International
Israël

Les Houthis vont-ils nous couper Internet? Ce que l'on sait

epa11175539 Houthis supporters shout slogans while holding up weapons during a protest against the US and Israel and in support of Palestinians, in Sana'a, Yemen, 23 February 2024. Thousands of H ...
Jusqu'à présent, les Houthis ont surtout fait la une des journaux pour leurs attaques à la roquette.Image: keystone

Les Houthis vont-ils nous couper Internet? Ce que l'on sait

Plusieurs câbles sous-marins permettant de transmettre les données à travers le monde ont été endommagés au large des côtes yéménites. Selon les médias israéliens, des groupes terroristes islamistes en sont responsables.
28.02.2024, 11:4628.02.2024, 12:22
Daniel Schurter
Daniel Schurter
Daniel Schurter
Suivez-moi
Plus de «International»

Les Houthis ont-ils trouvé comment perturber les communications mondiales? Plusieurs médias israéliens les accusent d'avoir saboté des câbles Internet sous-marins formant des «autoroutes de l'information» capitales entre l'Europe, l'Asie, l'Inde et l'Afrique.

La situation n'est toutefois pas claire. Sunil Tagare, fondateur de Flag Telecom et entrepreneur en télécommunications, a fait savoir qu'il était «confirmé» que les câbles avaient été coupés par les Houthis – sans révéler d'où venait cette confirmation.

Un câblo-opérateur concerné a confirmé qu'un câble avait été endommagé dans la région, mais sans dévoiler la cause du problème. L'un de ses confrères a affirmé sur X que les autorités enquêtaient sur un éventuel lien avec le terrorisme.

Quels sont les câbles Internet concernés?

La presse israélienne a affirmé que quatre câbles avaient été endommagés en mer Rouge, au large des côtes yéménites. En réalité, seuls trois câbles ont été touchés, selon l'entreprise Data Centre Dynamics (DCD):

  • Le câble AAE-1 reliant l'Asie de l'Est à l'Europe via l'Egypte, et la Chine à l'Occident via des pays comme le Pakistan et le Qatar.
  • L'Europe India Gateway (EIG) reliant l'Europe du Sud à l'Egypte, l'Arabie saoudite, Djibouti, les Emirats arabes unis et l'Inde.
  • Le câble Seacom reliant l'Europe, l'Afrique et l'Inde. Ce câble est exploité conjointement par Seacom et Tata Communications.

Selon Israël, les dommages causés aux câbles sous-marins sont dus à des attaques menées par les rebelles Houthis au Yémen, soutenus par l'Iran. L'entreprise DCD n'a toutefois pas pu confirmer ces sources.

La société de surveillance du web NetBlocks a indiqué sur X que les services Internet ont été récemment coupés à Djibouti, peut-être en raison de dommages causés aux câbles.

Avec quelles conséquences?

Les conséquences ne sont pas très claires. Selon les premiers rapports, les perturbations des communications internationales sont limitées. Selon le journal israélien Globes, les pays du Golfe et l'Inde seront en mesure d'amortir le choc.

L'entreprise Seacom a indiqué qu'une panne de son système s'était produite, et que la perturbation concernait la section du câble qui va de Mombasa au Kenya à Zafarana en Egypte.

D'après la société, tous les autres services destinés à l'Europe et à d'autres régions ont été automatiquement redirigés vers d'autres itinéraires. Le trafic de données passe également par des lignes terrestres. Globes écrit que les réparations pourraient durer jusqu'à huit semaines.

Les conflits armés dans la région devraient toutefois rendre les travaux de réparation plus difficiles:

«Le lieu de la rupture du câble est important en raison de sa sensibilité géopolitique et des tensions persistantes, et représente un défi pour les travaux de maintenance et de réparation.»
Seacom

Le Gulf International Forum, institut américain qui s'occupe des questions du Proche-Orient avait mis en garde début février contre un tel scénario.

Le détroit de Bab-al-Mandab – une route maritime de 27 kilomètres de large qui relie la mer Rouge au golfe d'Aden – est traversé par d'importants câbles Internet. Au fond de la mer se trouvent divers câbles de fibres optiques allant jusqu'à l'épaisseur d'un bras, qui transportent d'énormes quantités de données.

L'utilisation d'armes sous-marines:
La milice houthi au Yémen, alliée à l'Iran, a annoncé la semaine dernière qu'elle étendait ses attaques contre les navires marchands au large des côtes du pays. Les rebelles misent sur l'escalade en réponse à une autre escalade, celle d'Israël dans la bande de Gaza, comme l'explique le chef du groupe, Abdul-Malik al-Houthi, dans un discours télévisé. Jusqu'à présent, 48 navires ont été attaqués. Le Yéménite a en outre annoncé l'utilisation d'armes sous-marines, selon l'agence de presse Keystone-SDA.

L'une des routes maritimes les plus importantes pour le commerce mondial passe par le Yémen: les cargos atteignent ainsi la Méditerranée depuis l'océan Indien, en passant par le canal de Suez, en Egypte. Plusieurs pays occidentaux, dont les Etats-Unis et le Royaume-Uni, participent à des opérations visant à repousser les attaques des Houthis.

Selon leurs propres déclarations, les Houthis agissent en solidarité avec le Hamas islamiste, dans la bande de Gaza, et veulent forcer l'arrêt des attaques israéliennes dans la bande de Gaza en tirant sur des navires marchands.

Adapté de l'allemand par Tanja Maeder

Des jets de combats suisse atterrissent sur l'autoroute
1 / 8
Des jets de combats suisse atterrissent sur l'autoroute
Du 4 - 6 juin 2024, les Forces aériennes suisses testeront leur dispositif de défense sur l’autoroute A1 dans le canton de Vaud. L’objectif de l’armée est de tester sa capacité à décentraliser ses moyens de défense aérienne. Du coup, on a ressorti les images d'archives...
source: keystone / str
partager sur Facebookpartager sur X
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Moscou ne veut plus aller à Genève pour discuter du Karabakh
La Russie veut apparemment punir la Suisse pour sa position dans la guerre en Ukraine. Moscou envisage de transférer les discussions sur le Haut-Karabakh de Genève vers un autre pays, selon le ministère russe des Affaires étrangères.

«La Russie se voit contrainte d'aborder la question du transfert des discussions sur la région du Haut-Karabakh de la Suisse vers un autre pays», a déclaré dimanche une représentante du ministère des Affaires étrangères à l'agence de presse étatique Tass.

L’article