produit dimanche après-midi sur l'autoroute E4 près de la commune de Markaryd lorsque la voiture a percuté un camion circulant en sens inverse. Les deux véhicules ont alors pris feu «à la suite de la collision».

Deux policiers impliqués

La police suédoise a écarté l'hypothèse d'un acte malveillant. «Cela fait l'objet d'une enquête comme n'importe quel accident de la route. Comme deux policiers sont impliqués, une enquête a également été confiée à une section particulière du parquet», a précisé un porte-parole de la police locale.

Interrogé sur d'éventuels éléments suggérant une piste autre qu'accidentelle, ce dernier a répondu que non. «L'enquête serait orientée différemment si cela avait été le cas», a-t-il affirmé.

Tuerie en 2015

Le 14 février 2015, un jeune Danois d'origine palestinienne avait ouvert le feu en tentant de faire irruption dans un débat sur la liberté d'expression à Copenhague, organisé après l'attentat meurtrier contre Charlie Hebdo à Paris.

Le café ciblé par l'auteur de l'attentat, à Copenhague.
Le café ciblé par l'auteur de l'attentat, à Copenhague.
Image: Keystone

Lars Vilks, qui était la tête d'affiche de la réunion avec l'ambassadeur de France, s'en était tiré indemne, mais un réalisateur danois de 55 ans avait été tué par l'assaillant, qui plus tard dans la soirée avait abattu un gardien de la synagogue de Copenhague. Il avait été tué le lendemain matin lors d'un face-à-face avec la police danoise. (ats)

Plus d'articles Actu

Ces cinq artistes vont marquer l'histoire du prochain Super Bowl

Link zum Artikel

Crise des sous-marins: La France utilise l'UE pour se venger

Link zum Artikel

Comment est votre blanquette? Has-been! (Auprès des jeunes)

Link zum Artikel

Les Etats-Unis échappent à la paralysie, mais pas encore à une crise financière

Link zum Artikel

Un artiste s'enfuit avec l'argent prêté par un musée

Link zum Artikel

Ils lancent un jeu de société qui dénonce les inégalités raciales

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Décryptage

«Arabe de service», l’insulte qui ne passe plus en France

Le journaliste et militant français d'extrême gauche Taha Bouhafs condamné pour avoir traité une policière, comme lui d'origine maghrébine, d'«Arabe de service». Ce que cette insulte et ce jugement disent d'une France plombée par son passé colonial.

Le 3 juin 2020 sur Twitter, il avait traité une policière syndicaliste d’origine maghrébine, Linda Kebbab, d’«Arabe de service». Mardi, le tribunal de Paris a condamné le journaliste et militant d’extrême gauche Taha Bouhafs à une peine pécuniaire de 3500 euros. Le 3 mars, un autre militant, salafiste, lui, Idriss Sihamedi, avait écopé de la même condamnation, pour la même insulte, qu'il avait assortie de l’expression «chien caressé par ses maîtres». Il s’en était …

Lire l’article
Link zum Artikel