en partie ensoleillé
DE | FR
International
Italie

Italie: fait-elle vraiment 1600 km pour aller travailler?

Le trajet que Giuseppina Giugliano (en haut à droite) affirme parcourir tous les jours.
Le trajet que Giuseppina Giugliano (en haut à droite) affirme parcourir tous les jours.Image: Keystone/Watson

Cette pendulaire fait-elle 1600 km pour aller bosser? La polémique fait rage

L'histoire de Giuseppina Giugliano, concierge napolitaine qui parcourt 1600 km en train chaque jour parce qu'elle ne peut pas se payer un appartement à Milan, a ému l'Italie. Son authenticité est pourtant mise en doute, et la polémique enfle. Ce que l'on sait sur une affaire qui cache un sujet sensible.
20.01.2023, 14:5321.01.2023, 12:58
Suivez-moi

C'est l'histoire de la semaine en Italie. Mercredi 18 janvier, le journal Quotidiano nazionale publie le témoignage d'une certaine Giuseppina Giugliano, concierge dans une école de Milan, qui affirme parcourir 1600 km par jour pour se rendre au travail depuis son domicile de Naples, à l'autre bout de la péninsule.

La raison? Les loyers dans la métropole lombarde sont trop élevés et, avec un salaire de 1165 euros par mois (la même somme en francs suisses), elle ne peut pas se le permettre. En achetant ses billets à l'avance, Giuseppina dépense nettement moins d'argent, ce qui lui permet en plus de continuer à habiter avec sa famille et ses «petits chiens». Pour ce faire, elle doit se réveiller à 4 heures et n'est de retour à la maison qu'après 23 heures. La jeune concierge passerait donc neuf heures par jour dans le train.

Cette histoire a rapidement fait le tour du pays. La presse nationale s'est emballée. Du Corriere della Sera à Fanpage, en passant par Open, l'histoire a été reprise par beaucoup de gros journaux italiens. De nombreux médias étrangers, y compris en Suisse, sont également sur le coup.

Le problème, c'est que l'authenticité du témoignage de la «concierge héroïque» est de plus en plus remise en cause. Voici les principaux doutes.

Pourquoi c'est un sujet délicat

Le coût de la vie varie énormément entre le Sud et le Nord de l'Italie. Les habitants des régions méridionales, historiquement rurales, dénoncent les prix élevés des métropoles du Nord, où se concentre le développement économique du pays. C'est par ailleurs le message central du témoignage de Giuseppina Giugliano:

«Quand j'ai été embauchée à Milan, j'ai essayé de trouver une maison qui ne soit pas trop chère, étant donné que mon salaire mensuel est de 1165 euros. Je me suis rendu compte qu'il est plus facile de trouver une aiguille dans une botte de foin. Même dans les banlieues, les prix des loyers ne sont pas une blague, sans parler du coût de la vie, qui est beaucoup plus élevé dans le Nord que dans le Sud.»
Affirme Giuseppina Giugliano dans les colonnes du Quotidiano nazionale

Ce n'est pas qu'une façon de parler. Selon les chiffres du comparateur en ligne Numbeo, les prix des loyers à Milan sont supérieurs de 120,4% par rapport à Naples. Les prix à la consommation grimpent de 48,1%.

Le problème des tickets de train

Un détail a retenu l'attention du site de fact-checking italien Butac, le premier à avoir essayé de vérifier les déclarations de la jeune pendulaire (contrairement à la plupart des médias italiens): le prix du ticket de train. Giuseppina Giugliano affirme:

«Le train coûte très peu, environ 400 euros par mois, beaucoup moins qu'une chambre partagée à Milan»

Or selon Butac, il est techniquement impossible de dépenser aussi peu. Les billets achetés à l'avance sur cette ligne coûtent au minimum 30,90 euros, ce qui, multiplié par le trajet aller-retour, donne 61,8 euros. Multiplié par 6 jours par semaine (elle affirme travailler également le samedi) et 4 semaines par mois, cela donne 1483,2 euros.

Pour Butac, cela ne fait aucun doute, étant donné que le prix minimum évoqué plus haut comprend déjà tous les rabais possibles et imaginables:

«Cela sape complètement la crédibilité de l'histoire»

Des prix pas si extrêmes

Autre détail problématique. Les loyers. Si personne ne conteste les prix faramineux du centre de Milan, beaucoup d'internautes font remarquer qu'il ne faut pas aller jusqu'à Naples pour trouver des logements abordables.

