DE | FR
Un énorme bloc s'est détaché du glacier de la Marmolada.
Un énorme bloc s'est détaché du glacier de la Marmolada. capture d'écran

Un gros bloc d'un glacier italien se détache: au moins six morts

Une chute de séracs a fait au moins six morts et huit blessés dimanche sur le glacier de la Marmolada dans le nord-est de l'Italie, selon les autorités locales.
03.07.2022, 18:4304.07.2022, 08:19

Le drame fait froid dans le dos. Après la chute de séracs au Grand Combin à la fin du mois de mai, c'est cette fois-ci le glacier italien de la Marmolada, situé dans les Dolomites, qui a été le théâtre d'une nouvelle tragédie.

«La situation évolue constamment et il est difficile à l'heure actuelle d'expliquer précisément ce qui s'est passé», a déclaré à l'agence Ansa Gianpaolo Bottacin, assesseur régional de la Vénétie à la Protection civile. Ce bilan est «encore provisoire», a précisé une porte-parole des secours, Michela Canova.

Deux blessés ont été transportés à l'hôpital de Belluno, un plus grave à Trévise, et cinq à Trente, a-t-elle indiqué, sans donner de précisions sur la nationalité des victimes. Plusieurs hélicoptères ont été déployés sur place pour participer aux opérations de secours et de surveillance de la situation.

Langue grisâtre

La chute de sérac «a touché la voie d'accès au moment où s'y trouvaient plusieurs cordées, dont certaines ont été emportées», a-t-elle expliqué. «Le nombre définitif d'alpinistes impliqués n'est pas encore connu».

Des images filmées depuis un refuge voisin de la catastrophe montrent la neige mêlée de roche dévaler les pentes de la montagne dans un bruit fracassant. D'autres images reprises par des touristes sur leur portable montrent de loin la langue grisâtre de l'avalanche emporter tout sur son passage.

La Marmolada, qui culmine à 3343 mètres, est le plus haut sommet des Dolomites. Son glacier, situé sur son versant nord, est le plus étendu de la chaîne de montagnes. Il donne naissance à la rivière Avisio et surplombe le lac de Fedaia.

L'impact du changement climatique

A la fin mai, une chute de séracs avait fait deux morts et neuf blessés, dont deux graves, au Grand Combin (VS). Pour le glaciologue italien Massimo Frezzotti, ces deux épisodes constituent un signal d'alarme sur l'état de santé des glaciers alpins.

«Le changement climatique a rendu la haute montagne plus instable et les glaciers ne sont plus en équilibre», explique le chercheur de l'Université de Rome 3 à l'Ansa.

Selon lui, «les séracs sont le résultat d'un processus naturel, mais quand la température devient trop élevée, le risque d'écroulement peut augmenter». Un record de température a été enregistré samedi sur la Marmolada, avec environ 10 degrés au sommet, alors que la température moyenne tourne habituellement autour de 7 degrés.

L'isotherme du zéro degré - soit l'altitude minimale à laquelle la température atteint zéro degré - constitue un autre indice important. Actuellement, il se situe vers 4300 mètres, soit beaucoup plus haut que le sommet, souligne M. Frezzotti.

Cela signifie que le point de congélation se trouve beaucoup plus haut que la cime. En conséquence, «la fonte des glaces est importante, comme elle se produit partout dans les Alpes», conclut l'expert. (ats/afp/ans)

Un bison encorne un homme dans le parc de Yellowstone

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Genève réduit en cendres: ces 8 cartes montrent l'ampleur des incendies en Europe
La saison des feux de forêt a déjà battu plusieurs records en Europe, des centaines de milliers d'hectares de végétation sont déjà partis en fumée. Pour mieux comprendre l'étendue des dégâts, on a tracé les zones brûlées sur une carte de la Suisse.

La saison des incendies bat son plein en Europe depuis maintenant plus d'un mois. Bien que pas encore terminé, l'été 2022 a déjà pulvérisé de nombreux records. Les feux de forêt ont été particulièrement nombreux et, surtout, extrêmement dévastateurs, alimentés par la sécheresse et les vagues caniculaires qui ont traversé le continent à plusieurs reprises.

L’article