International
Israël

Israël: sa sœur est otage du Hamas: elle livre son témoignage

«Le monde doit voir ce qu'ils lui ont fait»: sa sœur est otage du Hamas

Karina Ariev, soldate de 19 ans, a été enlevée près de Gaza il y a plus de 230 jours. Sa famille a maintenant publié la vidéo de son enlèvement. Sa soeur Sasha explique pourquoi elle pense que Karina a été trahie par Israël.
24.05.2024, 12:39
Lisa Schneider, Jérusalem / ch media
Plus de «International»

Cinq jeunes femmes apeurées sont harcelées et ligotées par des combattants du Hamas. Elles portent encore leur pyjama et ont du sang sur le visage. Mercredi, le forum des familles d'otages a publié une vidéo de l'avant-poste militaire israélien de Nahal Oz près de Gaza. On y voit comment les femmes sont enlevées. L'une d'entre elles est Karina Ariev (19 ans).

Karina Ariev, otage du Hamas
Sasha Ariev brandit des affiches de sa sœur Karina lors d'une manifestation. Celle-ci a été kidnappé par le Hamas le 7 octobre.

Dans un entretien avec CH Media (dont watson fait partie), sa sœur Sasha explique pourquoi sa famille a maintenant publié la vidéo et ce qu'elle attend du gouvernement.

Qu'attendez-vous de la publication de la vidéo?
Sasha Ariev: Nous avons cette vidéo depuis deux mois. Nous avons maintenant décidé de la publier parce que les discussions sur un deal avec les otages sont au point mort. Nous voulons rappeler au public le 7 octobre - et que pour certains, cela continue jusqu'à aujourd'hui. Le monde doit voir ce qui a été fait à nos filles et à nos femmes.

Voici la vidéo en question

Les sous-titres sont sujets à caution.Vidéo: watson

Et nous attendons de notre gouvernement qu'il cesse de se taire. Nos proches sont maintenant en captivité depuis environ 230 jours. Nous voulons simplement les récupérer.

«Israël est toujours en guerre, les otages ne sont pas revenus et des gens continuent de mourir»

Un éventuel deal d'otages en Egypte a récemment échoué. Avez-vous suivi les négociations?
Non, pas du tout. Je ne suis plus les informations. C'est dur pour moi d'entendre sans cesse parler d'un nouveau deal d'otages - et d'apprendre qu'il a encore échoué. Tant que ma soeur n'est pas à la maison et que je ne peux pas la serrer dans mes bras, ce ne sont que des phrases vides de sens pour moi.

👉Suivez en direct la guerre entre le Hamas et Israël👈

Quand avez-vous vu votre soeur pour la dernière fois?
C'était le 5 octobre. Elle nous a rendu visite à Jérusalem. Nous avons dîné ensemble. C'était la fin des festivités de Souccot en Israël. Nous nous sommes bien amusées ensemble. Elle a rencontré ses amies, est allée faire du shopping avec elles et m'a montré tous ses nouveaux produits à la maison. Le lendemain, elle est retournée au poste avancé de l'armée près de Gaza, où elle effectuait son service militaire. C'était la veille de l'attaque.

L'avant-poste où votre soeur était stationnée n'était pour ainsi dire pas protégé, les femmes soldats n'étaient pas armées. En Israël, on critique beaucoup l'armée et le fait qu'elle ait été si mal préparée à ces attaques.
Ils ont été trahis. L'armée et le gouvernement savaient que cette base n'était pas suffisamment protégée pour ce type d'attaque.

«Il n'y avait même pas d'abri fermant à clé dans lequel ils auraient pu se cacher»

L'avant-poste est situé à 600 mètres de la frontière avec Gaza. Les combattants l'ont atteint en premier et se sont ensuite enfoncés plus profondément en Israël.

«Je ne veux pas blâmer les soldats. Je sais qu'ils ont essayé de sauver les personnes qui se trouvaient dans la base»

Mais elle est tombée trop vite. La vidéo que nous avons publiée date de 9h00 du matin. Nous savons que l'attaque a commencé à 6h30. Les filles ont dû rester là pendant des heures, sans que personne ne leur vienne en aide. Les combattants du Hamas ont même eu le temps d'y prier.

Karina Aliev, soldate otage du Hamas
Image: www.imago-images.de

Karina faisait partie d'une unité d'observation. Après les attaques du Hamas, plusieurs médias ont rapporté que des avertissements selon lesquels il y avait des mouvements inhabituels à Gaza avant le 7 octobre ont été ignorés. Votre soeur faisait-elle partie des lanceurs d'alerte?
Oui, environ trois mois avant l'attaque. Elle et ses amies qui servaient là-bas nous disaient:

«Quelque chose se prépare. Il va y avoir une guerre»

Mais personne ne les a écoutées. Les soldats ont fait leur travail d'observateurs et leurs supérieurs ne les ont pas pris au sérieux. Alors pourquoi les avoir envoyés là-bas?

Qu'attendez-vous du gouvernement israélien?
Il doit s'engager - avec les Etats-Unis, l'Egypte, le Qatar et l'Europe - pour un accord sur les otages. J'ai peur pour ma soeur, pour toutes les jeunes femmes qui sont là-bas. Ceux qui ont vu la vidéo ne pourront plus dire qu'ils n'étaient pas au courant. J'ai 24 ans, ma sœur en a 19 - c'est mon «bébé». Je veux juste qu'elle rentre à la maison. Et sur les mains de tous ceux qui se taisent maintenant, il y a son sang.

(Traduit et adapté par Chiara Lecca)

24 gâteaux hérisson affreusement moches
1 / 26
24 gâteaux hérisson affreusement moches
partager sur Facebookpartager sur X
Gaza après les bombes
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
5 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
5
Equateur: panne générale d'électricité dans tout le pays
L'Equateur a subi mercredi après-midi une panne générale d'électricité à «l'échelle nationale» en raison de défaillances du réseau, provoquant des scènes de chaos un peu partout dans le pays, le gouvernement blâmant le manque d'investissements passé dans des installations vétustes.

La panne a commencé à 15H17 (22H17 heure suisse) et l'électricité est revenue progressivement pour être «rétablie à 95% (3.500 MW)» au niveau national trois heures plus tard, a affirmé le ministre de l'Energie, Roberto Luque. Le métro a été paralysé, nécessitant l'évacuation de milliers de passagers, parfois sur les voies mais apparemment dans le calme, selon des vidéos diffusées par des médias.

L’article