Suite à une rapide recherche sur internet, Butac montre l'exemple d'un appartement situé à Pavie (57 minutes de train depuis Milan) coûtant 450 euros par mois.

epa09140025 The departure of the Covid-free train between Milan and Rome, in Milan, Italy, 16 April 2021. Italy's first COVID-free two non-stop Frecciarossa high-speed trains, running between Rome and ...
La gare centrale de Milan et un train à haute vitesse «Frecciarossa», similaire à celui que Giuseppina Giugliano affirme prendre tous les jours.Image: EPA ANSA

Le silence de l'école

Et l'école où elle travaille, dans tout cela? Comme le fait remarquer la Gazzetta dello sport, l'histoire risque de mettre à mal l'image de l'établissement, étant donné qu'un tel rythme de vie est tout sauf sain. Le Code civil italien stipule par ailleurs que «l'employeur est tenu de prendre les mesures qui sont nécessaires pour protéger l'intégrité physique et la personnalité morale des travailleurs».

Or à ce sujet, la position de l'école est ambiguë. Si l'établissement n'a pas voulu répondre aux questions de la Gazzetta dello sport, d'autres voix semblent confirmer le récit de la concierge napolitaine.

Dans une interview accordée au journal à l'origine de l'info, une professeure travaillant dans la même école, affirme:

«Nous tous, enseignants, aidons Giuseppina à trouver un logement abordable. Depuis septembre, elle croise laborieusement plusieurs tarifs pour trouver des offres bon marché, achète des billets des mois à l'avance pour bénéficier des meilleurs prix, accumule des points et des billets gratuits.»

A cela s'ajoute un tweet d'un certain Davide Andriolo, qui déclare: «Il a suffi d'un coup de fil pour découvrir qu'elle l'avait fait deux fois et qu'elle avait ensuite pris un congé spécial payé. Malgré l'offre d'un logement non loin de l'école». Des déclarations impossibles à vérifier, mais qui contribuent à semer le doute.

Haine et enseignements

«Tout est vrai», affirme la professeure dans un troisième article du même journal, publié après l'explosion de la polémique. Quotidiano nazionale dénonce une vague de «haine» qui a déferlé sur les réseaux sociaux, des milliers d'internautes mettant en cause la crédibilité de l'histoire. Face à cette tempête, la jeune femme aurait demandé un jour de congé, ce vendredi: «Je ne me sens pas de quitter la maison».

Il n'est finalement pas encore possible de déterminer si et à quel point le récit de la «concierge pendulaire» est vrai. Si rien ne justifie des messages de haine, certains affirment tout de même qu'utiliser cette histoire à des fins morales, ce qui a été fait en filigrane par la presse italienne, est malsain. Pour l'opinion publique en général, ce n'est pas la bonne manière de dénoncer les prix élevés de la métropole lombarde.

Considérer une personne qui est prête à sacrifier sa vie quotidienne comme un exemple vertueux est faux et potentiellement dangereux, écrit Rolling stone Italia.

«Cela revient à glorifier le dogme de la survie à tout prix au détriment du bien-être, à normaliser une situation de dénuement extrême parce que, hé, il faut bien s'en sortir, peu importe si la vie que l'on mène est nulle»

En parlant d'appartements chers: la suite luxueuse de Cristiano Ronaldo en Arabie saoudite

1 / 8
La suite luxueuse de Cristiano Ronaldo en Arabie saoudite
source: fourseasons.com
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Voici comment les voleurs des bornes CFF opèrent

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Séisme en Turquie et en Syrie: le bilan dépasse les 1500 morts
Un séisme de magnitude 7,8 a frappé lundi le sud de la Turquie et la Syrie voisine, faisant des centaines de morts dans les deux pays et de très importants dégâts selon de premiers bilans en constante évolution.

Un violent séisme a secoué le sud-est de la Turquie et le nord de la Syrie voisine dans la nuit de dimanche à ce lundi. Le bilan, très évolutif, ne cesse d’empirer. D’abord de quelques victimes, il est rapidement monté à plusieurs dizaines puis plusieurs centaines de morts.

L’article